Égalités / Culture

Pourquoi il est si difficile de parler de racisme avec les personnes blanches

Temps de lecture : 10 min

Slate publie les bonnes feuilles de l'essai de Reni Eddo-Lodge.

«Choisir de ne pas voir la race n’aide pas à déconstruire les structures racistes» | Thrp via Flickr CC License by
«Choisir de ne pas voir la race n’aide pas à déconstruire les structures racistes» | Thrp via Flickr CC License by

En 2014, Reni Eddo-Lodge publie sur son blog un billet dans lequel elle exprime sa frustration face au profond manque de compréhension de la part des personnes blanches envers le racisme et ce que signifie être une personne noire dans nos sociétés occidentales, en particulier en Grande-Bretagne où elle vit.

Elle prolonge sa réflexion dans le livre Le racisme est un problème de Blancs, publié aux Éditions Autrement, qui sort le 26 septembre 2018.

Nous en publions ci-dessous des extraits. Le titre et les intertitres sont de la rédaction de Slate.

Le racisme n'est pas qu'une question de valeurs morales

Pendant très longtemps, on n’a rangé sous l’étiquette «racisme» que les pratiques facilement condamnables des extrémistes blancs et du nationalisme blanc. Les extrémistes blancs ont toujours été vivement réprouvés par nos trois grands partis politiques. Pourtant, ce sentiment de fierté blanche réactionnaire, très souvent opposé au progrès social, n’a jamais réellement disparu. Il revient régulièrement dans l’action du Front national, du Parti national britannique et de l’English Defence League. Qu’ils déboulent en cagoules et capuches dans les rues des grandes villes, ou qu’en costards ils se donnent un air respectable dans leurs meetings, leur politique a une réelle influence sur la vie de ceux qui ne sont ni blancs ni britanniques.

Si toutes les formes de racisme étaient aussi faciles à détecter, à identifier et à dénoncer que l’extrémisme blanc, le travail des antiracistes serait un jeu d’enfants. Les gens croient que, s’il n’y a pas eu d’agression ou si le mot «nègre» n’a pas été prononcé, un acte ne peut pas être raciste. Tant qu’un Noir ne s’est pas fait cracher dessus dans la rue, ou qu’un extrémiste en costard n’a pas déploré le manque d’emplois, en Grande-Bretagne, pour les travailleurs britanniques, ce n’est pas du racisme (et encore, même si le politique en costard a effectivement prononcé ces mots, il faudra alors débattre du caractère raciste ou non de sa déclaration, car qu’y a-t-il de raciste à vouloir protéger son pays?!). Dernier point, enfin, d’une évidence manifeste: si le racisme se ramenait finalement à l’extrémisme blanc, pourquoi et comment parviendrait-il à infiltrer des milieux dont les responsables ont des opinions fort différentes de celles des extrémistes blancs? C’est bien la preuve que le problème est plus profond.

«On se conforte dans l’idée que le véritable racisme n’existe que dans le cœur des gens mauvais.»

Reni Eddo-Lodge

On aime à se dire que les gens biens ne peuvent pas être racistes. On se conforte dans l’idée que le véritable racisme n’existe que dans le cœur des gens mauvais. On se raconte que le racisme est une question de valeurs morales, alors qu’il s’agit de la stratégie de survie du pouvoir systémique. Quand des franges entières de la population votent pour des politiciens et des projets politiques usant explicitement du racisme comme argument électoral, on se dit qu’il est impossible que tous ces électeurs soient racistes, car cela ferait d’eux des monstres insensibles. Mais en fait, il ne s’agit pas là d’être bon ou méchant.

Le racisme structurel avance masqué. Il nous glisse entre les mains, comme un serpent d’eau dans celles d’un enfant. Il se repère moins qu’une croix de saint Georges ou qu’un torse nu dans une manifestation de l’English Defence League. Il prend un visage bien plus respectable.

