Monde

Quand Melania Trump parade en Afrique avec un casque colonial

Temps de lecture : 2 min

Une visite aux forts relents néocoloniaux.

Melania Trump et son casque colonial, accompagnée de Nelly Palmeris, lors d'un safari dans le parc national de Nairobi, au Kenya, le 5 octobre 2018 | Saul Loeb / AFP
Melania Trump et son casque colonial, accompagnée de Nelly Palmeris, lors d'un safari dans le parc national de Nairobi, au Kenya, le 5 octobre 2018 | Saul Loeb / AFP

Après avoir offert des oursons en peluche à des nouveau-nés ghanéens et caressé le flanc d’éléphants orphelins au Kenya, Melania Trump a poursuivit sa tournée africaine avec des symboles forts: arrivée à la capitale kenyane, elle a entrepris un safari dans le petit parc national de Nairobi, où elle a pu fièrement arborer un salacot, plus connu sous le nom de «casque colonial».

À la mode coloniale

Coiffée de cette petit bombe d'un blanc immaculé et vêtue d'un ensemble blanc-beige fourré dans de grandes bottes, la première dame, telle un Tintin au Congo des temps modernes guettant l'apparition du big five sur l'écran de son iPhone, faisait honneur au style colonial.

Le casque, symbole de la domination occidentale en Afrique et plus généralement des colonies outremer, n'a pas manqué de susciter les critiques.

«C'est comme se présenter à une réunion de producteurs de coton afro-américains vêtu d'un uniforme confédéré... Le contexte historique a de l'importance», a réagi sur Twitter Matt Carotenuto, professeur d'histoire africaine à l'université de St. Lawrence.

À LIRE AUSSI Tintin l'Africain

À l'origine porté par les troupes coloniales européennes dès le milieu du XIXème siècle, le salacot a fait son chemin jusqu'aux États-Unis, qui l'adoptent dans les années 1880 pour couvrir le chef des soldats en service dans le sud-ouest du pays. Theodore Roosevelt ne tarde pas à s'en faire le premier ambassadeur au moment de l'expédition africaine qu'il entreprend au lendemain de sa fin de mandat, en 1909. Le casque colonial sera alors présenté dans les magazines américains comme «le premier article africain de Theodore Roosevelt».

Trop voyant mais aussi trop connoté historiquement, le salacot a fini par être largement abandonné, et ne perdure que dans quelques unités militaires, notamment du Commonwealth, et différentes cérémonies.

Provocation sur provocation

Si la virée de Melania Trump en Afrique se présentait comme une tentative de réhabilitation de l'action et de la bonne volonté américaine sur le continent –en janvier, Donald Trump qualifiait certaines nations africaines de pays de merde»–, les moyens employés semblent pour le moins contreproductifs.

Le clin d'œil vestimentaire plus que douteux n'est pas sans rappeler la polémique qu'avait déjà suscitée la première dame en juin dernier. Embarquant pour une visite dans un centre d'accueil pour enfants migrants à la frontière mexicaine, elle portait alors une veste sur le dos de laquelle on pouvait lire: «I really don’t care, do u?» («Je m’en fiche complètement, et vous?»).

Initiative présentée comme personnelle, son passage de cinq jours en Afrique s'inscrit dans le cadre de sa campagne «Be Best» («Sois meilleur»), qui cherche à promouvoir l'éducation et la santé. Mettant également l'accent sur le tourisme et la conservation, Melania Trump s'est rendue au Ghana, au Malawi ainsi qu'au Kenya, et achève aujourd'hui son tour en Égypte.

Celui-ci ne semble pourtant pas rencontrer un enthousiasme délirant dans les pays concernés: «L’intérêt pour cette visite est très, très faible. Beaucoup de gens au Ghana y sont complètement indifférents», déclarait à l'AFP le politologue ghanéen Etse Sikanku, soulignant encore le contraste avec les foules qu'avait déplacées la visite de Barack Obama en 2009.

Pendant ce temps, Donald Trump se réjouit du voyage de son épouse: «La grande première dame de notre pays, Melania, se débrouille très bien en Afrique. Les gens l'aiment, et elle les aime! C'est une magnifique chose à voir.»

Slate.fr

Newsletters

Donald Trump promet d'éliminer le cancer et le sida

Donald Trump promet d'éliminer le cancer et le sida

Le président américain a officiellement lancé sa campagne de réélection lors d'un discours en Floride, le 18 juin 2019.

En Norvège, les harceleurs sont considérés comme des «losers»

En Norvège, les harceleurs sont considérés comme des «losers»

La rapports sociaux et la géographie y sont pour beaucoup.

Quand le Québec file un mauvais coton

Quand le Québec file un mauvais coton

[BLOG You Will Never Hate Alone] Le Québec vient d'adopter une loi sur la laïcité. Quand soudain l'ennemi de la Belle Province n'est plus le colon anglais, mais une musulmane voilée.

Newsletters