Égalités / Société

L’écoféminisme, mouvement quasi inconnu au bataillon français

Temps de lecture : 6 min

Contrairement à ce qu'on pourrait croire de prime abord, ce courant ne se contente pas de juxtaposer féminisme et écologie.

La militante et essayiste Vandana Shiva est la personnalité écoféministe des pays du Sud la plus connue. | Rachel Murray / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
La militante et essayiste Vandana Shiva est la personnalité écoféministe des pays du Sud la plus connue. | Rachel Murray / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

«Écoféminisme»: le mot existe depuis plus de quarante ans, et pourtant, vous n’en avez peut-être jamais entendu parler, ou seulement récemment. Pour le décrire très simplement, l’écoféminisme est un courant qui allie féminisme et écologie. Rien de plus simple, vous me direz: nombre de féministes sont écolos, et vice-versa.

Sauf que l’écoféminisme ne se contente pas de juxtaposer ces deux doctrines, mais les pense comme étant intrinsèquement liées. «La thèse fondamentale de l’écoféminisme, c’est de soutenir qu’il y a des liens indissociables entre domination des femmes et domination de la nature, ou entre capitalisme écocide et patriarcat. Que ce sont les deux facettes de la même médaille, du même modèle de civilisation qui s’est imposé historiquement», explique Jeanne Burgart Goutal, professeure de philosophie et spécialiste d'écoféminisme.

«Elles se sont enchaînées aux grilles du Pentagone en se donnant la main»

L’écoféminisme est né aux États-Unis dans la foulée de la révolution culturelle des années 1970. C’est à ce moment-là qu'émerge la conscience environnementale, autour des anti-nucléaire. Comme d’autres luttes des années 1970, il est très attaché aux arts, qui vont irriguer la première manifestation écoféministe d’envergure.

Elle a lieu le 17 novembre 1980, à Arlington (Virginie). Là, des milliers de femmes convergent vers le Pentagone, lieu de la «puissance impériale qui nous menace tous et toutes», selon la déclaration conjointe publiée ce jour-là. Elles affirment «craindre pour la vie de notre planète, la Terre, et la vie de nos enfants, qui sont notre futur». Quatre grandes mascottes géantes défilent au milieu de 2.000 personnes qui chantent, crient, jettent des sorts et tapent sur des tonneaux de fer. 140 sont arrêtées. «C’était très visuel, raconte Émilie Hache, maîtresse de conférences au département de philosophie de l’université Paris Nanterre. Elles se sont enchaînées aux grilles du Pentagone en se donnant la main, les ont décorées, cadenassées et y ont accroché des fils de laine, des photos, etc.»

Les écoféministes ont un autre fait d’armes connu, en Angleterre cette fois, et qui dura beaucoup plus longtemps, à la manière de l’occupation du plateau du Larzac en France. Il s’agit du camp de femmes de Greenham Common, érigé contre l'installation de missiles nucléaires sur la base Royal Air Force du même nom. Ce camp fut occupée de 1981 jusqu’en 2000, date de son démantèlement. Il attira à certains moments des dizaines de milliers de personnes, comme le 1er avril 1983, jour d’une grande chaîne humaine. Le camp était non-mixte, une manière de montrer au monde que des femmes pouvaient aussi s’occuper de questions d’armement.

Revalorisation des activités «féminines» et «reclaim»

Les luttes écoféministes ont fini par s’essoufler dans les années 1990, avec la fin de la Guerre froide et la transformation du risque nucléaire. Et peut-être aussi parce que le fondement théorique de l’écoféminisme n’était pas aisé à comprendre, postule Jeanne Burgart Goutal.

Un des concepts importants de l’écoféminisme s’appelle «reclaim», un terme qui vient de l’écologie et qu’on pourrait traduire par le fait de «régénérer» ou de «réhabiliter» la nature et la féminité. C’est l’idée de «se réapproprier sans retourner en arrière, de réparer des choses dégradées, mais en les réinventant», explique Émilie Hache, qui a publié un recueil de textes écoféministes du même nom.

Avec ce concept, les militantes cherchent à dessiner une troisième voie entre le féminisme libéral de Simone de Beauvoir, très critique à l’égard de l’idée de nature et de féminité, et un certain féminisme qu’on appelle différentialiste, qui prône la différence des sexes et exalte de prétendues qualités féminines (comme la douceur, souvent associée aux femmes). Le «reclaim» tente de valoriser des activités dites féminines, comme le soin des enfants ou le temps passé à l’élaboration des repas, mais en les déconnectant de leur label féminin et en les associant à une politique écologiste. «Elles disaient que ces activités étaient des activités humaines importantes, qui avaient été assignées aux femmes et dénigrées, mais devaient être permises à tous et toutes», résume Jeanne Burgart Goutal.

