Monde

Un hôpital gonflable, comment ça marche?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 04.02.2010 à 19 h 19

MSF a envoyé un hôpital entièrement autonome en Haïti, fruit de plusieurs années de travail.

Selon les derniers chiffres du gouvernement haïtien, le nombre de morts des suites du séisme du 12 janvier dépasse aujourd'hui les 200.000. Malgré ce bilan terrible, les humanitaires continuent à travailler sur place pour sauver des vies. Médecins Sans Frontières opère dans l'hôpital gonflable que l'organisation a envoyé dès le lendemain de la catastrophe. De quoi s'agit-il exactement?

L'idée de tentes gonflables n'est pas nouvelle. La sécurité civile en utilise pour mettre sur place des postes médicaux avancés et autres abris déployables destinés à la protection des services de secours et d'urgence. L'armée américaine a utilisé des «Mobile Army Surgical Hospitals» (MASH), qui ont donné leur nom à un film et une série sur la guerre de Corée, mais ont cessé de le faire depuis 2006.

MSF s'est inspiré de ces outils pour concevoir un hôpital transportable entièrement autonome que l'organisation peut envoyer dans des délais très courts sur le théâtre d'une catastrophe naturelle. Pour cela, il est accompagné de tout le matériel médical nécessaire, des générateurs pour l'électricité, tout l'équipement hospitalier (lits, chaises, tables, étagères), la pharmacie, un système de régulation de la température, d'approvisionnement en eau, de traitement des eaux usées etc. Des kits spécifiques peuvent également être envoyés en fonction des besoins, avec des stocks d'urgence (médicaments). Il est ainsi possible d'envoyer tout l'hôpital ou alors seulement certains modules en fonction des besoins.

 

Le projet date de 2005, et répond à la volonté de pouvoir réagir plus rapidement aux catastrophes naturelles. MSF a utilisé son hôpital gonflable pour la première fois lors du tremblement de terre au Pakistan en 2005. Il s'agissait alors que d'un prototype, qui a été développé depuis pour aboutir à la version qui a été envoyée en Haïti. Aujourd'hui, MSF a mis en place des formations pour que ses équipes sachent comment monter le bâtiment gonflable. L'hôpital complet coûte environ 2 millions d'euros au total, sans compter le transport.

En Haïti

La grande différence entre l'hôpital envoyé en Haïti et celui utilisé au Pakistan est qu'il est accompagné de kits prêts à être utilisés. Chaque activité a un nombre de kits adaptés: pour la chirurgie par exemple, il y a des modules de réanimation, la table chirurgicale et les instruments qui vont avec etc. Les kits sont pour la plupart produits par MSF, une petite partie étant sous-traitée. Aujourd'hui, l'ONG possède un hôpital complet en stock (celui qui est parti en Haïti).

Il a été envoyé à Port-au-Prince en deux fois. La première partie a décollé vendredi 15 janvier de Bordeaux, soit deux jours après la catastrophe, à bord d'un Iliouchine-76 qui transportait 25 tonnes de matériel pour un volume de 150 m3, dont toute la partie chirurgicale de l'hôpital avec les blocs chirurgicaux, les tables d'opération et le matériel de réanimation et d'anesthésie. L'avion devait atterrir le lendemain à Port-au-Prince mais a été dérouté vers la République Dominicaine après avoir volé plusieurs heures au dessus de la capitale haïtienne. Le matériel a ensuite dû être acheminé en camion. La deuxième partie a été envoyée dans un avion plus gros qui a pu prendre le reste du matériel. Un troisième vol est parti avec six nouvelles tentes pour compléter l'hôpital avec des salles supplémentaires, et éventuellement rouvrir un bloc.

 

Au total, il se compose de neuf tentes indépendantes de 100 m2 chacune, dont une qui contient deux blocs opératoires, d'autres pour les soins intensifs, le triage, l'hospitalisation, etc. Chaque tente est un module consacré à une activité (chirurgie, soins intensif, triage, hospitalisation, soin de l'enfant, maternité, etc). L'hôpital est opérationnel à 100% depuis le vendredi 22 janvier. Les neuf tentes ont été montées, dont celle contenant les deux blocs opératoires. La stérilisation des blocs opératoires a pris un peu plus de temps que prévu et retardé le début des opérations. Il y a également deux autres blocs qui ont été installés dans des containers et un autre bloc dans une tente. Tous les patients traités par MSF ont aujourd'hui été transférés vers la zone autour de l'hôpital gonflable.

La sécurité, qui peut être l'obstacle majeur au bon fonctionnement de l'hôpital, n'a pas été un problème jusqu'ici. L'hôpital gonflable a été installé près d'un des quatre centres médicaux qui existaient déjà, dans une zone où les habitants étaient déjà habitués à la présence de MSF.

Au total, MSF traite environ 180 patients dans l'hôpital gonflable et autour. L'hôpital est prévu pour pouvoir rester 5 ans en état de marche. Il restera en Haïti tant qu'il y aura des besoins, en fonction de la capacité des hôpitaux locaux.

Grégoire Fleurot

L'explication remercie Thierry Huamé, superviseur logistique du desk des urgences de MSF et Philippe Cachet, directeur de l'approvisionnement de MSF Logistique à Bordeaux.

Image de une: L'hôpital gonflable de MSF au Pakistan en 2005, MSF

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte