Politique

«L'époque est beaucoup plus difficile et demande des adaptations si l'on veut trouver un emploi»

Temps de lecture : 2 min

Laurence Vichnievsky, députée Modem, ne comprend pas l'émotion suscitée par la déclaration du président.

Laurence Vichnievsky, députée Modem sur le plateau de l'Instant Politique | Capture France Info
Laurence Vichnievsky, députée Modem sur le plateau de l'Instant Politique | Capture France Info

Invitée de «L'Instant politique» de France Info, Laurence Vichnievsky, députée Modem de la 3e circonscription du Puy-de-Dôme , a réagi à la déclaration du ministre de l'Éducation nationale concernant la suppression de 1.800 postes d'enseignement dans le second degré, assurant qu'il «faut baisser la dépense publique». «La politique c'est faire des choix, baisser le nombre de fonctionnaires c'est aussi une nécessité», a-t-elle ajouté.

Sur la sortie d'Emmanuel Macron du weekend face à un chômeur, la députée affirme ne pas comprendre «l'émotion immense que cela semble susciter». Pour elle, le président a simplement souligné le problème d'inadéquation de la formation en France car «l'époque est beaucoup plus difficile et demande des adaptations et changements de parcours si l'on veut trouver un emploi».

Interrogée par Slate sur l'exemplarité du gouvernement, Laurence Vichnievsky s'interroge: «Qui peut se prévaloir d'exemplarité? Il faut chercher à donner le meilleur de soi-même mais je crois qu'il faut savoir être humble aussi, la perfection est rarement de ce monde.» Sur l'enquête parlementaire autour d'Alexandre Benalla, l'ancienne magistrate estime qu'elle est nécessaire et témoigne d'un parlement fort, dans son rôle.

Slate est partenaire de «L'Instant politique», sur la chaîne France Info, tous les soirs à 19h20.

Newsletters

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

[Tribune] Comment le fondateur du Parti socialiste et de L'Humanité pouvait-il défendre ce qui est aujourd'hui honni par la quasi-totalité de la classe politique française?

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Pour la deuxième fois en près de trois ans de mandat, le président a invité ce 15 janvier les journalistes à l'Élysée pour un échange informel mais néanmoins tendu.

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Direction Londres, qui connaît un mois de janvier mouvementé. À la fin du mois, le 31, nos amis britanniques vont dire bye bye à l'Europe. Des adieux prévus de longue date, maintes fois repoussés. Ceux qu'on n'avait pas vu venir en revanche,...

Newsletters