Culture

Dans son livre, Zemmour commet onze fautes et approximations (en un seul chapitre)

Temps de lecture : 11 min

Éric Zemmour propose une vision personnelle de l'histoire de France... appuyée sur de nombreuses erreurs et contre-vérités. Passage au crible son chapitre consacré à la première croisade.

Éric Zemmour en conférence de presse au Cercle de Lorraine à Bruxelles, le 6 janvier 2015. | Emmanuel Dunand / AFP
Éric Zemmour en conférence de presse au Cercle de Lorraine à Bruxelles, le 6 janvier 2015. | Emmanuel Dunand / AFP

Dans Destin français. Quand l'histoire se venge, son dernier ouvrage, sorti cet automne, Éric Zemmour parle abondamment de l'histoire de France. Si l'auteur prend soin de ne jamais se poser en historien, on ne l'entend pas moins affirmer dans un entretien au Point qu'il fait une «synthèse historique» et que «l'histoire n'appartient pas aux historiens». Nous ne chercherons pas ici à disséquer la vision politique qui sous-tend son travail: d'autres le feront, et mieux que nous.

Nous nous contenterons de faire notre travail de médiévistes, donc de parler du chapitre qu'il consacre à la première croisade; et notre travail d'historiennes et d'historiens, qui est de nous concentrer sur les faits, la seule chose qui distingue un travail sérieux d'une compilation de fake news.

En parlant d'Urbain II, Éric Zemmour note:

«On n'apprend plus aux écoliers qu'il fut le premier à appeler à la croisade»

>> Contestable

Éric Zemmour reprend ici (p.64) une idée reçue souvent avancée dans le débat public et dont l'un des plus illustres défenseurs est Dimitri Casali.

On ne parle pas de la première croisade à l'école primaire, en effet: mais on parle de Louis IX (saint Louis) en CM1, et le programme officiel précise qu'il faut l'aborder comme «un représentant de la chrétienté de son temps», notamment pour ce qui est de ses deux croisades. On imagine donc que les enseignantes et enseignants définissent, au moins rapidement, ce qu'est la croisade.

En 5e, le programme d'histoire s'ouvre par un thème consacré à «Chrétientés et islam, VIe-XIIIe siècle: des mondes en contact». Les croisades occupent une place fondamentale dans cette partie du programme.

Et enfin, en 2de, le premier chapitre du programme d'histoire porte sur la vie religieuse dans l'Occident médiéval. La quasi-totalité des manuels (notamment le Nathan collection Le Quintrec et le Belin collection Colon, qui représentent à eux deux plus de 40% du marché) consacrent une double-page à la première croisade, dans laquelle Urbain II est largement cité.

Ex

La première croisade dans les manuels scolaires de 2de (respectivement Nathan Le Quintrec, Nathan Cote et Hachette).

Bref, au cours de leur parcours scolaire, les «écoliers» ont eu au moins trois occasions d'apprendre qui était Urbain II: on est très loin d'une damnatio memoriae.

«Selon le mot du grand historien René Grousset, spécialiste reconnu des croisades…»

>> Contestable

René Grousset est, sans aucun doute, un spécialiste reconnu des croisades, et plus encore un grand historien. Éric Zemmour «omet» simplement (p.68) de rappeler qu'il écrivait… dans les années 1930. Or, depuis, on dispose de très nombreuses nouvelles sources que Grousset n'avait pas: de nouvelles chroniques, notamment arabes, des recherches archéologiques, etc. Surtout, depuis, il y a eu de nombreux autres historiens qui se sont penchés sur les croisades: Joshua Prawer, Jean Flori, Jonathan Riley-Smith, Claude Cahen, pour ne mentionner que quelques défunts… Leurs travaux ont considérablement amendé et corrigé les vues de René Grousset.

En effet, celui-ci était très influencé par l'utopie coloniale de son époque. Son Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem sort en 1934, quelques années seulement après la grande Exposition coloniale de 1931. Il cherche en réalité à faire des croisades le reflet idéalisé de la colonisation française du Liban et du Maghreb. Il insistait donc avant tout sur la bonne administration des Latins, sur les exemples de contacts apaisés entre Latins et musulmans, quitte à laisser de côté certaines sources. Bref, il s'agit d'une vision historique extrêmement orientée politiquement.