Je reconnais que le mot «structurel» peut paraître abstrait. Structurel. Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire? Mais je le préfère au terme d’institutionnel, car il recouvre à mon sens un champ plus large que celui de nos institutions les plus courantes. Adopter un point de vue global sur le phénomène permet d’en percevoir les structures. Le racisme structurel, ce sont des dizaines, des centaines, voire des milliers d’individus animés des mêmes préjugés qui se réunissent et agissent en conséquence. Le racisme structurel, c’est une culture organisationnelle blanche, impénétrable, créée par ces mêmes individus; quiconque ne s’inscrit pas dans cette culture doit, au choix, s’adapter ou s’attendre à échouer. Le terme structurel est souvent le seul moyen de désigner ce qui est imperceptible: les froncements de sourcils silencieux, les préjugés implicites, les jugements à l’emporte-pièce, sans fondement réel, sur la compétence d’une personne.

La colour-blindness, une vision naïve et réductrice du racisme

Dès lors que nous vivons à l’ère de la colour-blindness, bercés par l’illusion de la méritocratie, certains doivent se taire pour que d’autres puissent prospérer. En 2014, j’ai interviewé la féministe noire et universitaire Kimberlé Crenshaw, qui s’était intéressée de près à la politique de la colour-blindness: «C’est l’idée selon laquelle, pour éliminer la race, il faut éliminer tous les propos qui s’y rapportent, y compris ceux qui visent à identifier les structures et hiérarchies raciales et à y remédier, m’expliqua-t-elle. C’est cette bien-pensance cosmopolite propre au XXe siècle “qui s’efforce de s’acquitter des fardeaux du passé et qui vous suggère d’en faire de même”. Elle compte dans ses rangs des gens qui s’estiment de gauche, progressistes et très importants et qui, d’une certaine façon, se joignent aux libéraux post-raciaux et autres conservateurs “qui ne voient pas la couleur” pour dire que “si nous voulons surmonter le racisme, nous devons arrêter de parler de race”.»

La colour-blindness offre une vision naïve et réductrice du racisme. Elle se contente d’affirmer que «le fait de discriminer certaines personnes en raison de leur couleur de peau, c’est mal», en oubliant totalement que dans ce type d’échanges s’exerce un pouvoir structurel. Reposant sur une analyse aussi immature, cette définition du racisme sert souvent à faire taire les personnes de couleur qui tentent d’exposer le racisme qu’elles subissent. Quand, en effet, des personnes de couleur témoignent de la sorte, elles sont accusées de racisme anti-Blancs, ce qui ne fait que perpétuer le déni de responsabilité. Ainsi, la colour-blindness réfute l’existence du racisme structurel et l’histoire de la domination raciale blanche.

«On enseigne aux enfants blancs à ne pas “voir” la race, tout en inculquant aux enfants de couleur, souvent sans plus d’explication, qu’ils devront fournir deux fois plus d’efforts que leurs camarades blancs s’ils veulent réussir. Il y a là une contradiction»

Reni Eddo-Lodge

Le fait de nous rabâcher, et pire encore d’inculquer à nos enfants, que nous sommes tous égaux est un mensonge maladroit, bien que bienveillant. Pourquoi ne pas tout simplement reconnaître la ségrégation raciale ouvertement pratiquée jadis. En entretenant la légende de l’égalité universelle, nous ne faisons que nier l’héritage économique, politique et social de la société britannique, qui a été historiquement organisée par la race. La réalité, c’est que d’un point de vue matériel, nous sommes tout sauf égaux. Cette situation est terriblement injuste. C’est une construction sociale, créée pour perpétuer la domination raciale et l’injustice. Et cette différence, dont les personnes de couleur ont une conscience diffuse depuis leur enfance, n’est pas anodine. Elle est teintée de racisme, de stéréotypes racistes et, pour les femmes, de misogynie racialisée.

