Politique

«Le Parlement n'est pas un endroit où l'on s'essuie les pieds pour le gouvernement»

Temps de lecture : 2 min

Le député de l'Ain Damien Abad n'est pas enchanté par l'élection de Richard Ferrand à la présidence de l'Assemblée.

Damien Abad, député de l'Ain, sur le plateau de l'Instant Politique. | Capture France Info
Damien Abad, député de l'Ain, sur le plateau de l'Instant Politique. | Capture France Info

Invité de «L'Instant politique» de France Info, Damien Abad, député LR de l'Ain, a réagi au sondage Ifop-JDD sur la personnalité «qui incarne le mieux la droite» et dans lequel Laurent Wauquiez, président des Républicains, ne se place qu'en cinquième position –derrière Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Xavier Bertand et Marine Le Pen. «Il y a un besoin de notoriété pour Laurent Wauquiez, qui est moins connu qu'Alain Juppé et Nicolas Sarokzy, qui a été président de la République. Quand les Français le connaîtront davantage, il lui feront confiance.»

Mais le ton change quand est évoqué le cas de Richard Ferrand, nouveau président de l'Assemblé Nationale: «Le Parlement n'est pas un endroit où l'on s'essuie les pieds pour le gouvernement», a-t-il attaqué, qualifiant l'ancien socialiste de «marionnette de l'exécutif».

Interrogé par Slate sur l'idée du gouvernement de dispenser de prison les personnes condamnées à de courtes peines, Damien Abad estime qu'il ne s'agit pas d'une bonne solution et que l'État devrait plutôt construire de nouveaux établissements pénitentiaires.

Slate est partenaire de «L'Instant politique», sur la chaîne France Info, tous les soirs à 19h20.

Slate.fr

Newsletters

Reconquête

Reconquête

Ne laissez pas le pénis de Trump ruiner Toad, l'innocente petite tête de champignon de Mario Kart

Ne laissez pas le pénis de Trump ruiner Toad, l'innocente petite tête de champignon de Mario Kart

Les révélations de Stormy Daniels ont complètement bouleversé les fans du jeu.

Au fil des défections, Anne Hidalgo voit sa majorité parisienne se désagréger

Au fil des défections, Anne Hidalgo voit sa majorité parisienne se désagréger

Depuis vingt mois, l’irruption du macronisme secoue la majorité de gauche à la mairie de Paris. La démission du premier adjoint met en évidence une situation qui se complique pour la maire PS de la capitale.

Newsletters