En outre René Grousset développe, au fil de son œuvre, une vision extrêmement pessimiste de l'histoire: il parle déjà d'invasion venue de l'Asie, menaçant la civilisation européenne –sauf qu'à l'époque il pense davantage au Japon et à la Chine, pas réellement au monde musulman…

«La vague islamique déferle… Les Turcs seldjoukides […] se sont jetés aussitôt sur l'empire byzantin»

>> Faux

Carte - Le Proche-Orient en 1095

Le Proche-Orient en 1095

C'est le leitmotiv du chapitre (p.67): les Seldjoukides menacent l'Europe, qui n'est sauvée que par la première croisade. Là encore, il s'agit d'une affirmation au minimum réductrice. Certes, les Seldjoukides, une dynastie turque, relancent dans les années 1055-1075 une vague de conquêtes territoriales dont la manifestation la plus spectaculaire est la victoire de Manzikert, en 1071. Mais, en 1095, au moment où Urbain II appelle à la croisade, la dynastie seldjoukide, à la mort du grand sultan Malik Shah, s'est déjà elle-même morcelée en plusieurs branches rivales, ce qui met un terme à ces entreprises conquérantes.

À l'échelle de l'ensemble du monde musulman, il faut rappeler que l'islam est alors extrêmement divisé, en plusieurs califats rivaux qui s'opposent souvent plus violemment les uns aux autres qu'ils ne s'opposent aux pouvoirs chrétiens. Ajoutons en outre que le jihad n'est pas du tout à l'ordre du jour à l'époque: au contraire, ce sont les croisades qui réactiveront, en Orient, un discours du jihad. Il est donc extrêmement fallacieux de parler de vague islamique, comme si l'islam formait un océan uni prêt à déferler sur l'Europe. Au moment où la première croisade atteint son objectif, les musulmans sont au contraire politiquement divisés et très surpris par l’irruption d’armées venant de l’autre bout du monde.

«La culture grecque, c'est l'Europe»

>> Faux

Deux contre-vérités dans une simple phrase (p.67). D'abord, cette «Europe» autour de laquelle Éric Zemmour construit tout son propos n'existe pas à l'époque: en particulier, le monde byzantin, de culture grecque, et le monde latin sont déjà largement distincts, voire opposés. À cet égard, il est très significatif de voir qu'Éric Zemmour gomme totalement la quatrième croisade (1204). Au cours de celle-ci, les croisés occidentaux finissent par prendre et par piller la ville de Constantinople elle-même.

À ce moment il existe de vraies tensions au sein de la chrétienté et les Grecs sont perçus très négativement par les Latins, devenant l’incarnation de la perfidie, de la couardise et de l’avarice. Les Grecs, quant à eux, considèrent les Latins comme des envahisseurs dangereux, voire comme des barbares: la chronique d'Anne Comnène, fille de l'empereur Alexis Comnène, souligne bien que Grecs et Latins ne partagent pas la même culture.

De fait, l'Europe n'émerge véritablement comme concept que dans la pensée des humanistes au XVe siècle, qui, inquiets de la montée de l'Empire ottoman, vont opposer l'Europe chrétienne à l'Asie musulmane.

Deuxième erreur: l'assimilation entre culture grecque et Europe. En effet cette culture grecque –il faudrait d'ailleurs plutôt parler de culture gréco-romaine– a également été reçue par le monde musulman. C'est d'ailleurs, dans la quasi-totalité des cas, via des textes arabes que l'Occident latin va redécouvrir le corpus grec (les textes médicaux, scientifiques ou philosophiques, notamment Aristote).

L'affirmation d'Éric Zemmour ne sort pas de nulle part. Il semble en effet reprendre la vision avancée en 2008 par Sylvain Gouguenheim, qui provoqua à l'époque une très vive réaction du monde universitaire européen. En plus de sa vision politiquement orientée, l'auteur fut accusé d'avoir manipulé, voire inventé des sources pour soutenir ses idées.

«L’Église s'est pourtant attachée à contenir les pulsions belliqueuses des seigneurs […] multipliant les “paix de Dieu” […] et autres “trêves de Dieu”»

>> Faux

Affirmation maladroite pour le moins (p.65): la Paix de Dieu n'a été lancée que lors du Concile de Charroux, en 989. Au moment de la première croisade, ça fait donc 106 ans qu'elle existe, et pas «depuis des siècles». En outre, à la suite notamment de Dominique Barthélemy, la tendance actuelle de la recherche historique est de relativiser l'impact de la Paix de Dieu, pour souligner que la violence féodale était déjà extrêmement régulée et normalisée et que, dans une certaine mesure, diverses institutions ecclésiastiques ont pu au contraire exacerber les violences locales.

«La croisade est une victoire française» & «Godefroy de Bouillon était (pratiquement) français»

>> Faux

Éric Zemmour confond volontairement (p.68 et 71) le terme de Francs, qui désigne les croisés, et celui de Français. Il suffit d'en revenir aux sources, qui affirment clairement le caractère plurinational des troupes de la première croisade: le chroniqueur Foucher de Chartres, qui a participé à la croisade, parle ainsi d'«une multitude infinie parlant des langues différentes, et venue de pays divers».

