Société / Culture

Je n'ai même pas eu à lire le livre d'Éric Zemmour pour savoir pourquoi il se vend si bien

Temps de lecture : 5 min

Je me suis plongée dans les commentaires Amazon pour essayer de comprendre ce qui plaît tant aux lecteurs et lectrices de «Destin français».

Éric Zemmour au palais de justice de Paris, le 6 novembre 2015 | Bertrand Guay / AFP
Éric Zemmour au palais de justice de Paris, le 6 novembre 2015 | Bertrand Guay / AFP

Je m’étais promis un truc: je n’écrirai pas sur Éric Zemmour.

Malgré tout, il y avait un petit truc qui me chiffonnait. Comptant pas mal d’amies autrices ou éditrices, j’avais vu passer avec des cris de victoire des captures d’écran de classements des meilleures ventes. Sur Amazon, Sorcières de la génialissime Mona Chollet était en 2e position derrière Zemmour pour les essais. Sur Editis, La Vraie Vie d'Adeline Dieudonné n’était pas très loin de lui. L’autre jour, dans l’émission «Quotidien», Yann Barthès recevait l’auteur du livre qui fait la course en tête des ventes à ses côtés (le barbu qui te fait un check viril quand tu finis ton jus d’abricot).


(Notons en 6e position Laurent Obertone, un auteur qui semble situé à droite de Marine Le Pen.)

Tout cela confirmait mes pires craintes: le livre d'Éric Zemmour fait un carton –comme le précédent. Pointe alors une question timide: pourquoi? Certes, on peut se lancer dans de longues analyses sur l’état de la société française mais, comme moi je pourrais disserter des heures sur un livre que j’aime, qu’est-ce qui plait aux lecteurs et lectrices de Destin français?

«J'adooooooore, ZEMMOUR, je t'aime!!!»

Pour mieux comprendre, j’aurais pu lire le livre en question; j’ai préféré me contenter des critiques du susdit ouvrage sur Amazon. Il a 4,2 étoiles sur 5 –un très bon score– et les commentaires sont… dithyrambiques. On bascule dans un autre univers. C’est à tel point que j’ai soupçonné des fakes. Qui écrit sans ironie: «Formidable bouquin dont je ne peux me détacher, j'en rêve la nuit, je vibre entre BOSSUET et Madame de STAEL, je tempête, je souris, je hurle, je tombe de l'échelle en contemplant le vrai visage de VOLTAIRE,.... bref j'adooooooore, ZEMMOUR, je t'aime!!!»?

En vieille dame de l’internet, j’ai immédiatement pensé: «Ah ok, c’est ironique.» Comme il y a dix ans, quand le collectif de trolls les Fatals Flatteurs laissaient ce genre de commentaires sous les articles d’Alain Minc, pour se foutre de lui: «Alain Minc est un laboratoire d'idées à lui tout seul. Aux Pays-Bas, il nous fait souvent penser à notre illustre Spinoza. On se demande parfois si ce n'est pas Spinoza qui a lu Minc.»

Surtout, je ne vous ai cité qu’un commentaire parmi des dizaines tout aussi béats d’admiration et tremblants d’enthousiasme devant la puissance intellectuelle et littéraire d’Éric Zemmour. Convaincue que je ne trouverai que des faux profils Amazon, j’ai cliqué.

Après étude approfondie des profils, il semblerait qu’ils soient à peu près tous 1) authentiques, 2) à prendre au premier degré. La plupart poste régulièrement leurs avis sur des produits achetés en ligne. Force est d’ailleurs de constater que la syntaxe et l’orthographe des commentaires sont meilleures que ce que l’on trouve d’ordinaire. Quant à leurs goûts, ils sont assez divers. Certains sont férus de livres qui expliquent que l’islam-n’est-pas-compatible-avec-la-France, tandis que d’autres achètent d’ordinaire plutôt de la science-fiction ou des polars. Mais tous sont d’accord sur une chose: Destin français est un chef d’œuvre. Il est même mieux que Le suicide français.

Bah dis donc.
Vendez-moi du rêve.

«Un trésor d'érudition»

Mais alors, il a quoi de tellement extraordinaire, ce livre? L’argument numéro un, qui revient dans tous les avis, c’est l’érudition. Florilège: «Remarquable ouvrage historique», «Auteur très éclairé et très cultivé; il a de vrais arguments issus de faits historiques avérés», «Un vrai professeur d’histoire qui domine son sujet», «Un trésor d'érudition», «Livre époustouflant d'érudition, d'intelligence, la culture de Monsieur Zemmour est exceptionnelle, ce livre devrait être enseigné à l'école», «Je suis en admiration devant son savoir et sa grande culture, moi qui ne possède qu'un certificat d'études primaires...».

