Politique

«Le Parlement n'est pas un endroit où l'on s'essuie les pieds pour le gouvernement»

Temps de lecture : 2 min

Le député de l'Ain Damien Abad n'est pas enchanté par l'élection de Richard Ferrand à la présidence de l'Assemblée.

Damien Abad, député de l'Ain, sur le plateau de l'Instant Politique. | Capture France Info
Damien Abad, député de l'Ain, sur le plateau de l'Instant Politique. | Capture France Info

Invité de «L'Instant politique» de France Info, Damien Abad, député LR de l'Ain, a réagi au sondage Ifop-JDD sur la personnalité «qui incarne le mieux la droite» et dans lequel Laurent Wauquiez, président des Républicains, ne se place qu'en cinquième position –derrière Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Xavier Bertand et Marine Le Pen. «Il y a un besoin de notoriété pour Laurent Wauquiez, qui est moins connu qu'Alain Juppé et Nicolas Sarokzy, qui a été président de la République. Quand les Français le connaîtront davantage, il lui feront confiance.»

Mais le ton change quand est évoqué le cas de Richard Ferrand, nouveau président de l'Assemblé Nationale: «Le Parlement n'est pas un endroit où l'on s'essuie les pieds pour le gouvernement», a-t-il attaqué, qualifiant l'ancien socialiste de «marionnette de l'exécutif».

Interrogé par Slate sur l'idée du gouvernement de dispenser de prison les personnes condamnées à de courtes peines, Damien Abad estime qu'il ne s'agit pas d'une bonne solution et que l'État devrait plutôt construire de nouveaux établissements pénitentiaires.

Slate est partenaire de «L'Instant politique», sur la chaîne France Info, tous les soirs à 19h20.

Slate.fr

Newsletters

Avec sa «Lettre aux Français», Macron se fait l'héritier improbable de Mitterrand

Avec sa «Lettre aux Français», Macron se fait l'héritier improbable de Mitterrand

Le texte de François Mitterrand a marqué durablement l’imaginaire politique français et théorisé l’adaptation de la gauche française aux vents dominants libéraux autant qu’à l’intégration européenne.

Macron ou le tabou de la démocratie directe

Macron ou le tabou de la démocratie directe

Macron ne peut pas à la fois draguer les startups et nier l'utopie libertarienne qui leur a donné naissance.

Bernard Tapie, les «gilets jaunes» et l’inconscient social des années 1980

Bernard Tapie, les «gilets jaunes» et l’inconscient social des années 1980

Ce mouvement est aussi la rançon de l’effondrement de l’imaginaire, de la vision du monde et du sens commun vendus au cours des années 1980-90.

Newsletters