Politique

Pour Boris Vallaud, Emmanuel Macron «a un problème d'autorité»

Temps de lecture : 2 min

Interrogé sur la démission de Gérard Collomb, le député PS a critiqué à la fois l'ex-ministre et Emmanuel Macron.

Le député socialiste Borris Vallaud sur le plateau de l'Instant Politique | Capture d'écran France Info
Le député socialiste Borris Vallaud sur le plateau de l'Instant Politique | Capture d'écran France Info

Invité sur le plateau de Gilles Bornstein jeudi 3 octobre, Boris Vallaud a vertement critiqué le gouvernement. Interrogé sur la démission de Gérard Collomb, le député PS s’est dit «consterné, car la manière dont les choses se font montrent que c’est la chienlit au sommet de l’État. On a un président de la République qui manifestement a un problème d’autorité». Il a aussi souligné que Gérard Collomb était le troisième ministre à démissionner après Nicolas Hulot et François Bayrou (qui n’est resté que trente-cinq jours en poste et a démissionné après une affaire d’emplois fictifs présumés).

Boris Vallaud a blâmé l’«inélégance» de l’ex-ministre de l'Intérieur qui «part de manière peu responsable, très discourtoise, d’un ministère régalien, alors que c’est une période difficile pour la France qui est toujours soumise à une menace terroriste importante (…) pour des convenances personnelles».

La question de Slate (à 4'15), qui est partenaire de l’Instant politique, était aujourd’hui: «Vous étiez à l’Assemblée nationale hier, avez-vous applaudi Manuel Valls?». Le député PS a expliqué qu’il s'était manifesté «lorsqu'on a évoqué les attentats», mais qu'il n’avait pas pris part à la standing ovation de certains députés. Il a toutefois estimé que les panneaux «Bon débarras» brandis par La France Insoumise étaient inutiles, même si les socialistes ont «beaucoup de reproches à faire à Manuel Valls».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

Du temps du shah, dans les geôles iraniennes, entre deux séances de torture, les prisonnières et détenus politiques s'en sont remis à la culture.

Le non-renouvellement des élites françaises contribue à leur détestation

Le non-renouvellement des élites françaises contribue à leur détestation

Les défaillances du système français à promouvoir des profils variés aux plus hautes fonctions alimentent un discours anti-élites de plus en plus audible dans la société.

La crise des «gilets jaunes», catalyseur des violences physiques et verbales

La crise des «gilets jaunes», catalyseur des violences physiques et verbales

Depuis trois mois, la France est secouée par un mouvement qui, au fil des semaines, a changé de nature. Il a ouvert les portes au complotisme et à l’antisémitisme.

Newsletters