Il mentionne notamment des Français, mais aussi des Italiens, des Anglais, des Bretons, des Lorrains, des Normands, des Teutons, des Gascons, des Espagnols, des Bourguignons, des Provençaux… Or tous ces peuples ne sont pas français et ne se définissent pas comme français: si certains finiront par le devenir (comme les Provençaux ou les Bretons), ce n'est que bien des siècles plus tard et il est donc extrêmement fallacieux de coller sur le XIe siècle des identités qui n'existent pas à l'époque. Godefroy de Bouillon, duc de Basse-Lotharingie, n'est «français» ni par la langue qu'il parle, ni par ses fidélités politiques (puisqu'il est vassal de l'empereur du Saint-Empire romain germanique).

Ce qui est fascinant, c'est que cette confiscation de la croisade par les Français et pour les Français commence dès l'époque médiévale. Un pèlerin allemand (Jean de Würzburg) note en effet vers 1170 que les Français ont, à Jérusalem, changé l'épitaphe de la tombe d'un croisé de la première heure, un Allemand bien connu, pour en faire un Français: avec colère, il rappelle que cette croisade a été faite par bien des peuples et que Godefroy de Bouillon et Baudouin, les deux premiers souverains de Jérusalem, étaient des «Franconiens» et pas des «Francs».

Au XIXe siècle, une violente querelle opposa de même érudits français et belges, les deux cherchant à s'approprier la figure prestigieuse de Godefroy de Bouillon, dans un contexte de construction des identités nationales.

Éric Zemmour apparaît donc comme l'héritier de cette longue volonté de confisquer la gloire de la croisade, quitte à réécrire une épitaphe ou à fausser l'histoire.

«La croisade aura duré moins de deux siècles»

>> Faux

Il est faux de parler de «la croisade», comme s'il s'agissait d'un mouvement unique (p.68). Durant toute la période médiévale, le pape lance des croisades en direction de la Terre Sainte bien sûr, mais aussi de l'Espagne, de l'espace balte (croisades des chevaliers teutoniques), contre les Albigeois (les cathares) dans le Languedoc ou encore contre un ennemi politique en Occident… Il n'y a donc pas qu'une seule croisade.

En outre, Éric Zemmour confond (là aussi, volontairement) les États latins d'Orient et les croisades. Les premiers disparaissent en 1291, avec la prise d'Acre par les Mamelouks: notons cependant que le royaume de Chypre dure jusqu'en 1489. Par contre, les croisades, au sens strict de pèlerinage armé sanctionné par la papauté romaine, durent bien plus longtemps: des bulles de croisade sont promulguées en 1478, 1479, 1481, 1482, 1485, 1494, 1503 et 1505, pour soutenir la Reconquista espagnole; puis très souvent au XVIe siècle contre l'Empire ottoman. L'esprit de croisade est très fort aux XVe-XVIe siècles et il joue un rôle clé dans le processus des grandes découvertes: c'est en pensant à la reprise de Jérusalem que Christophe Colomb part vers l'ouest. Et ce n'est qu'en 1847 que la papauté reconnaît officiellement que l'argent levé pour la croisade sera désormais utilisé pour l'entretien des églises, et non pour faire la guerre aux infidèles.

«Le pape Urbain II avait reçu la visite d'un Picard qu'on nommait Coucou Piètre, ou Pierre l'Hermite»

>> Contestable

Le surnom «Coucou Piètre» sort littéralement de nulle part: on le trouve pour la première fois, à notre connaissance, chez Jules Michelet, que d'ailleurs Éric Zemmour cite juste après (p.65). Avec tout le respect dû à ce grand écrivain du XIXe siècle, il faut préciser que ce n'est pas une source de l'époque des événements (ce qu'on appelle une source primaire), mais un romancier qui écrit des siècles plus tard. Les historiennes et historiens contemporains n'ont pas repris ce surnom que l'on ne trouvera jamais dans un bon livre d'histoire sur les croisades.

Pierre l'Ermite, lui, a bien existé et il a joué un rôle fondamental durant toute la première croisade, même si sa visite à Urbain II n'est absolument pas attestée. Dans un bel article sur le sujet, Jean Flori note très clairement que la grande majorité des sources dont on dispose ne font de Pierre l'Ermite que le chef d'un des premiers contingents de la croisade. Il a probablement été un prédicateur très populaire, prétendant avoir reçu une vision divine; mais il apparaît historiquement très peu probable qu'il soit à l'origine de la première croisade.

