Santé / Monde

L'arrivée de la prochaine pandémie n'est qu'une question de temps

Temps de lecture : 7 min

Des maladies mortelles comme Ebola ou la grippe aviaire arriveront peut-être par le vol de demain. Les gouvernements doivent se préparer sérieusement à leur faire face.

Le personnel médical vérifie ses combinaisons de protection avant d'entrer dans l'unité d'isolement d'un hôpital de Bundibugyo (Ouganda) pour examiner un cas présumé d'Ebola, le 17 août 2018. | Sumy Sadurni / AFP
Le personnel médical vérifie ses combinaisons de protection avant d'entrer dans l'unité d'isolement d'un hôpital de Bundibugyo (Ouganda) pour examiner un cas présumé d'Ebola, le 17 août 2018. | Sumy Sadurni / AFP

De nombreuses menaces pourraient empêcher un ancien conseiller à la sécurité intérieure des États-Unis de dormir sur ses deux oreilles. Il y a bien sûr la possibilité d’une attaque terroriste, d’un cyber-cataclysme, de différentes sortes de catastrophes naturelles –des menaces capables de semer la destruction dans des régions entières en quelques heures à peine. Mais au sommet de cette liste, on trouverait la menace d’une pandémie meurtrière, l’arrivée d’une maladie infectieuse capable de traverser rapidement les frontières internationales.

En janvier 2017, alors qu’une d’entre nous [Lisa Monaco, ndt] travaillait comme conseillère à la sécurité intérieure pour le président sortant Barack Obama, la possibilité d’une pandémie meurtrière était l'un des scénarios étudiés lors de la journée d’exercices rassemblant les responsables des cabinets sortant et entrant pour développer la coordination inter-agences et les réponses fédérales d’urgence à des crises potentielles.

De tels exercices sont un élément important des préparations lors des transitions entre administrations. Il avait semblé que les choses commençaient bien, sur la base d’un engagement à assurer la continuité de l’action gouvernementale et d’une attention particulière accordée à la biodéfense, l’anticipation, et au Global Health Security Agenda (initiative lancée par l’administration Obama pour développer une capacité de réponse aux enjeux de sécurité sanitaire dans les pays du monde les plus soumis à ces risques et pour anticiper la diffusion d’une maladie infectieuse). Malheureusement, cet engagement s’est révélé de courte durée.

Dangereux manque d'attention

Les pandémies sont une des menaces les plus sérieuses à la stabilité et la sécurité mondiales, mais depuis la réponse à l’explosion d’Ebola en 2014, les investissements pour faire face à la diffusion massive d'une maladie ont décliné pour atteindre leur niveau le plus bas, les budgets en dollars ayant été diminués de plus de 50% par rapport à ce pic. L’attitude négligente au sein de la Maison-Blanche sous Trump quant au financement de la préparation à la gestion d’une pandémie crée aujourd’hui de nouvelles vulnérabilités au sein de l’infrastructure de santé des États-Unis, et laisse entrevoir à l’échelle planétaire des lacunes critiques à combler pour contrer l’éventuelle éruption prochaine d’une maladie infectieuse.

Les investissements effectués après la crise Ebola de 2014 ont été supprimés des futurs budgets fédéraux alloués aux Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, qui travaillent à l’élimination des maladies mortelles, et à l’Agence des États-Unis pour le développement international, qui coordonne la réaction aux désastres internationaux, notamment l’expansion d’Ebola. Par ailleurs, Timothy Ziemer, le responsable à la Maison-Blanche de la préparation aux pandémies, a démissionné, et le bureau de biosécurité qu’il dirigeait a rapidement été dissout.

L'OMS voit dans cette nouvelle déclaration de la maladie une situation «au bord» de sa potentielle diffusion aux pays voisins

Le manque d’attention envers cet enjeu et le déclin relatif des financements sont dangereux, étant donné le flux continu de rapports internationaux suggérant que la transmission de zoonoses potentiellement mortelles (des maladies dont les agents pathogènes se déplacent des animaux vers les humains) croît à un rythme alarmant. Certains attribuent cela au changement climatique, les climats plus doux étendant les cycles de vie des maladies transportées par les moustiques et leur permettant d’atteindre des altitudes plus importantes et des latitudes plus tempérées. Cela signifie que des maladies virales comme Zika, la dengue et le virus du Nil occidental sont transmissibles dans une zone géographique plus importante et pendant une plus longue période de l’année.

En conséquence, en 2018, la redirection des fonds vers d'autres domaines que la préparation de pandémies empêche de faire face à la réalité du terrain. Ebola, le virus zoonotique tueur par excellence est de retour, cette fois-ci en République démocratique du Congo. Les responsables de l'OMS voient dans cette nouvelle déclaration de la maladie une situation «au bord» de sa potentielle diffusion aux pays voisins. Alors que la réaction de cette année a été bien plus rapide et efficace que celle à des épidémies précédentes en Afrique, les cas continuent de se multiplier dans des zones isolées privées d’infrastructures de santé près des frontières du Congo avec le Rwanda et l’Ouganda, suscitant des craintes de voir la maladie se propager à l’échelle régionale.

Le phénomène le plus terrifiant, difficile à traiter et extrêmement meurtrier est la diffusion dans toute la Chine du virus de la grippe aviaire H7N9. Ce type de grippe aviaire cause une détresse respiratoire rapide associée à des dysfonctionnements des organes vitaux qui se répand facilement à partir de la moindre gouttelette. C’est pourquoi elle est si difficile à contrôler et pourquoi les épidémies récurrentes continuent de se développer: cinq épidémies de H7N9 se sont déclarées depuis 2013 rien qu’en Chine, le plus récemment en automne 2016 et 2017. Lors de ces épidémies, sur les 1.565 cas confirmés, environ 40% ont été fatals.

