Politique

Emmanuel Macron, président des riches et des pauvres en même temps?

Temps de lecture : 2 min

Le président de la République a présenté ce jeudi son plan de lutte contre la pauvreté.

«N'oublier personne, c'est dire aux premiers de cordée: “n'oubliez pas les derniers de cordée”.» Emmanuel Macron a explicité ce jeudi sa vision de la solidarité nationale à l'occasion de la présentation du plan pauvreté. Un plan de huit milliards d’euros sur cinq ans. Changera-t-il son image de «président des riches»? Forgera-t-il un nouvel alliage de son «en même temps»?

«Quand Emmanuel Macron parle de revenu universel d'activité, [cela évoque] le revenu universel slogan de Benoit Hamon pendant la campagne présidentielle et mesure social-réformiste, mais aussi le programme classique de la droite, qui a toujours eu cette idée de rassembler toutes les allocations sociales en une seule. Macron est plutôt sur ce [deuxième] schéma, tout en prévenant qu'il ne s'alignerait pas sur le modèle britannique [qui a tiré à la baisse le package des aides sociales]. C'est assez habile de sa part, estime Jean-Marie Colombani, de se situer entre quelque chose qui évoque un slogan de la gauche et une réalité qui évoque une revendication classique de la droite.»

Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Cevipof, Pascale Joannin, directrice générale de la Fondation Robert Schuman, et Virginie Le Guay, cheffe-adjointe du service politique de Paris Match, sont les invitées de «Politique», l'émission de Roselyne Febvre et de Jean-Marie Colombani sur France 24 en partenariat avec Slate.

Retrouvez «Politique» tous les jeudis à 16h10 sur France 24 et les vendredis après-midi sur Slate.fr.

Slate.fr

Newsletters

Débathon

Débathon

Avec sa «Lettre aux Français», Macron se fait l'héritier improbable de Mitterrand

Avec sa «Lettre aux Français», Macron se fait l'héritier improbable de Mitterrand

Le texte de François Mitterrand a marqué durablement l’imaginaire politique français et théorisé l’adaptation de la gauche française aux vents dominants libéraux autant qu’à l’intégration européenne.

Macron ou le tabou de la démocratie directe

Macron ou le tabou de la démocratie directe

Macron ne peut pas à la fois draguer les startups et nier l'utopie libertarienne qui leur a donné naissance.

Newsletters