Monde

Gênes pourrait bientôt bannir son icône du cool: la Vespa

Temps de lecture : 2 min

Le mouvement «Ne touchez pas à ma Vespa!» reprend le combat.

Des Vespas bien rangées à Mantova, en juin 2014 pour la Vespa World Days | Alberto Lingria / AFP
Des Vespas bien rangées à Mantova, en juin 2014 pour la Vespa World Days | Alberto Lingria / AFP

Écharpe au vent, se glissant dans les ruelles, se faufilant dans le trafic, bravant les pavés, la Vespa, ce deux-roues icône du cool et de la classe à l'italienne est en danger dans sa ville natale de Gêne, celle de son créateur Rinaldo Piaggio.

Ce n'est pas la première fois que la municipalité tente de s'en prendre aux deux-roues. En 2016, année du 70e anniversaire de la marque, la mairie avait voulu bannir de son territoire les scooters construits avant 1999, entre 7 heures du soir et 7 heures du matin. Twitter avait permis de déchaîner les passions des scootards avec le hashtag #lamiavespanonsitocca, «Ne touchez pas à ma Vespa!». La municipalité avait fait marche arrière.

Aujourd'hui, les clubs de Vespa de la ville sont prêts à se remobiliser car le nouveau maire, Marco Bucci, a promis de ressusciter ces mesures. Tous les détails ne sont pas encore connus, raconte le Guardian, mais la municipalité veut acter la transition vers les véhicules électriques. «Nous devons nous assurer que les engins les plus polluants ne soient plus dans le centre», a déclaré le maire.

Vespa-land

Plus que la Vespa en elle-même, c'est son moteur «deux-temps» qui pose problème. Son carburant fait d'un mélange d'huile et d’essence est plus polluant que celui des moteurs «quatre-temps» d'autres engins.

Ailleurs en Europe, certaines villes ont déjà mis en place des mesures du même genre. Amsterdam a banni les modèles antérieurs à 2011 d'une zone de la ville dite de «faibles émissions». En 2016, Paris excluait de son centre tous les deux-roues datant d'avant 1999.

Le nouveau maire de Gênes tente de promouvoir une vision de ville moderne, surtout depuis la chute du pont en août qui a fait quarante-trois victimes. Les Vespa sont une cible facile, seulement 27.000 modèles ont été vendus en 2014 contre 600.000 en 1980. Les ventes de scooters à essence diminuent dans toute l'Europe alors que celles des électriques augmentent.

Gêne est une ville de deux-roues, on y compte moins de voitures que dans n'importe quelle autre ville italienne, hormis Venise: 180.000 scooters et motos pour 600.000 âmes. Parmi elles, 20.000 sont les fières propriétaires d'une Vespa. Plus qu'une tendance, la Vespa est un mode de vie pour les Génois et Génoises qui palient la faiblesse du système de transports public –il n'y a qu'une petite ligne de métro pour toute la ville.

À LIRE AUSSI Couper les ponts

La guêpe

C'est en 1946 que le fils de Rinaldo Piaggio décide de lancer la fabrication d'un modèle abordable pour les masses et qu'un ingénieur aéronautique, Corradino d'Ascanio, dessine le modèle de la «guêpe», «vespa» en italien. L'engin a été conçu léger et manoeuvrable pour les routes de l'après-guerre.

Dès sa sortie, il est marqueté de la même façon pour les femmes et les hommes et devient un symbole de mobilité, liberté, émancipation et romantisme. En 1956, Piaggio avait déjà vendu un million de modèles. Les deux-roues deviennent rapidement des stars de cinéma chez Visconti ou Fellini. Depuis, des centaines de club de Vespa se retrouvent pour des rallyes aux quatre coins du monde. En 2017, le Vespa world day qui avait lieu en Allemagne a attiré 4.000 personnes de 320 clubs venus de trente-deux pays différents.

Les défenseuses et défenseurs de Vespa s'étaient déjà rendus aux réunions municipales en 2016 pour prouver que le deux-roues n'était pas si nocif pour l'environnement. Selon eux, il n'y aurait que 3.000 vieux modèles circulant dans les rues de Gênes et leur pollution serait insignifiante comparée à celle des bateaux du port. S'appuyant sur une étude belge de 2011, ils affirmaient même que les deux-roues éviteraient la congestion du trafic et donc une hausse de la pollution.

Slate.fr

Newsletters

Quatre ans après son élection, Justin Trudeau ne fait plus rêver personne

Quatre ans après son élection, Justin Trudeau ne fait plus rêver personne

À quelques mois des élections fédérales, le Premier ministre canadien fait face à un scandale politique qui déchire son parti. Il ne peut que difficilement compter sur son bilan pour se relever.

Au Venezuela, des soins médicaux en échange de votes pour Maduro

Au Venezuela, des soins médicaux en échange de votes pour Maduro

Des médecins cubains envoyés au Venezuela racontent comment leur métier a été instrumentalisé à des fins politiques.

La reine Élisabeth doit-elle payer des impôts?

La reine Élisabeth doit-elle payer des impôts?

La loi ne l'y oblige pas, mais l'usage évolue.

Newsletters