Tech & internet / Culture

La plupart des haters de Star Wars VIII étaient des trolls, activistes extrémistes ou des bots

Temps de lecture : 2 min

Le casting mettant à l'honneur des femmes et des personnes non-blanches avait soit-disant divisé les fans sur Twitter.

| KAMiKAZOW, Cody escouade delta via Wikimedia CC License by
| KAMiKAZOW, Cody escouade delta via Wikimedia CC License by

À quel point les fans de Star Wars ont détesté le huitième volet de la saga? Peut-être pas autant que ce que suggèrent les réseaux sociaux estime Morten Bay, doctorant en communication et journalisme en Caroline du Sud, auteur et ancien journaliste. Il publie une étude dans laquelle il analyse 1.273 tweets adressés au compte du réalisateur du film, Rian Johnson, entre le 13 décembre 2017 –date de la première sortie européenne– et le 20 juillet 2018.

Après avoir nettoyé la base de données des doublons et des tweets uniquement composés d'images, Morten Bay a analysé l'origine de 967 tweets en les répartissant en trois catégories: positifs, neutres ou négatifs. Parmi les négatifs, le doctorant a découvert que 50,9% étaient soit motivés par un agenda politique, soit l'oeuvre d'un bot.

Trolls et bots

Selon Morten Bay, 16% des tweets négatifs proviennent de trolls qui tweetent ou retweetent fréquemment des comptes d'extrême droite. Il indique que «tous ces trolls ont été créés –ou réactivés après avoir été endormis pendant plusieurs mois ou années– au moment de la sortie du film et des premières réactions négatives postées sur Twitter». Le chercheur nous apprend également qu'il a identifié la moitié des trolls comme étant d'origine russe, exprimant à de nombreuses reprises sur le réseau social –l'un d'entre eux treize fois en trois semaines– que Rian Johson avait «gaché Star Wars». La plupart d'entre eux n'ont quasiment tweeté qu'au sujet du film ou de mouvements politiques d'extrême-droite américains. Plusieurs comptes ont d'ailleurs disparu après la récente purge de twitter.

Du côté des avis positifs, «aucun compte similaire [aux trolls] n'a été trouvé et la plupart des comptes sont signalés comme appartenant à un humain identifiable avec de grandes chances d'être réel», indique le doctorant. Il n'a pas non plus trouvé de bots du côté positif ou neutre de la force alors que 5,3% des tweets négatifs sont le produit de bots.

Extrémistes, anti-féministes, racistes

30% des comptes qui tweetaient négativement à propos du film suivaient un agenda politique, c'est-à-dire, explique le doctorant, qu'ils postent et relaient régulièrement des messages positifs en faveur du président Trump et de son administration. La plupart ont aussi l'habitude de se faire l'écho de messages anti-féministes, homophobes et racistes et sont presque exclusivement d'origine masculine –comme la quasi-totalité des commentaires négatifs.

Pour l'auteur, tous les tweets négatifs, peu importe leur provenance, ont un objetif politique sous-jacent, «que ce soit de la part de fan d'extrême-droite pour pousser un agenda conservateur ou un coup contre ce qu'ils perçoivent comme une offensive féministe». Ces tweets négatifs ont atteint leur objectif, accentuer «la couverture médiatique d'un conflit de fans, et donc de renforcer et propager le récit d'une société américaine dysfonctionnelle».

Si l'on considère les 22% de commentaires négatifs, en incluant les trolls, activistes et bots, ou si on les exclut, les limitant à 10,5% des tweets, il est clair que «la majorité des fans sont, en fait, satisfaits», écrit Morten Bay. L'auteur précise bien que sa base de donnée est cependant relativement limitée et que Twitter ne peut être perçu comme une représentation parfaite de l'avis des fans mais cela reste un bonne démonstration des possibités d'instrumentalisation des débats sur la pop culture sur les réseaux sociaux.

Newsletters

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

Le meilleur repaire des blagues entre patelins n'est plus le PMU, mais Instagram. Les mèmes régionaux y fleurissent et donnent aux querelles de clochers un côté cool.

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Attendus quotidiennement devant chez eux ou leurs studios par des fans toujours plus jeunes, les nouvelles stars de YouTube sortent du silence pour évoquer un phénomène largement amplifié par les réseaux sociaux.

Clubhouse va-t-il bouleverser les règles de l'influence?

Clubhouse va-t-il bouleverser les règles de l'influence?

Personnalités politiques, marques et médias tentent de s'installer sur ce réseau social, non sans difficultés. Exit l'image et les faux-semblants, ici tout se veut authentique.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters