Société

La solitude est aussi une affaire de jeunes

Temps de lecture : 2 min

40% des personnes âgées de 16 à 24 ans disent se sentir seules, voire très souvent seules, selon une nouvelle étude de la BBC.

Les jeunes personnes ne sont pas encore habituées à ce sentiment de solitude | Anthony Tran via Unsplash CC License by
Les jeunes personnes ne sont pas encore habituées à ce sentiment de solitude | Anthony Tran via Unsplash CC License by

On imagine facilement que les gens seuls sont des personnes âgées qui manquent de contacts humains. Une nouvelle étude de la BBC en collaboration avec trois universités britanniques nuance ce présupposé. Le sondage réalisé sur 55.000 personnes à partir de l'âge de 16 ans montre que 40% des 16 à 24 ans disent se sentir seules voire très souvent seules, contre 27% chez les plus de 75 ans.

Cependant, la BBC met en garde: le sondage ayant été effectué en ligne sur la base du volontariat, il est possible que l'un de ses biais soit que les personnes qui se sentent seules aient été plus enclines à répondre. Il n'empêche que cela interroge: pourquoi tant de jeunes se sentent seuls et seules?

Moment de transition et adaptation

À la question de savoir à quel âge on est le plus susceptible de ressentir de la solitude, tous les sondés et sondées, toutes catégories d'âges confondues, s'accordent sur le début de la vie adulte. Cela signifie que le résultat n'est pas forcément dû à une capacité plus importante des jeunes à admettre leur solitude, ni même que cet état soit un écueil de la vie moderne.

Claudia Hammond, journaliste de la BBC spécialisée en psychologie, met plutôt en cause ce moment de transition où il faut «déménager de la maison, commencer ses études, un nouveau boulot: tout cela peut vous éloigner des proches avec lesquels vous avez grandi». C'est aussi un temps où il faut essayer de se définir et de définir sa place dans le monde.

La journaliste estime également qu'il s'agit d'un moment d'adaptation: «Les jeunes personnes ne sont pas encore habituées à ce sentiment de solitude et n'ont pas encore l'expérience de savoir que ces moments passent, ou même la chance de trouver un moyen de les gérer, en essayant de se distraire ou en cherchant de la compagnie».

Déconnexion

Dans un monde connecté où les réseaux sociaux prennent une place toujours plus importante, on pourrait penser que les personnes sont plus aptes à gérer la solitude. Pourtant, celles qui rapportent se sentir seules ont souvent plus d'amies et amis virtuels, nous apprend la BBC.

Les cinq caractéristiques de la solitude désignées par les participantes et participants sont, d'abord le fait de «n'avoir personne à qui parler», la deuxième de «se sentir déconnecté du monde», ensuite vient l'impression de «se sentir à l'écart», puis «la tristesse» et enfin le fait de «ne pas se sentir compris». Il y a une différence entre le sentiment de solitude et le simple fait d'être effectivement seul ou seule.

Les scientifiques impliqués dans la réalisation du sondage ont aussi découvert que le niveau de solitude s'accompagne d'un niveau d'empathie plus élevée. Ils ont observé les niveaux d'empathie en confrontant les participantes et participants à des situations de douleur physique ou sociale expérimentées par un tiers: une personne se coince les doigts dans une porte, une autre se fait harceler, quitter, victimiser. Il n'y a pas de différence de niveau de compassion chez les personnes se sentant seules pour ce qui est de la douleur physique. En revanche, face à la douleur dite «sociale», les personnes qui se sentent seules démontrent un plus haut niveau d'empathie. Peut-être parce qu'elles sont plus à même de se mettre à la place des autres, nous dit la BBC.

Slate.fr

Newsletters

Qualifier les femmes voilées de «mamans», un stade avancé du paternalisme

Qualifier les femmes voilées de «mamans», un stade avancé du paternalisme

La recrudescence du terme pour désigner les femmes portant le voile relève d'un esprit petit-bourgeois.

J'ai passé six semaines à Paris, j'ai perdu six années d'espérance de vie

J'ai passé six semaines à Paris, j'ai perdu six années d'espérance de vie

[BLOG You Will Never Hate Alone] Paris est devenue une ville sans pitié qui ne sait plus comment vivre.

Cécile, 34 ans: «Deux ans de célibat, tu finis par explorer la masturbation»

Cécile, 34 ans: «Deux ans de célibat, tu finis par explorer la masturbation»

En amour, il y a toujours une première et une dernière fois. Et entre les deux, un chemin qui témoigne de l'évolution de nos vies. ...

Newsletters