Politique / Monde

Ce millionnaire américain s’est présenté dans neuf états pour être sénateur

Temps de lecture : 2 min

Le but n’était pas (encore) de gagner, mais de participer.

Rocky de la Fuente | Photo libre de droit License by
Rocky de la Fuente | Photo libre de droit License by

«Merci Rhode Island! Aujourd’hui, 3.652 supporters ont rejoint notre mouvement!». Rocky de la Fuente a perdu le 13 septembre lors de l’élection primaire locale du Rhode Island, qui devait désigner un candidat pour la future élection sénatoriale de novembre. Mais ce millionnaire n’en a cure, c’est déjà sa neuvième défaite dans sa conquête vers le Sénat américain, raconte Vice News.

Neuf fois, ce dernier a tenté d’emporter l’investiture républicaine. Que ce soit en Californie, où il vit, ou en Floride, dans le Wyoming, le Vermont, le Delaware, à Hawaï, dans le Minnesota, l’état de Washington et Rhode Island donc. Tout ceci est parfaitement légal, car la Constitution américaine exige seulement qu’un candidat au Sénat soit un résident de l’État qu’il veut représenter au moment de son élection.

Avant, on peut donc s’y trouver à 1.000 kilomètres, ça ne pose aucun problème. Et comme Rocky de la Fuente n’a gagné nulle part, il n’a pas à déménager.

En général, les candidats à une primaire pour les deux chambres du Congrès, que ce soit le Sénat ou la Chambre des Représentants, concentrent toutes leurs ressources sur un seul état. En divisant par neuf son temps et son argent, De la Fuente avait peu de chances de gagner.

Mais lui n’en a cure. Ce millionnaire, qui a fait fortune dans la banque, l’immobilier et les ventes de voitures, ne lorgne pas sur un seul état en particulier. Plutôt sur un pays. Car Rocky de la Fuente veut surtout se forger un électorat pour la campagne présidentielle en 2020, histoire de détrôner un autre millionnaire: Donald Trump.

Le sexagénaire avait déjà fait campagne en 2016. Et il espère bien retenter dans deux ans. Pour l’instant, il s’est attiré le vote de plus de 160.000 personnes. «En gros, je ne m'attends pas à gagner une des primaires. Je veux juste le faire pour que les gens sachent qui je suis», a-t-il déclaré.

Slate.fr

Newsletters

La malédiction des Premiers ministres plus populaires que leur président

La malédiction des Premiers ministres plus populaires que leur président

Avant Édouard Philippe, six autres chefs de gouvernement ont été durablement mieux notés que le locataire de l’Élysée du moment. Aucun d’entre eux n’est devenu président de la République.

Contre quoi protestent vraiment les «gilets jaunes»?

Contre quoi protestent vraiment les «gilets jaunes»?

Les rassemblements du 17 novembre peuvent-il devenir le premier accroc social du mandat d'Emmanuel Macron?

L'hommage de Macron à Pétain, une faute politique?

L'hommage de Macron à Pétain, une faute politique?

Le président de la République a suscité la polémique en soulignant que «Pétain a été un grand soldat pendant la Première Guerre mondiale».

Newsletters