Égalités / Sports

Les vêtements ou baskets Nike interdites sur certains lieux de travail aux États-Unis

Temps de lecture : 2 min

Après la campagne mettant en vedette Colin Kaepernick, des organisations proscrivent le port cette marque.

Une agence fédérale a décidé de ne plus se fournir chez le géant du sportswear | Dorian Hurst via Unsplash CC License by
Une agence fédérale a décidé de ne plus se fournir chez le géant du sportswear | Dorian Hurst via Unsplash CC License by

Depuis que Nike a choisi Colin Kaepernick comme nouveau visage de sa campagne «Just do it», le camp conservateur américain se révolte contre la marque de sportswear. Le joueur de football américain s’est attiré les foudres des Républicains en mettant un genou à terre lors de l’hymne national avant les matchs, en protestation contre le racisme et les violences policières qui touchent particulièrement les hommes noirs.

Par sa génuflexion, Kaepernick manquerait de respect, au choix, au drapeau, à l’armée, aux États-Unis tout entiers, voire les trois à la fois. Après l’annonce de la campagne de Nike, des centaines d’internautes ont exprimé leur mécontentement avec perte et fracas sur les réseaux sociaux.

Pas de baskets pour les agriculteurs

Passée l’épidémie de destruction de chaussures, un boycott plus organisé commence à prendre forme. Le Texas Farm Bureau, une organisation représentant les intérêts des agriculteurs texans, a annoncé samedi qu’elle interdisait désormais à ses employés de porter des vêtements Nike pendant leurs heures de travail. Officiellement, le but est de «garder l’entreprise en dehors de la controverse».

S'il faut admettre que les fermiers texans ne sont pas exactement le coeur de cible de la marque de sneakers, ce ne sont pas les seuls à organiser le boycott. Le Mississippi Department of Public Safety a annoncé dans un communiqué de presse qu’il n’achèterait plus rien provenant de la marque au swoosh. Cette agence fédérale, qui chapeaute le département de la sécurité intérieure, les patrouilles autoroutières, le bureau d’investigation et la brigade des stupéfiants dans l’État du Mississippi assume quant à elle la motivation politique de cette décision. Dans son communiqué, le commissaire Marshall Fisher explique qu’il refuse de «soutenir une marque qui ne soutient pas nos forces de l’ordre et notre armée». Il est appuyé dans sa démarche par le gouverneur du Mississippi, Phil Bryant.

Nike devrait survivre à ces boycotts, la marque ayant enregistrée jeudi un niveau en bourse jamais atteint jusqu’ici.

Newsletters

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

En Turquie, la communauté LGBT+ doublement asphyxiée par le coronavirus

[ÉPISODE 3] Alors que la crise du Covid-19 a privé la communauté queer de sa fête thérapeutique et précarisé de nombreuses personnes LGBT+, ces dernières doivent faire face à la poussée de l'homophobie qui anime la classe politique au pouvoir.

Newsletters