Sciences

Au Japon, des termites femelles ont créé des sociétés sans mâles

Temps de lecture : 2 min

C'est la première fois que des colonies entièrement femelles ont été découvertes.

Nid de termites | Steve Hicks via Flickr CC License by
Nid de termites | Steve Hicks via Flickr CC License by

Plusieurs espèces animales peuvent se reproduire de façon asexuelle, via parthénogénèse, notamment certains requins, lézards et serpents mais aussi plusieurs types d'insectes comme les pucerons et certaines fourmis.

Jusqu'ici, les colonies de termites étaient plus traditionnelles, avec une reine et un roi qui assurent la reproduction et des termites travailleuses asexuelles mâles et femelles. Or pour la première fois, des scientifiques ont découvert des colonies entièrement féminines. Sur soixante-quatorze colonies de termites étudiées par le biologiste Toshihisa Yashiro dans divers sites au Japon, trente-sept étaient exclusivement féminines et asexuelles.

«Ça m'a donné mal à la tête parce que nous étions convaincus que la présence de mâles et de femelles était la règle dans les sociétés de termites», a expliqué Yashiro au New York Times.

La découverte est surprenante car à l'inverse des colonies d'abeilles et de fourmis –dominées par des femelles– les sociétés de termites étaient caractérisées par le rôle actif des mâles et des femelles.

Comme l'écrit la journaliste du New York Times, «l'étude du Dr. Yashiro est la première... à avoir montré que les mâles peuvent être éliminés de sociétés avancées dans lesquelles ils jouaient auparavant un rôle actif».

Alors que la reproduction sexuelle introduit de nouvelles variations génétiques dans une espèces, ces termites particulières –les Glytotermes nakajimai– se trouvent dans des régions isolées de la côte et n'ont peut-être pas eu besoin de ce trait pour lutter contre les parasites et les pathogènes. Par contre, l'asexualité a pu être un moyen efficace de faire augmenter leur population. En effet, les populations asexuelles de termites se reproduissent en moyenne deux fois plus vite que celles qui sont sexuées.

Après avoir analysé le patrimoine génétique de ces termites, l'équipe a trouvé que le schisme entre les deux types de colonies –sexuées et asexuées– avait eu lieu il y a environ quatorze millions d'années.

Les scientifiques ont aussi observé que ces colonies femelles semblaient encourager la coopération, dans la mesure où ces sociétés avaient de multiples reines, parfois jusqu'à vingt-cinq.

Newsletters

Il faudrait étendre la définition de la vie pour savoir s'il y en a sur Mars

Il faudrait étendre la définition de la vie pour savoir s'il y en a sur Mars

Les recherches suggèrent que la définition standard de la vie pourrait être trop restrictive pour les complexités de l'espace.

Christopher Havens, «Breaking Bad» à l'envers

Christopher Havens, «Breaking Bad» à l'envers

Contrairement au héros télévisuel joué par Bryan Cranston, l'Américain est passé par la méthamphétamine et le meurtre avant de devenir un prodige des sciences.

La pandémie du Covid-19 fait resurgir des peurs populaires

La pandémie du Covid-19 fait resurgir des peurs populaires

Malgré les acquis et les avancées scientifiques, la raison a-t-elle laissé place à la passion?

Newsletters