«On ne peut juger du bien-fondé des croisades qu'à la lueur de la chute de Constantinople devant les troupes turques en 1453»

>> Contestable

Un ou une historienne n'a pas à «juger du bien-fondé» de quoi que ce soit: son rôle n'est pas de distribuer bons et mauvais points ni de siéger dans une sorte de tribunal de l'histoire…

Plus grave encore, la méthode que propose Éric Zemmour (p.69) s'appelle une approche téléologique: cela consiste à voir un événement en fonction de ce qui s'est passé après lui. C'est l'un des gros biais qui guettent toujours l'historien ou l'historienne, puisqu'évidemment, quand on raconte l'histoire, on en connaît la fin: on a donc toujours tendance, parfois inconsciemment, à considérer que les événements devaient forcément déboucher sur cette fin-là. Or un événement a des causes, puis des conséquences, dans cet ordre, et on ne peut pas lire un événement à partir de ses conséquences (ou, en tout cas, pas seulement).

Écrire que la première croisade ne se comprend que par rapport à la chute de Constantinople en 1453 peut sembler fondé: en réalité, c'est tout aussi absurde que si on écrivait: «La politique fiscale du cardinal de Richelieu est entièrement justifiée par le krach boursier de 2008».

«L'affaiblissement de l'esprit de croisade ne fut pas une marque de progrès moral mais une preuve de décadence»

>> Contestable

Aux dernières nouvelles, la «décadence» n'est pas un outil d'analyse historique, mais un pur fantasme pseudo-historique, qui cache en réalité un jugement d'ordre moral. Il est donc faux de présenter cette affirmation (p.70) comme une vérité générale: il faudrait écrire: «À mes yeux, l'affaiblissement de l'esprit de croisade est une décadence».

«Pour justifier leurs attaques meurtrières sur le sol français en 2015, les propagandistes du Califat islamique sonnèrent l'heure de la revanche contre les “croisés”»

>> Contestable

Contrairement à ce qu'écrit Éric Zemmour, on trouve bel et bien un discours de la croisade appliqué au monde contemporain en Occident: le 16 septembre 2001, George W. Bush parlait ainsi de la «croisade» contre le terrorisme. Le mot provoqua alors un tollé de protestations, notamment venu du monde musulman, et le président américain tenta de s'en excuser et de rattraper sa bourde. On aurait également pu citer le «bon mot» du général Gouraud, devant la tombe de Saladin à Damas en 1920: «Nous voilà de retour, monsieur le sultan !» (probablement apocryphe, mais révélateur). En plus proche de nous encore, comment oublier qu'Anders Breivik, juste avant de tuer 77 personnes se présentait comme un Templier et un croisé?

Bref, il n'y a donc pas d'oubli occidental: le vocabulaire de la croisade n'a jamais véritablement déserté les imaginaires contemporains, en Orient comme en Occident. Depuis la période médiévale, il a sans cesse été reconvoqué, réutilisé, remobilisé, et gageons qu'il le sera encore pendant très longtemps.

Ce fact-checking a été conçu et écrit par Florian Besson et Simon Hasdenteufel, spécialistes des États latins en Orient.
L'ensemble d'Actuel Moyen Âge est solidaire de cet article.

Pour en savoir plus :

- Tommaso Di Carpegna Falconieri, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

- Philippe Büttgen, Alain de Libera, Marwan Rashed et Irène Rosier-Catach (dir.), Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l’islamophobie savante, Paris, Fayard, 2009.

- Jonathan Simon Christopher Riley-Smith (éd.), The Oxford Illustrated History of the Crusades, Oxford, Oxford University Press, 2001.

- Suleiman A. Mourad, Croisades: quand l'histoire déforme la réalité, sur The Conversation, 13 septembre 2018.

Florian Besson

Simon Hasdenteufel

Nonfiction Le portail des livres et des idées

Newsletters

«Une affaire de famille», bricolage de survie en or fin

«Une affaire de famille», bricolage de survie en or fin

Le nouveau film de Kore-eda accompagne avec verve et émotion les membres d'une «famille» précaire, mais inventant en marge des lois et des normes sa propre façon d'exister.

Neuf ans avant «Vendredi 13», un tueur pourchassait déjà ses victimes dans les bois

Neuf ans avant «Vendredi 13», un tueur pourchassait déjà ses victimes dans les bois

Pour décrypter le slasher américain «Vendredi 13» (1980), c’est vers le septième art transalpin qu’il faut lorgner, du côté du maître du giallo Mario Bava.

Depuis #MeToo, les tournages de scènes de sexe de HBO ne sont plus les mêmes

Depuis #MeToo, les tournages de scènes de sexe de HBO ne sont plus les mêmes

Et l'initiative de la chaîne commence à se répandre à Hollywood.

Newsletters