Sciences

Au Japon, des termites femelles ont créé des sociétés sans mâles

Temps de lecture : 2 min

C'est la première fois que des colonies entièrement femelles ont été découvertes.

Nid de termites | Steve Hicks via Flickr CC License by
Nid de termites | Steve Hicks via Flickr CC License by

Plusieurs espèces animales peuvent se reproduire de façon asexuelle, via parthénogénèse, notamment certains requins, lézards et serpents mais aussi plusieurs types d'insectes comme les pucerons et certaines fourmis.

Jusqu'ici, les colonies de termites étaient plus traditionnelles, avec une reine et un roi qui assurent la reproduction et des termites travailleuses asexuelles mâles et femelles. Or pour la première fois, des scientifiques ont découvert des colonies entièrement féminines. Sur soixante-quatorze colonies de termites étudiées par le biologiste Toshihisa Yashiro dans divers sites au Japon, trente-sept étaient exclusivement féminines et asexuelles.

«Ça m'a donné mal à la tête parce que nous étions convaincus que la présence de mâles et de femelles était la règle dans les sociétés de termites», a expliqué Yashiro au New York Times.

La découverte est surprenante car à l'inverse des colonies d'abeilles et de fourmis –dominées par des femelles– les sociétés de termites étaient caractérisées par le rôle actif des mâles et des femelles.

Comme l'écrit la journaliste du New York Times, «l'étude du Dr. Yashiro est la première... à avoir montré que les mâles peuvent être éliminés de sociétés avancées dans lesquelles ils jouaient auparavant un rôle actif».

Alors que la reproduction sexuelle introduit de nouvelles variations génétiques dans une espèces, ces termites particulières –les Glytotermes nakajimai– se trouvent dans des régions isolées de la côte et n'ont peut-être pas eu besoin de ce trait pour lutter contre les parasites et les pathogènes. Par contre, l'asexualité a pu être un moyen efficace de faire augmenter leur population. En effet, les populations asexuelles de termites se reproduissent en moyenne deux fois plus vite que celles qui sont sexuées.

Après avoir analysé le patrimoine génétique de ces termites, l'équipe a trouvé que le schisme entre les deux types de colonies –sexuées et asexuées– avait eu lieu il y a environ quatorze millions d'années.

Les scientifiques ont aussi observé que ces colonies femelles semblaient encourager la coopération, dans la mesure où ces sociétés avaient de multiples reines, parfois jusqu'à vingt-cinq.

Newsletters

Faire l'amour plus souvent pourrait retarder la ménopause

Faire l'amour plus souvent pourrait retarder la ménopause

Et ça marche aussi avec la masturbation.

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Même si ce sont surtout les petites structures qui sont touchées par la raréfaction de la neige, le nombre de stations en activité diminue et les jeunes skient moins que dans les années 1990.

Le climatoscepticisme progresse aux États-Unis

Le climatoscepticisme progresse aux États-Unis

Décryptage du socle politique et historique du déni climatique outre-Atlantique, dont Trump est le digne héritier.

Newsletters