Plus qu’une menace éloignée et théorique

C’est un chiffre étonnant qui devrait inquiéter le monde entier, particulièrement parce que la Chine, contrairement à d’autres États asiatiques aux ressources plus limitées, a au moins la capacité de réagir rapidement à l'essor de crises grâce à son propre Centre de contrôle et de prévention des maladies, qui peut organiser des soins de crise et autres services publics d’urgence sanitaire. Il faut bien se rendre compte qu’il suffit qu’un seul porteur de la grippe aviaire échappe à la détection dans une gare ou un aéroport pour transformer une crise sanitaire locale en pandémie mondiale.

Il y a plus de soixante vols permanents entre la Chine et les États-Unis chaque jour, environ 30.000 passagers quotidiens qui font de cette possibilité plus qu’une menace éloignée et théorique. La déclaration de la grippe aviaire sur le sol des États-Unis ne dépend que d’un vol, ce qui rend d’autant plus nécessaires des investissements durables dans le Global Health Security Agenda, qui permettraient au gouvernement des États-Unis d'endiguer des transmissions pathogènes mortelles tôt, si possible avant qu’elles n’atteignent le territoire américain.

L’OMS a essayé de susciter l’intérêt des responsables politiques et de développer les capacités d’anticipation en soutenant l’Évaluation externe conjointe, une évaluation des moyens de chaque État pour prévoir, détecter et réagir à l’émergence d’une maladie. Selon les premières analyses s’appuyant sur ces résultats, la capacité du monde à combattre la pandémie de demain est largement déficiente. L’information la plus frappante est la conclusion selon laquelle presque 90% des moyens de santé publique de base considérés comme essentiels pour affronter une pandémie, sont dans un grand nombre de pays insuffisamment développées pour répondre à la prochaine grande maladie infectieuse. Alors que les pays d’Afrique et d’Asie du Sud-Est ont obtenu en moyenne des résultats pires qu’ailleurs, les niveaux de capacité de réaction se sont révélés presque partout insuffisants à différents degrés.

Marotte des humanitaires

Les indicateurs à surveiller de près sont ceux en rapport avec les résistances aux antibiotiques. Les stocks de vaccins pour les maladies évitables ont été un des rares domaines de satisfaction, la plupart des pays ayant aujourd’hui atteint le seuil basique en matière de couverture de leur population face aux maladies prioritaires. Ce résultat en particulier nous montre ce qui peut fonctionner.

Le taux de couverture des vaccins a augmenté depuis le début des années 2000 dans nombre des régions les plus inaccessibles, notamment grâce à l’Alliance globale pour les vaccins et l’immunisation (Gavi), un projet international soutenu par les deux principaux partis américains depuis quasiment vingt ans. La Gavi contribue à allouer une expertise technique et répartir de l’argent versé par l’aide humanitaire à des pays souffrant de maladies que les vaccins peuvent combattre. Ses succès impressionnants sont indéniables, en particulier la réduction des causes de mortalité par maladies diarrhéiques et respiratoires évitables pour les moins de 5 ans. Le Global Health Security Agenda a en partie été conçu pour faire en matière de préparation aux pandémies ce que la Gavi a fait pour l’amélioration des taux de vaccination.

Après Ebola, son objectif a été de développer des capacités de réaction et de détection et, surtout, de se concentrer sur la prévention à l’étranger pour que les États-Unis n’aient pas à combattre une pandémie sur leur propre territoire. Malheureusement, les engagements financiers ont été considérablement réduits sous Trump, nous laissant tous et toutes vulnérables à une série inédite de menaces sanitaires émergentes, comme on n'en avait pas vues depuis 1918, lorsque la grippe espagnole tua près de cinquante millions de personnes à l’échelle de la planète. Alors que des signaux montrent clairement que le monde n’est pas prêt à lutter contre la prochaine pandémie, que des épidémies dévastatrices sont à quelques heures d’avion de s’étendre partout sur Terre, et que les financements pour combattre ces réalités ont été drastiquement réduits, l’échec à prendre cette crise au sérieux pourrait s’avérer meurtrier.

La sécurité sanitaire mondiale ne devrait pas être vue comme une marotte des humanitaires bien-pensants ou des grands théoriciens du développement international. Au contraire, l’administration américaine actuelle devrait tirer une leçon d’Ebola et des épidémies précédentes: combattre les éruptions de maladies exige de construire un consensus et de fédérer des ressources globales, comme devait le soutenir l’Assemblée générale des Nations unies fin septembre. Les critiques cyniques de ce genre de coopération font fi de l’interdépendance mutuelle de notre communauté planétaire, à laquelle on ne peut se soustraire par un discours ou par un ensemble temporaire de réformes isolationnistes. La capacité à faire face à des pandémies est une question de sécurité nationale et mondiale, et doit être traitée comme telle. Plus on se complaît à l’ignorer, plus grande sera la prochaine crise.

Lisa Monaco

Vin Gupta

Newsletters

Bienvenue dans le monde insensé des humains génétiquement modifiés

Bienvenue dans le monde insensé des humains génétiquement modifiés

L’annonce chinoise fracassante de la création de bébés «résistants au sida» démontre l’inanité des interdits éthiques et législatifs pour lutter contre le transhumanisme. Que va-t-il désormais se passer?

Les antibiotiques ne sont pas un traitement miracle

Les antibiotiques ne sont pas un traitement miracle

Il est difficile de prédire combien de temps après le début d’un traitement antibiotique l’amélioration se fait sentir. Mais si au bout de deux jours, vous allez plus mal, retournez consulter…

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Lors d'un festival à Cambridgeshire, cette méthode a permis de réduire de 95% les hospitalisations liées à la consommation de drogues.

Newsletters