Culture

L'auto-tune est partout, nous agace, mais il a révolutionné la musique

Temps de lecture : 2 min

Tout a commencé avec Cher.

«Il est indiscutablement le son du XXIe siècle» | Adi Goldstein via Unsplash CC License by
«Il est indiscutablement le son du XXIe siècle» | Adi Goldstein via Unsplash CC License by

Trente-six secondes de «Believe» auront suffit. En octobre 1998, Cher nous offre le futur de la pop sur la petite phrase «I can't break throught» qu'elle entonne façon robot. C'est la naissance de l'auto-tune. Aujourd'hui, ils sont beaucoup à user (et abuser) de cette technologie sur leurs morceaux. Ce qui aurait pû n'être qu'une mode a envahi tous les genres musicaux.

Même les plus récalcitrants s'y sont mis: il y a dix ans, Jay-Z réclamait la mort de l'auto-tune dans «D.O.A. (Death Of Autot-tune)», pourtant, avec Beyoncé, ils ne s'en privent pas dans «Apeshit». L'auto-tune «est indiscutablement le son du XXIe siècle», insiste même Simon Reynolds, critique musical, auteur et contributeur pour le magazine Pitchfork, et parie même que nous en serons nostalgiques dans quelques années.

L'invention d'un mathématicien

C'est à Antares Audio Technologies que nous devons la trouvaille, plus précisément à son fondateur Andy Hildebrand, un très bon joueur de flûte et mathématicien employé par la compagnie Exxon, pour qui il créait des algorithmes de détection de gisements de pétrole. En 1989, il s'éloigne de l'industrie et fonde Antares. La légende voudrait qu'autour d'un repas, il ait interrogé ses collègues sur la prochaine technologie à inventer. Une femme aurait alors plaisanté et réclamé un moyen de chanter juste. L'idée germe dans le cerveau du mathématicien qui crée un algortithme pour parfaire la voix humaine.

«Quand les voix ou les instruments sont désaccordés, la qualité émotionnelle se perd», pouvait-on lire sur le brevet originel, selon Pitchfork. L'auto-tune permet de «corriger» des notes pour faire en sorte que le passage d'une à l'autre soit net et radical et d'arranger la musique pour la rendre la plus juste possible. Le but d'Antarres, transmettre le maximum d'émotions et rendre la musique plus expressive. Les subtilités de l'algorithme se sont ensuite multipliées pour permettre d'ajouter plus de chaleur dans les voix ou en augmenter l'intensité.

À la base, l'outil est utilisé en post-production mais peu à peu, il s'invite dans la production, devient une marque de fabrique pour les rappeurs et popstars, de Future à Rihanna et se retrouve utilisé en live.

Trop c'est trop?

En 2009, «Boom Boom Pow» des Black Eyed Peas en est le parfait produit, absolument toutes les voix sont auto-tunées au maximum. Et cette même année, des artistes s'élèvent contre le procédé: Jay-Z, dans «Death of Auto-Tune», on l'a vu, veut un «vrai rap» sans effets sépciaux. En mai 2010, le magazine Time enfonce le clou, l'auto-tune est dans sa liste des cinquante pires inventions modernes avec les Crocs et les pop-up.

Pourquoi continuer de l'utiliser et de l'aimer? Simon Reynolds a une explication: «Quand nos arrangements émotionnels et sociaux sont de plus en plus mécanisés –DM, FaceTime, Snapchat, Tinder, Instagram et Youtube– et quand nous sommes habitués à éditer et modifier la moindre image de nous que nous présentons au monde, il est facile de comprendre pourquoi nous nous sommes habitués aux voix artificielles des stars de la pop.»

Slate.fr

Newsletters

Lentement mais sûrement, le Festival de Cannes progresse vers l'égalité femmes-hommes

Lentement mais sûrement, le Festival de Cannes progresse vers l'égalité femmes-hommes

S'il y a un changement certain dans cette soixante-douzième édition, c'est bien celui des histoires racontées.

Dans «Indianara», «on filme le corps trans comme on filme un être humain»

Dans «Indianara», «on filme le corps trans comme on filme un être humain»

Un documentaire franco-brésilien présenté à Cannes suit le parcours d'une quadra trans qui lutte de toute son âme pour la survie de ses semblables.

Politiques du dancefloor et paradoxes du club

Politiques du dancefloor et paradoxes du club

Donner vie aux rêves de liberté et d'évasion auxquels aspirent les fêtards suppose une éthique qui préserve la marge du consumérisme et de l'aliénation.

Newsletters