Parents & enfants

WeGrow, l'école la plus flippante du nouveau monde

Temps de lecture : 4 min

L’enfer est issu de l’accouplement d’un espace de co-working et de Montessori.

Extrait de la vidéo de présentation de WeGrow | Capture écran via YouTube
Extrait de la vidéo de présentation de WeGrow | Capture écran via YouTube

Cette semaine, on est nombreuses et nombreux à avoir eu le plaisir d'assister aux réunions de l'école. Perso, j'ai vécu ce moment un peu étrange, dans la classe de CP, où une quinzaine d'adultes qui sortaient pour la plupart du boulot ont dû s'installer exactement à la place qu'occupe leur enfant dans la journée (spoiler: j'étais au dernier rang... Ça commence bien). On a passé une heure à gigoter sur nos chaises de petites personnes et je n'ai jamais réussi à caler mes genoux sous le pupitre. Mais j'aime bien voir la classe, comment chacune des profs (désolée, il n'y a que des femmes) l'organise, ce qu'elle colle aux murs. Ça peut être un chouette endroit, une salle de classe.

Et puis, l’autre jour, on m’a envoyé cette photo.

Après le resto Instagram, ce monde dégénéré vous présente l’école Instagram.

Cette photo comme les suivantes est tirée du site de l'école.

Je vous accorde qu'elle n’a pas l’air comme ça, mais cette photo est directement issue de l’enfer, sachez-le. Et l’enfer vient d’ouvrir ses portes à New York. L’enfer est issu de l’accouplement d’un espace de co-working et de Montessori.

«Libérer les superpuissances de chaque enfant»

WeWork, l’entreprise principale, loue des espaces de co-working dans plus de cinquante villes dans le monde. Ce n’est pas un petit truc, mais une grosse machine cotée en bourse, et c’est pour ça que l’ouverture de leur école, WeGrow, a donné lieu à pas mal d’articles américains, du New York Times à Bloomberg en passant par Business Insider.

La fondatrice, qui est diplômée en «business», a étudié le bouddhisme et possède une certification de prof de yoga, nous a vomi une espèce de purée de Montessori mal digérée, à base de «créer une nouvelle école consciente et entreprenante qui s’engage à libérer les superpuissances de chaque enfant» (les discours sur les superpouvoirs des enfants commencent à sérieusement m’agacer).

On va tout de suite passer au chapitre thune, parce que je sais que vous attendez avec impatience les tarifs. Accrochez-vous: pour un enfant de 3 ans, c’est 36.000 dollars l’année (soit 30.740 euros), à 4 ans 38.000 dollars (32.440 euros), et de cinq à dix ans, WeGrow vous coûtera la bagatelle de 42.000 dollars (35.860 euros). Hihihi… (Ce n’est pas la plus inabordable des écoles privées de New York, mais pour rappel, Maria Montessori a mis au point ses techniques d’enseignement dans un quartier pauvre de Rome, auprès d’enfants que l'on qualifierait maintenant de défavorisés et dont personne ne voulait s’occuper.)

Mais il y a mieux: «WeGrow is an inclusive community where we engage, challenge and support conscious creators from diverse cultural, ethnic, socioeconomic, and religious backgrounds. As part of our commitment to this diversity, we provide need-based financial assistance for students.» Comprendre: ils trouvent important d’avoir des gens de tous horizons, c’est-à-dire aussi quelques pauvres, alors on peut demander une aide financière (j’imagine bien que leur définition de «pauvre» et la mienne ne doivent pas exactement se rejoindre).

«Prêts à inventer leur vie professionnelle à 5 ans»

Et ils vont faire quoi exactement, les gamins? Bah dans la belle salle, ils pourront développer leurs superpouvoirs. Le site annonce qu'ils apprendront à lire et à compter; ils feront du yoga, de la méditation et de la cuisine (des choses que nombre de profs de maternelle en France pratiquent déjà, hein). Un jour par semaine, si le temps le permet, ils iront se reconnecter à la nature dans une ferme que les dirigeants de WeWork ont acheté quinze millions de dollars.

La part la plus innovante, la plus disruptive, la plus effrayante, c’est que les élèves seront encadrés par des entrepreneurs qui louent des locaux chez WeWork et qui les encourageront à créer leur propre entreprise. On parle d’enfants de moins de 11 ans.

Et la fondatrice de nous asséner cette vérité simple: «Les enfants sont prêts à inventer leur vie professionnelle à 5 ans, pourquoi devraient-ils attendre d’être diplômés?» Je vous jure. Ce n’est pas une blague. Ce n’est pas une info Le Gorafi. Elle ajoute: «Il n’y a pas de raison pour que des enfants en école élémentaire ne puissent pas lancer leur propre business» (je ne sais pas comment elle concilie ça avec Montessori et le yoga, mais bon).

D’ailleurs, c’est aussi pour ça qu’à la ferme, ils apprendront à cultiver des légumes mais également à… les vendre. Parce que c’est important d’apprendre très jeune que tout a un prix, y compris la tomate cerise que l'on vient de cueillir.

Il paraît que dans leur école pilote, une élève de 8 ans avait adoré fabriquer des t-shirts; on sentait que c’était déjà sa passion, alors les éducateurs lui ont fait rencontrer des pros du textile et de la vente.

Enfant livré sur le lieu de travail = gain de productivité

Vous pensez peut-être qu’on a touché le fond, mais non. Il y a encore autre chose. L’élément indispensable pour disrupter définitivement le monde de l’école: les locaux de l'établissement sont dans le même bâtiment que le travail des parents. Et ce n’est pas anodin. L’idée, c’est que les parents travaillent beaucoup et n’ont pas forcément le temps de voir leurs enfants. Là, ils pourront même déjeuner avec eux! Comme ça, t’as même pas besoin de quitter ton travail pour voir ton gamin, il est livré sur place. Imaginez le gain de productivité!

Sauf que cela va encore plus loin, l’école du futur. J’hésite entre ubérisation et macdonisation pour en parler. En gros, vous êtes ce parent qui doit souvent partir en voyage. Eh bien partout, il y aura la même école WeGrow. Je cite le New York Times, vachard: «Parents who need to travel or move for work purposes could transfer their children from one WeGrow outpost to another, as easily as plugging in a MacBook Air at a new location.» En gros, les parents qui doivent voyager pour des raisons professionnelles pourront se déplacer avec leurs enfants et les transférer d’un WeGrow à un autre, aussi facilement que l'on branche un ordi. Comme on sait que à peu près partout dans le monde, on peut manger un McDo, on pourra coller son gamin dans son école pour un jour, une semaine ou plus. Parce qu’être citoyen du monde, c’est aussi ça.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Titiou Lecoq

Newsletters

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

Dans un manga autobiographique qui déchire le coeur, Mariko Kikuchi explique comment l'alcoolisme de son père a détruit plusieurs vies.

Le lait, allergie alimentaire la plus répandue chez les enfants en bas âge

Le lait, allergie alimentaire la plus répandue chez les enfants en bas âge

Un cas sur deux n'est pas diagnostiqué.

Souriez, Facebook regarde votre famille

Souriez, Facebook regarde votre famille

Le réseau social veut scanner vos profils pour mieux connaître votre foyer.

Newsletters