On enseigne aux enfants blancs à ne pas «voir» la race, tout en inculquant aux enfants de couleur, souvent sans plus d’explication, qu’ils devront fournir deux fois plus d’efforts que leurs camarades blancs s’ils veulent réussir. Il y a là une contradiction. Le concept de colour-blindness ne prend pas le problème du racisme à la racine. Et pendant ce temps, il est quasiment impossible pour les enfants de couleur, quand bien même ils ont fait des études, d’échapper aux stéréotypes racistes. Même si, en devenant suffisamment riche, on peut feindre de ne plus en être affecté.

Choisir de ne pas voir la race n’aide pas à déconstruire les structures racistes ni à améliorer concrètement le sort quotidien des personnes de couleur. Pour démanteler les structures racistes et injustes, nous devons voir la race. Nous devons voir qui tire parti de sa couleur de peau, qui est injustement affecté par les stéréotypes négatifs pesant sur sa race, et à qui reviennent le pouvoir et les privilèges –mérités ou non–, en raison de sa race, de sa classe ou de son sexe. Pour changer le système, il est essentiel de voir la race.

La stratégie de la «victimisation blanche»

En janvier 2012, à peine deux jours après la condamnation à perpétuité de deux des meurtriers de Stephen Lawrence, Diane Abbott, l’une des rares députées noires du Parlement, fut emportée par une véritable tornade sur Twitter. Elle échangeait des tweets avec la journaliste Bim Adewunmi au sujet de la couverture médiatique du verdict. Il lui suffit d’un message malencontreux pour déclencher l’un des plus grands scandales de racisme anti-blanc de l’histoire récente du Royaume-Uni. Dans le Guardian, Bim expliqua ainsi la situation [1]: «Alors que nous tweetions sur les événements qui entouraient le procès, le jugement et la condamnation de Gary Dobson et David Norris pour le meurtre de Stephen Lawrence, j’ai écrit: “J’aimerais bien que les gens arrêtent une bonne fois pour toutes de parler de ‘communauté noire’”. Et j’ai développé ensuite: “Pour clarifier mon tweet sur la ‘communauté noire’: j’ai horreur de la généralisation abusive que renferme ce terme. De même pour l’expression ‘leaders de la communauté noire’. Ce à quoi ma députée locale Diane Abbott a répondu: “Je perçois la portée culturelle de votre propos. Mais vous jouez là à ‘diviser pour mieux régner’”. Nous avons échangé encore quelques tweets, avant qu’Abbott ne poste le message qui a mis le feu aux poudres: “Les Blancs adorent ce jeu, ‘diviser pour mieux régner’. Nous ne devons pas entrer dans leur jeu. #tacticasoldascolonialism [2].”»

Diane Abbott le 1er juillet 2017 à Londres | Daniel Leal-Olivas / AFP

À partir de ce moment-là, les foudres se déchaînèrent et le traitement de l’actualité changea subitement. Dans la presse papier, à la radio, à la télé, on cessa de parler de Stephen Lawrence, des différentes formes de racisme institutionnel, du climat de peur dans lequel grandissent les jeunes Noirs au Royaume-Uni. Désormais, les reportages ne traitaient plus que de racisme anti-blanc. Le racisme existe dans les deux sens, avançaient les détracteurs de Diane Abbott, à l’instar du journaliste Toby Young, qui écrivit dans le Daily Telegraph: «Je vous laisse imaginer le tollé si un député conservateur aussi important qu’elle avait parlé ainsi des Noirs sur Twitter [3]Les soutiens de Diane au sein du parti travailliste, même s’ils prenaient sa défense, qualifiaient tout de même son ton de «dur et agressif [4]», comme si le problème était le ton de son tweet, et non l’injustice qu’il soulignait. Et tandis que les conservateurs blancs martelaient cette notion de «racisme inversé», manifestement aussi impardonnable que le meurtre d’un adolescent noir sans défense, les libéraux britanniques blancs craignaient surtout que la formule radicale d’Abbott compromette tout le travail qu’elle avait accompli jusqu’ici: elle aurait pu atténuer l’effet de son tweet, affirmaient-ils, en parlant de «certains Blancs» plutôt que des Blancs en général.

