Santé / Sciences

Un syndrome prémenstruel violent? C'est peut-être à cause d'une infection sexuellement transmissible

Temps de lecture : 2 min

Le cycle menstruel est aussi un cycle immunitaire.

 Anatomie en broderie  | MetalRiot via Flickr CC License by
Anatomie en broderie | MetalRiot via Flickr CC License by

Les femmes atteintes de maladies sexuellement transmissibles non diagnostiquées ont davantage de risque de connaître un syndrome prémenstruel (SPM) violent. Telle est la conclusion d'une étude menée par des chercheurs de l'université d'Oxford grâce à des données collectées via l'application CLUE.

34.511 utilisatrices de l'application ont été recrutées par les scientifiques dirigés par Alexandra Alvergne, chercheuse en anthropologie biologique et notamment spécialiste des intersections entre reproduction et santé. Ces participantes devaient dire si elles avaient été diagnostiquées d'une infection sexuellement transmissible (IST) et, le cas échéant, si elles avaient été traitées. Des données ensuite combinées à d'autres portant sur leur cycle menstruel, leurs saignements, leurs douleurs, leur état psychologique et leur usage d'une contraception hormonale. Ce qui allait permettre à l'équipe d'Alvergne de se focaliser sur 865 femmes durant minimum deux cycles complets.

«Il vaut mieux considérer la santé féminine comme cyclique»

Il ressort de cette analyse que la présence d'une IST (chlamydia, herpès, HPV) multiplie en moyenne par deux les risques d'un SPM handicapant, avec maux de tête, crampes et idées noires. Chez les femmes ayant vu leur IST traitée, les scientifiques notent une diminution significative des symptômes psychologiques du SPM (sautes d'humeur, émotions exacerbées, tristesse inexplicable, etc.), sans que cela ait d'incidence notable sur le versant physique du SPM. En outre, Alvergne et al. n'établissent aucun lien entre IST et SPM chez les utilisatrices de contraception hormonale.

Un travail qui rappelle l'importance de la santé sexuelle féminine. Du fait de l'anatomie féminine, les maladies sexuellement transmissibles sont en tendance plus graves pour les femmes. Si la chlamydia, par exemple, est asymptomatique dans près de 70% des cas, elle peut avoir de très graves conséquences sur la fertilité et les femmes ont trois fois plus de risque que les hommes de contracter cette maladie.

D'autres recherches d'Alexandra Alvergne montrent que le risque de contracter une infection ou la gravité de maladies inflammatoires chroniques varient selon le moment du cycle menstruel. Ce qui laisse entendre que le cycle menstruel est en lien direct avec le système immunitaire, et ce afin de maximiser les chances qu'une fécondation s'ouvre sur une grossesse viable.

«Ne pas comprendre ou même admettre que le SPM n'est pas qu'un problème d'hormones féminines déchaînées, mais plutôt le sous-produit d'une immunité cyclique», avertit Alvergne «rend plus difficile l'identification des maladies et peut même retarder le diagnostic d'infections très délétères pour la fertilité féminine».

«Toute la fonction du cycle menstruel est de générer des patterns immunitaires cycliques», précise la chercheuse, «alors il vaut mieux considérer la santé féminine comme cyclique. Pour comprendre réellement la santé féminine, il faut comprendre la santé reproductive. Les deux sont indissociables».

Slate.fr

Newsletters

Bienvenue dans le monde insensé des humains génétiquement modifiés

Bienvenue dans le monde insensé des humains génétiquement modifiés

L’annonce chinoise fracassante de la création de bébés «résistants au sida» démontre l’inanité des interdits éthiques et législatifs pour lutter contre le transhumanisme. Que va-t-il désormais se passer?

Les antibiotiques ne sont pas un traitement miracle

Les antibiotiques ne sont pas un traitement miracle

Il est difficile de prédire combien de temps après le début d’un traitement antibiotique l’amélioration se fait sentir. Mais si au bout de deux jours, vous allez plus mal, retournez consulter…

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Les festivals devraient proposer aux gens d’analyser sur place les drogues qu'ils achètent

Lors d'un festival à Cambridgeshire, cette méthode a permis de réduire de 95% les hospitalisations liées à la consommation de drogues.

Newsletters