Santé / Monde

Des aiguilles retrouvées dans des fraises en Australie

Temps de lecture : 2 min

60.000 euros sont proposés à quiconque aura des informations sur ces actes dangereux.

Des fraises | Basili via Wikimedia Commons License by
Des fraises | Basili via Wikimedia Commons License by

La police australienne recherche un criminel d’un genre assez… inédit. Des aiguilles et des épingles ont été retrouvées dans des barquettes de six marques de fraises différentes. Les forces de l’ordre ont désormais avertit les gens de couper les fruits avant de les manger, raconte The Independent.

En conséquence, la Première ministre du Queensland – l’état au nord-est du pays où ont été «contaminées» les fraises – a offert 100.000 dollars australiens, soit 60.000 euros, pour obtenir des informations sur les responsables des fruits touchés. Un fournisseur de la région est soupçonné.

«Quelqu'un essaie de saboter l’industrie mais, ce faisant, elle met en danger la vie des bébés, des enfants et des familles», a déclaré la Première ministre, Annastacia Palaszczuk. Les premiers cas ont été découverts il y a une semaine, lorsque quelqu’un a publié un message sur Facebook, photos à l’appui, et qui témoignait qu’un ami de 21 ans avait souffert de «fortes douleurs abdominales».

Le Queensland est une région majeure dans la production de fraises, alors que le commerce de ces fruits rapporte à l’Australie environ 80 millions d’euros. Dans le pays, les supermarchés ne vendent plus les marques concernées mais continuent à vendre les autres types de fraises. Cette histoire, en tout cas, a fait chuter le prix des fraises dans tout le pays.

Slate.fr

Newsletters

Le télétravail génère du stress et un manque de confiance en soi

Le télétravail génère du stress et un manque de confiance en soi

On pense souvent aux côtés positifs du travail à distance, moins aux aspects négatifs.

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Des scientifiques vont l'observer pour la première fois.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Newsletters