Certains Blancs, tous les Blancs ou aucun: en fin de compte, qu’est-ce que cela aurait changé? Car le but de ces commentateurs –qu’ils en aient eu conscience ou non– n’était pas d’avoir une honnête discussion sur le racisme en Grande-Bretagne. C’était de masquer, de détourner et d’éviter à tout prix le véritable problème. Si on regarde les chiffres dans les bastions d’influence du Royaume-Uni, là où les politiques nationales et les programmes politiques sont élaborés, il n’y a pas photo. Les chiffres officiels de la Chambre des communes indiquent que 94% des députés sont blancs [5]. La différence de Diane Abbott, l’une des seules femmes noires du Parlement, qui avait osé des propos si contraires aux règles de la courtoisie blanche, saute aux yeux. Elle avait jeté un pavé dans la mare et en payait le prix.

Mais en réalité, ce changement si soudain dans le traitement de l’actualité n’avait rien à voir avec les ravages imaginaires du racisme anti-blanc. Le lynchage en règle de l’une des principales députées noires de Grande-Bretagne était encore plus cynique que cela. Il relevait de ce que les universitaires Alana Lentin et Gavin Titley ont appelé la «victimisation blanche [6]»: une action des pouvoirs publics visant à détourner le débat sur les conséquences du racisme structurel, et ce afin de préserver la blanchité [7] d’une nécessaire et vive critique. Durant le procès de l’affaire Stephen Lawrence, la Grande-Bretagne avait poussé plus loin que jamais le débat national sur la nature insidieuse du racisme structurel, et sur la manière dont celui-ci se manifeste dans l’inconscient collectif –avec une part de malveillance, d’insouciance et d’ignorance–, en avantageant discrètement certains, tout en en désavantageant d’autres. Mais le débat une fois réorienté sur le seul racisme antiblanc s’essouffla rapidement. L’occasion pour notre nation de s’interroger sur l’héritage du racisme sur son territoire était manquée. À la place, bon nombre de personnalités très influentes jugèrent préférable de rappeler que le racisme existait dans les deux sens. Cette possibilité gâchée, le débat faussé qui suivit révéla l’obsession britannique consistant à étouffer toute discussion sur la race. Avec des conséquences aussi vieilles que le colonialisme.

1 « How I started the Diane Abbott Twitter storm », theguardian.com, 5 janvier 2012.

2 « Une tactique aussi vieille que le colonialisme ».

3 Was Diane Abbott’s Tweet racist ? », telegraph.co.uk, 5 janvier 2012.

4 « Abbott, white people and Twitter », labourlist.org, 5 janvier 2012.

5 Lukas Audickas, « Ethnic minorities in politics and public life house of commons library briefing paper », 28 juin 2016.

6 « Diane Abbott’s Tweet and the red herring of antiwhite racism », theguardian.com, 6 janvier 2012.

7 Traduction de whiteness, qui désigne l’hégémonie blanche et ses déclinaisons politiques, sociales et culturelles.

Reni Eddo-Lodge

Newsletters

Le «parcours 1.000 jours» inclura-t-il un allongement du congé paternité?

Le «parcours 1.000 jours» inclura-t-il un allongement du congé paternité?

Cette semaine, j'ai eu l'agréable surprise de découvrir que la mission de réflexion autour des congés parentaux n'était pas tombée aux oubliettes.

Vous voulez faire de l'argent? Protégez les femmes

Vous voulez faire de l'argent? Protégez les femmes

Les gros investisseurs commencent à se servir d'un nouveau critère pour évaluer les risques financiers: la violence sexuelle et sexiste.

Aux États-Unis, le taux d'avortement est au plus bas depuis 1973

Aux États-Unis, le taux d'avortement est au plus bas depuis 1973

Les lois limitant l'accès à l'avortement adoptées dans divers États américains ne seraient pas le facteur principal de son déclin.

Newsletters