Parents & enfants / Tech & internet

Au Royaume-Uni, bientôt des recommandations officielles pour limiter le temps passé par les enfants sur les réseaux sociaux

Temps de lecture : 2 min

Le ministre de la Santé britannique a demandé à des experts médicaux d'établir des règles d'utilisation raisonnable, afin de protéger les plus jeunes internautes.

Une jeune enfant devant un ordinateur | Davide Cassanello via Flickr CC License by
Une jeune enfant devant un ordinateur | Davide Cassanello via Flickr CC License by

Comme il faut consommer l'alcool «avec modération», ou comme il est inscrit «fumer tue» sur les paquets de cigarettes, le ministre de la Santé britannique souhaiterait que des recommandations similaires régissent l'utilisation des réseaux sociaux. Pour ce faire, Matt Hancock a demandé l'avis d'experts médicaux, rapporte The Observer.

«En tant que père, je suis vraiment inquiet lorsque je vois que de plus en plus d'études montrent l'impact des réseaux sociaux sur la santé mentale des enfants», a justifié le ministre. The Observer cite notamment les résultats d'un rapport de l'Institut de la politique éducative: «Alors que seuls 12% des enfants qui ne vont pas sur les réseaux sociaux présentent des symptômes de maladie mentale, ce pourcentage grimpe à 27% pour ceux qui passent plus de trois heures par jour sur ces sites.» Et les études similaires se multiplient.

En mettant en place des recommandations officielles sur le temps maximum que les enfants devraient passer sur les réseaux sociaux, Matt Hancock espère instituer une «norme» plus facilement applicable, pour que ni les écoles ni les parents n'aient à «décider individuellement» de ce qu'est ce temps raisonnable: «En tant que parent, on aimerait pouvoir rappeler à ses enfants: "Les règles disent que tu ne devrais pas passer plus d'un certain temps sur les réseaux sociaux"», détaille-t-il.

Ces directives seront aussi l'occasion d'établir un âge minimum au-dessous duquel il serait interdit de se connecter sur ces sites. Âges qui existent déjà pour Facebook ou Instagram, mais qui ne sont pas toujours respectés, car soumis à aucun contrôle, constate Matt Hancock.

La médecin-en-chef du Royaume-Uni, Dame Sally Davies, rendra ses conclusions prochainement. Quant à la forme que prendront ces recommandations, le ministre ne l'a pas précisé.

Slate.fr

Newsletters

Blâmer les ados pour le temps passé devant leurs écrans n’est pas la solution

Blâmer les ados pour le temps passé devant leurs écrans n’est pas la solution

On ne peut pas attendre des enfants qu'ils aient la capacité innée à résister à des manipulations cognitives aussi finement pensées.

Lou, l'héroïne qui grandit entre les cases

Lou, l'héroïne qui grandit entre les cases

À l’occasion de la sortie du huitième tome de la série, l’auteur Julien Neel revient sur la conception de sa BD culte. Papier réalisé par un journaliste de 43 ans et une jeune pousse de 10 ans.

Se souvenir de moments heureux réduirait les risques de dépression chez les ados

Se souvenir de moments heureux réduirait les risques de dépression chez les ados

Les scientifiques appellent ce phénomène la résilience.

Newsletters