Sciences

Les Cornouailles se sont formés d’une partie de la France, il y a 400 millions d’années

Temps de lecture : 2 min

Le Sud-Ouest de l’Angleterre contient des roches que l’on ne retrouve pas dans le reste du pays. En Armorique, par contre, si.

Une plage dans les Cornouailles | Dwyatt 101 via Wikimedia Commons License by
Une plage dans les Cornouailles | Dwyatt 101 via Wikimedia Commons License by

Angleterre et France ont toujours été de grands rivaux. Mais le second pays est en partie responsable de la formation du premier, il y a 400 millions d’années. En effet, de nouvelles recherches montrent que les Cornouailles et une partie du Devon, deux régions au sud-ouest de la perfide Albion, se sont formés quand une partie de la France est entrée en collision avec la Grande-Bretagne durant l’ère du Paléozoïque.

Auparavant, les recherches montraient que c’était surtout une collision avec ce qui est aujourd’hui l’Écosse qui a contribué à la formation du pays anglais. Mais des géologues de l’université de Plymouth ont trouvé des éléments dans les roches des Cornouailles qui sont bien différents des roches du reste du pays, ce qui laisse suggérer que sa formation est due à une impact avec la France, raconte The Independent.

Le Dr. Arjan Dijkstra, qui mène l’étude et l’a publié dans le journal Nature Communications, estime que cette découverte représentait «une façon complètement nouvelle de penser à la manière dont la Grande-Bretagne a été créée».

Les deux pays ont donc formé une même terre il y a des millions d’années. «Ceci explique l’immense richesse minérale du sud-ouest de l’Angleterre, jadis mystérieuse, et cela fournit un nouvel aperçu fascinant de l’histoire géologique du Royaume-Uni», s’est extasié le chercheur.

Le Sud-Ouest contient notamment une abondance de métaux comme l’étain ou le tungstène. Ces métaux se trouvent également en Armorique et dans d’autres endroits du continent européen, mais ils ne sont pas du tout présent ailleurs au Royaume-Uni.

Newsletters

Revue et corrigé

Revue et corrigé

L'être humain n'est pas aussi paresseux qu'on le croit

L'être humain n'est pas aussi paresseux qu'on le croit

Beaucoup ont d'ailleurs pu s'en rendre compte pendant le confinement: sans activité, on s'ennuie bien vite.

Déchets dans les rues de Paris: nos grandes décisions sur l'écologie semblent bien vite oubliées

Déchets dans les rues de Paris: nos grandes décisions sur l'écologie semblent bien vite oubliées

Depuis leur réouverture, les parcs et les quais se retrouvent jonchés de détritus. Légèreté de nos promesses du monde d'après ou comportement propre à notre nature humaine?

Newsletters