Politique

La démission de Collomb n'est-elle qu'une simple péripétie?

Temps de lecture : 2 min

C'est ainsi qu'Emmanuel Macron qualifie l'événement.

Emmanuel Macron traverse la tempête, mais nie qu'il s'agit là d’une crise et évoque au mieux «une péripétie». Pourtant, avec la démission de son premier soutien Gérard Collomb, la machine macronienne se dérègle.

Sa confiance en lui était sa force, l'est-elle encore?

«Emmanuel Macron est souvent conseillé par Nicolas Sarkozy, indique Jean-Marie Colombani. Dans son livre, Nicolas Sarkozy explique qu'au fond, il ne se sentait prêt à exercer pleinement la présidence de la République que quasiment à la fin de son mandat. Il faudrait qu'Emmanuel Macron accepte l'idée qu'être président, ça s'apprend. Et qu'il ne sait pas tout, qu'il ne contrôle pas tout. Il a des choses à apprendre.»

Laetitia Krupa, journaliste spécialiste de communication politique, Virginie Le Guay, cheffe-adjointe du service politique de Paris Match, et Frédéric Dabi, politologue et directeur général adjoint de l’Ifop, débattent dans «Politique», l'émission de Roselyne Febvre et de Jean-Marie Colombani sur France 24, en partenariat avec Slate.

Retrouvez «Politique» tous les jeudis à 16h10 sur France 24 et les vendredis après-midi sur Slate.fr.

Slate.fr

Newsletters

Petit État Noël

Petit État Noël

Le mouvement des «gilets jaunes» se termine (ou fait étape) dans un grand classique de la vie politique française: le père de la nation distribue ses cadeaux au bon peuple.

Emmanuel Macron, fatalement inaudible?

Emmanuel Macron, fatalement inaudible?

Les mesures qu'il a annoncées pour répondre à la crise des «gilets jaunes» ne pouvaient être qu'insuffisantes.

Les «gilets jaunes», le retour des rayés de la carte

Les «gilets jaunes», le retour des rayés de la carte

Avec les «gilets jaunes», la France assiste au rassemblement imprévu de celles et ceux qui ne pensaient plus être représentés un jour par quelqu’un, pas même par eux-mêmes.

Newsletters