La misogynie utile au capitalisme

Pour reconstruire, il faut d’abord déconstruire. La pensée écoféministe s’est évertuée à décortiquer, analyser, critiquer le capitalisme, accusé d’avoir dans un même mouvement asservi les femmes et la nature. La bascule se fait au XVIIe siècle, époque de transition entre la société féodale et la société capitaliste, et par ailleurs grande époque de chasse aux sorcières, qui étaient aussi des avorteuses et maîtrisaient les techniques de reproduction.

Car il n’y a pas de capitalisme sans exploitation des ressources, et il n’y a pas de capitalisme non plus sans un grand nombre de bras à exploiter. Ces bras, seuls les ventres de femmes pouvaient les fournir. Il fallait donc absolument les soumettre… et plus généralement contrôler les femmes via la peur permanente d’être accusée de sorcellerie, comme l’explique la théoricienne Silvia Federici, qui inspire aujourd’hui nombre d’écoféministes.

Les femmes ont longtemps été des bras payés beaucoup moins cher que leurs homologues masculins (elles le sont encore aujourd’hui). À la fin du XIXe, une ouvrière n’obtenait pour la même journée de travail que la moitié de la paye d’un homme. La misogynie permettait aux entreprises d’économiser sur le dos des femmes.

L’écoféminisme, un concept occidental?

Les grandes figures de l’écoféminisme sont essentiellement anglo-saxonnes, comme la militante Starhawk, l’historienne Carolyn Merchant, la poétesse Susan Griffin ou la philosophe Val Plumwood. De là à dire que l’écoféminisme est un concept «blanc» et occidentalo-centré, il n’y avait qu’un pas, que nombre de critiques se sont empressés de franchir.

Il existe cependant des personnalités écoféministes célèbres dans les pays du Sud, dont la plus connue est certainement la militante et essayiste Vandana Shiva:

Les militantes écoféministes sont par ailleurs nombreuses en Amérique du Sud, explique Émilie Hache: «C’est un des endroits où il se passe le plus de choses. Ce sont souvent des femmes de milieux ruraux et qui crèvent de faim à cause des mouvements de grands propriétaires qui accaparent les terres». En Indonésie, le mouvement de Kendeng s’auto-étiquette «écoféministe». Ses militantes protestent contre une cimenterie, parfois au péril de leur vie. Mettant en scène leur révolte, elles ont coulé du béton sur leurs pieds, restant immobilisées pendant des semaines. L’une d’elle en est morte. «Cette lutte théâtralisée est une constante des luttes écoféministes», commente Jeanne Burgart Goutal.

D’autres mouvements protestataires des pays du Sud ont fasciné les écoféministes et ont été labellisés avec ce terme après coup. Comme le mouvement Chipko, un mouvement de femmes indiennes qui se sont battues dans les années 1970 contre la déforestation en faisant barrage avec leur corps. Ou le mouvement de la «ceinture verte», au Kenya, fondé par Wangari Muta Maathai.

Le poids de l’héritage de Beauvoir

Et en France? Si le mot «écoféminisme» a été pour la première fois employé par une Française, Françoise d’Eaubonne, la sauce n’a paradoxalement pas pris dans l’Hexagone. Françoise d’Eaubonne était militante dans les années 1970 au Mouvement de libération des femmes (MLF), au sein duquel elle animait le groupe Écologie et féminisme. Mais elle était en conflit avec plusieurs personnalités du MLF, explique Jeanne Burgart Goutal, ce qui n’a sans doute «pas aidé», commente la chercheuse. Elle n’a pas non plus porté longtemps ce combat, se consacrant par la suite à d’autres luttes.

Plus profondément, l’écoféminisme a souffert dans ces années de l’importance de la mouvance marxiste en France, peu encline à l’écologie, mais surtout de la prégnance de la pensée de Simone de Beauvoir qui avait détricoté le concept de «nature». On a beaucoup opprimé les femmes en vertu d’une prétendue «nature». En leur intimant par exemple que leur rôle «naturel» est le soin des enfants et non la chose politique. Par réflexe, nombre de féministes françaises avaient donc tendance à sortir leur revolver dès qu’elles entendaient le mot «nature»… et on peut les comprendre.

Il faut ajouter à cela des raisons, sans doute, d’informations qui circulent mal, à une époque sans internet. Aujourd’hui, le concept revient en force à la faveur des réseaux sociaux. Et à mesure que l’urgence écologique se fait plus présente.

Aude Lorriaux Journaliste

Newsletters

L'hôtellerie, un secteur particulièrement exposé au harcèlement sexuel

L'hôtellerie, un secteur particulièrement exposé au harcèlement sexuel

Face à un espace de travail du personnel particulièrement sexualisé, les directions d'établissements doivent redoubler d’efforts pour prévenir les comportements connotés.

Faut-il se fier à la représentation des minorités dans les séries américaines?

Faut-il se fier à la représentation des minorités dans les séries américaines?

Le débat autour de la présence d’Apu dans «Les Simpson» l’a rappelé avec virulence: il est plus que temps de s’interroger sur la place des minorités dans les séries américaines.

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un politicien conservateur annonce qu'il veut changer d'identité de genre afin de critiquer l'IVG en paix.

Newsletters