Égalités / Société

Un grand magasin finlandais lance un rayon de vêtements non-genrés

Temps de lecture : 2 min

Le monde de la mode transgresse de plus en plus les normes de genre. Difficile pourtant de parler d’un mouvement de fond.

Le magasin Stockmann dispose d'une surface de vente de plus de 50 000 mètres carrés | pseudo du photographe via Flickr CC License by
Le magasin Stockmann dispose d'une surface de vente de plus de 50 000 mètres carrés | pseudo du photographe via Flickr CC License by

La Finlande est l’un des pays où l’égalité femmes-hommes est la plus en avance. Le pays se place très haut par exemple dans les classements sur les disparités salariales ou sur le nombre de femmes au parlement.

Cette semaine, le grand magasin Stockmann, le plus important du pays, a ouvert un niveau entièrement consacré aux vêtements non-genrés. Situé à Helsinki, l'établissement en question est un immense bâtiment qui couvre une surface de vente de 50.500 mètres carrés. Pour avoir un ordre d’idée, c’est un peu comme si les galeries Lafayette à Paris dédiaient un étage entièrement au «gender-neutral».

Nombreuses collections sans genre

La section, baptisée «One Way», se trouve entre l’étage «homme» et l’étage «femme» du magasin. Elle propose des vêtements de marques branchées comme Calvin Klein, Kenzo ou Burberry. Anna Salmi, la directrice opérationnelle du magasin a expliqué sa démarche au site SheSociety: «Pour nous, les sections homme et femmes devraient fonctionner comme des lignes directrices pour trouver les style et les formes qui vous conviennent plutôt que comme une règle à suivre absolument».

Cette nouveauté s’inscrit dans une tendance plus large qui concerne toute la mode. Depuis quelques années, de nombreuses marques se sont employées à créer des collections qui n’obéissaient pas des strictes normes de genre. Des griffes luxueuses comme Burberry, Tom Ford ou Gucci et des marques de prêt-à-porter comme Zara ou H&M ont toutes produites des collections androgynes.

Si certain médias ont rapidement proclamé la fin des normes genrées, le marché de l’habillement reste tout de même très largement dominé par une stricte division entre hommes et femmes. Certes, des marques complètement non-genrées, comme Telfar ou 69 Worldwide voient le jour, mais la large majorité des magasins ou sites de prêt-à-porter se divisent toujours en rayons homme et femme.

Si l’étage «One Way» de Stockmann est censé être permanent, le grand magasin n’est pas étranger aux coup marketings avec un fort arrière gout de pink-washing. À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, il s’était renommé Stockwomann.

Newsletters

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Le public du rap français est prêt pour la vague #MeToo; l'industrie, non

Le public du rap français est prêt pour la vague #MeToo; l'industrie, non

Avec les affaires Moha La Squale et Roméo Elvis, la lumière est désormais braquée sur une omerta palpable.

De tous temps et en tous lieux, médecine et religion ont bridé le plaisir solitaire des femmes

De tous temps et en tous lieux, médecine et religion ont bridé le plaisir solitaire des femmes

Au XIXe siècle, la masturbation féminine est associée à de nombreuses pathologies. Dénigrée voire diabolisée, cette pratique est longtemps restée taboue. Jusqu'à aujourd'hui.

Newsletters