Santé

Les policiers canadiens pourront-il fumer du cannabis après sa légalisation?

Temps de lecture : 2 min

Hors service, la consommation devrait être à la discrétion des employés et employées, toute mesure gardée.

Le drapeau du Canada avec une feuille de cannabis, brandi lors d'une manifestation devant le parlement d'Ottawa, au Canada, le 20 avril 2016 | Chris Roussakis / AFP
Le drapeau du Canada avec une feuille de cannabis, brandi lors d'une manifestation devant le parlement d'Ottawa, au Canada, le 20 avril 2016 | Chris Roussakis / AFP

À compter du 17 octobre, la consommation récréative de cannabis sera légale au Canada. Jusque-là, seul était autorisé le cannabis médical. En prévision de l'événement, c'est la communauté policière qui est en émoi: les officiers et officières de police pourront-elles, elles aussi, profiter de cette drogue en toute quiétude?

«Nous ne disons pas à nos employés qu’ils ne peuvent pas boire d’alcool pendant leur temps libre, hors du service», remarque Evan Bray, le chef de la police de Regina. Selon lui, alcool et cannabis devraient donc pouvoir faire l'objet d'un même traitement une fois que la légalisation du second aura pris effet.

Un pari sur l'autorégulation

Les modalités de consommation du cannabis pour les forces de l'ordre devraient être à la discrétion de chaque ville. Toutes n'ont pas encore statué, mais quatre se sont déjà prononcées pour: «Vancouver, Ottawa, Regina et Montréal laisseront tous leurs agents prendre la drogue à des fins récréatives –tant qu’ils sont aptes au service», rapporte le Guardian.

Certains chefs de police misent ainsi sur une autorégulation et font appel au bon sens de leurs agents: chacun et chacune sera portée à évaluer d'elle-même son aptitude à travailler dans de bonnes conditions.

«C’est comme dans n'importe quel autre lieu de travail: vous ne pouvez pas venir au travail si vos facultés sont dégradées par l’alcool ou une drogue, même s'il s'agit d'un médicament délivré sur ordonnance», a déclaré à la CBC David Haye, le surintendant de la police de Saskatoon.

Quelques restrictions

Cette position ne fait pourtant pas l'unanimité dans le pays. Calgary, dans l'Alberta, est la première ville à avoir annoncé une politique de «consommation zéro», mettant en avant le fait que les officiers et officières de police peuvent être amenées à utiliser des armes à feu. Même traitement pour les recrues assermentées de la police, qui seront tenues d'être clean jusque dans leur vie privée. Le syndicat des officiers envisage cependant de lutter contre cette décision.

Les soldats et soldates de l'armée canadienne pourront quant à elles prendre de la marijuana, pour peu qu'il se soit écoulé huit heures entre leur dernière consommation et leur présentation au poste.

Ces exigences ne sont pourtant pas raccord avec les kits de dépistage que le ministère de la Justice envisage de distribuer, puisque ces derniers, qui fonctionnent par un relevé de salive, ne permettent de savoir si des drogues ont été consommées qu'au cours des six dernières heures. Au-delà, ce sera donc une question de confiance.

Newsletters

Oserez-vous porter un masque à votre effigie?

Oserez-vous porter un masque à votre effigie?

Le masque avec votre visage imprimé est à portée de clic.

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

C'est le deuxième cas de la maladie dans le pays cette année, et le premier décès.

Pas cool

Pas cool

Newsletters