Égalités / Tech & internet

Facebook accusé de diffuser des offres d’emploi discriminatoires

Temps de lecture : 2 min

L’association de défense des droits civils ACLU attaque le réseau social en justice.

Facebook permet aux annonceurs de cibler certains types de profils. | Glen Carrie via Unsplash CC License by
Facebook permet aux annonceurs de cibler certains types de profils. | Glen Carrie via Unsplash CC License by

La plate-forme publicitaire de Facebook a été utilisée pour diffuser des offres d’emploi discriminatoires envers les femmes, affirme une plainte déposée par l’ACLU (Union américaine pour les libertés civiles), le syndicat Communications Workers of America et un cabinet d’avocats.

Selon l’organisation de défense des droits civils, le réseau social a permis à dix employeurs, dont une entreprise de développement informatique et un département de police, de ne diffuser leurs annonces qu’aux jeunes utilisateurs masculins du réseau social. Pour l’ACLU, Facebook est responsable d’avoir créé les outils permettant ces discriminations.

«Exlusif: Nous avons porté plainte contre Facebook et 10 employeurs pour avoir utilisé leur plate-forme pour leurs annonces d’emploi –dans des secteurs dominés par les hommes– ne soient visible que par des jeunes hommes.»

Discriminations par le menu

La plainte a été déposée devant la Commission pour l’égalité des opportunités d’emploi, l’agence fédérale chargée de faire respecter les lois anti-discrimination dans le monde du travail. Il est reproché à Facebook de violer le Civil Rights Act de 1964 et d’avoir des pratiques discriminatoires ayant une forte influence sur le marché de l’emploi américain.

En plus de ses millions d’utilisateurs et d'utilisatrices, l’attrait de Facebook pour les annonceurs réside dans la possibilité de pouvoir cibler très finement qui verra les publicités. Genre, âge, couleur de peau, Facebook connaît tout le monde sur le bout des doigts. Le réseau social met d’ailleurs cet aspect bien en avant. Facebook est, derrière Google, le deuxième plus gros diffuseur de publicités sur internet. Pour les plaignants, cette fonctionnalité a potentiellement empêché des millions de femmes de voir certaines offres d’emploi.

Ce n’est pas la première fois que Facebook est critiqué sur le sujet. En 2016, ProPublica avait révélé que les annonceurs pouvaient choisir de ne pas diffuser leurs pubs selon des critères raciaux. Des annonces immobilières n’étaient ainsi pas diffusées aux personnes noires et aux hispaniques. Ces révélations avaient poussé Facebook à supprimer la catégorie «Affinité ethnique». En août dernier, 5.000 types de «cibles» ont été supprimés pour éviter les discriminations.

En théorie, la société de Mark Zuckerberg est protégée par une loi de 1996, qui dispose que sur internet, un diffuseur ne peut être traité comme l’éditeur d’une information fournie par producteur tiers. L’ACLU estime que cette loi ne devrait pas s’appliquer pour Facebook: celui-ci ne serait pas un simple intermédiaire, puisque le réseau social fournit «presque tous les services d’une agence d’emploi et d’une agence marketing».

Slate.fr

Newsletters

Les campus et les bibliothèques, outils de lutte contre le populisme

Les campus et les bibliothèques, outils de lutte contre le populisme

Selon le sociologue américain Eric Klinenberg, les infrastructures publiques permettent de créer davantage de lien social.

Les jeux vidéo sont tout aussi sexistes qu'avant

Les jeux vidéo sont tout aussi sexistes qu'avant

Lara Croft a perdu deux tailles de bonnet, mais le problème est loin d'être réglé.

Réprimer le travail du sexe met en danger les prostituées

Réprimer le travail du sexe met en danger les prostituées

«Revolting Prostitutes», un livre écrit par deux travailleuses du sexe britanniques est un coup de poing qui dénonce les conséquences dramatiques des lois de répression de la prostitution.

Newsletters