Je ne veux pas jouer la rabat-joie: un livre où l'on apprend des choses, c’est bien. Mais un livre où l'on apprend des choses fausses, c’est moins bien. Or de nombreux historiennes et historiens ont déjà dénoncé les erreurs d’Éric Zemmour.

Pour ce livre-ci, je vous conseille le très bon rectificatif sur le chapitre consacré aux croisades fait par un collectif de médiévistes de la Sorbonne, et repris sur Slate. Concernant mon propre champ de compétences, tout ce qu'Éric Zemmour a écrit au sujet de Beauvoir et Sartre est grosso modo un ramassis d’absurdités –y compris sur des données biographiques factuelles.

Comment détecter le faux quand il est asséné avec certitude et précision? Parce qu’Éric Zemmour est précis dans son discours, et on voit que cette précision du détail convainc son lectorat de sa justesse, mais une erreur aussi minutieuse soit-elle dans ses détails reste une erreur.

D’ailleurs, un des commentaires devance cette remise en question des qualités d’historien d’Éric Zemmour: «Je songe déjà à ceux qui, pris de court, vont prétendre qu'il n'est pas un “vrai” historien, alors que ses références citées démontrent une maîtrise époustouflante dans sa connaissance la plus approfondie des faits et situations.» Époustouflante, rien que ça.

«Zemmour est un grand homme»

Le livre a une autre qualité vantée par plusieurs: son écriture. «Un style alerte rapide et clair», «Un style soigné, un souffle indéniable», «Au sommet de son art», «J'ai dévoré ce livre tellement il est bien écrit, CE LIVRE DEVRAIT ÊTRE DANS LES ÉCOLES».

Et il y en a qui ont vraiment été très sensibles à sa plume: «L’émotion Destin français: l'œuvre d'une vie, touchante au point que par moments, en lisant, l'émotion vous submerge...».

Le problème, c’est que Maurice Barrès aussi écrivait très bien. On peut écrire avec beaucoup de style de grosses saloperies, ça n’a jamais été antithétique.

En dehors du style, une autre chose qui plaît dans le bouquin d'Éric Zemmour, c'est… comment formuler ça? Bah tout simplement le génie, quoi. «Zemmour est un grand homme», «Son génie va rendre jaloux l'intelligentsia de gauche qui noyaute les média, car la longueur d'avance d'Éric Zemmour est si évidente qu'il est, je crois, irrattrapable».

«Merci Zemmour d'être notre voix»

Mais le livre d’Éric Zemmour a une qualité supérieure à toutes les autres, que chaque commentateur et commentatrice formule d’une manière différente: il valide ce que tout le monde pensait déjà et qu’on n’a plus le droit de dire. «Très bonne analyse des grands dangers qui menacent notre pays. L'auteur fait preuve d'une grande clairvoyance», «Je suis en accord parfait avec Éric Zemmour», «Je suis un fervent partisan de cet auteur», «Courage M. Zemmour, nous sommes des millions à penser comme vous!», «Nous sommes des millions de Français à partager ses vues, mais condamnés au silence parce que de souche donc forcément racistes. Merci Zemmour d'être notre voix», «M. Zemmour nous représente et est soutenu, je l'espère, par des centaines de milliers de Français».

Ce livre ne déstabilise pas ses lecteurs et ses lectrices, il ne les pousse pas à se remettre en question, à interroger leurs certitudes. Il fait l’inverse: il les conforte, il les berce avec du style, de l’émotion et des références historiques. Il leur fait du bien, il leur donne du plaisir. Et même mieux, il les flatte: «Ce livre est un véritable bain de jouvence! On se sent renaître et grandir, on retrouve sa fierté! Zemmour donne une leçon d'histoire et magnifie le panache français.» La séduction est totale.

Ou presque. Au milieu du concert de louanges, il faut fouiller dans les premiers commentaires pour trouver des critiques acerbes, dont ce magnifique: «Incontournable! Parfait pour caler ma vieille bibliothèque, héritée de ma grand-mère paternelle. Largeur idéale. Idéal également pour stocker ma collection de feuilles ramassées pendant l'automne.»

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Titiou Lecoq

Newsletters

L’avortement de votre fille ne doit pas être un sujet tabou

L’avortement de votre fille ne doit pas être un sujet tabou

L’avortement n’est qu’un choix reproductif, pas une décision morale honteuse.

Pourquoi déteste-t-on les femmes poilues?*

Pourquoi déteste-t-on les femmes poilues?*

*Et pas les hommes poilus.

Inondations: la France existe, et c’est souvent dans le drame que cela se jauge

Inondations: la France existe, et c’est souvent dans le drame que cela se jauge

À chaque nouveau drame, dans le même mouvement, tous les signes prouvent la vigueur d’un pays et la solidarité d’une population.

Newsletters