Politique / Monde

L’attentat contre le candidat d’extrême droite brésilien pourrait jouer en sa faveur

Temps de lecture : 7 min

Alors que Lula, dont la candidature a été invalidée, tarde à désigner son remplaçant, le candidat d’extrême droite désormais en tête dans les sondages a été gravement blessé lors d’un meeting mais reste en lice.

Les partisans de Jair Bolsonaro, candidat à l'élection présidentielle brésilienne, se rassemblent sur l'avenue Paulista à São Paulo, le 9 septembre 2018. | Miguel Schincariol / AFP
Les partisans de Jair Bolsonaro, candidat à l'élection présidentielle brésilienne, se rassemblent sur l'avenue Paulista à São Paulo, le 9 septembre 2018. | Miguel Schincariol / AFP

À un mois du scrutin du 7 octobre, la campagne présidentielle au Brésil, déjà très confuse, a connu jeudi 6 septembre un nouveau et violent soubresaut avec l’attentat contre le favori des sondages. Poignardé à l’abdomen en plein bain de foule à Juiz de Fora (au nord de Rio de Janeiro), le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro, 63 ans, a été opéré en urgence. Il a depuis quitté le service de soins intensifs, se remet et semble plus déterminé que jamais à poursuivre la campagne, même de son lit d’hôpital. Son entourage, à commencer par trois de ses fils eux aussi politiciens, a repris le flambeau et enchaîne les déclarations publiques pour occuper le terrain.

Alors que la campagne entre dans sa dernière ligne droite, cet attentat contre celui que beaucoup surnomment le «Trump tropical», pose d’ores et déjà un certain nombre de questions qu’analystes et médias brésiliens et internationaux retournent dans tous les sens depuis quelques jours. La question la plus directe concerne l’avantage électoral que constitue –ou non– cette agression. Pour le fils du candidat, Flavio Bolsonaro, lui aussi député, l’affaire est entendue: «Un message pour ces bandits: ils viennent d'élire le nouveau président, et ce sera fait dès le premier tour», a-t-il déclaré au lendemain de l’attentat.

Si la prédiction semble excessive, l’hypothèse est loin d’être absurde. Le camp Bolsonaro tente certes, très logiquement, d'exploiter politiquement l'agression, parlant même désormais de «guerre» contre le Parti des travailleurs (PT). Mais la thèse de l'existence de commanditaires politiques de l'attentat reste, pour le moment, hasardeuse: certes, l’homme, décrit comme instable, a appartenu à un parti de gauche (le PSOL) pendant sept ans, mais il a déclaré avoir agi seul, «pour des raisons personnelles» et «sur ordre de Dieu».

Gain de visibilité

Néanmoins, l’attentat fait depuis des jours la une des médias et occupe la plupart des discussions. C'est un gain de visibilité significatif pour le candidat qui, compte tenu de sa faible surface politique lorsqu’il s’est lancé et de la modestie de son parti actuel (PSL), bénéficie de peu de temps d’antenne à la télévision. On ne peut par ailleurs exclure un certain effet de sympathie face à la violence de cet acte et à la souffrance du candidat.

L’autre événement majeur de cette campagne est l’invalidation, le 31 août dernier, de la candidature de l’ancien président Lula qui, bien que condamné pour corruption à douze ans de prison et incarcéré depuis avril, caracole en tête des sondages avec plus de 30% des intentions de vote. Mais depuis cette invalidation, Jair Bolsonaro, qui campe solidement en deuxième position depuis dix-huit mois, a pris la première place à 22%, selon le dernier sondage de l’institut Ibope publié le 5 septembre (soit la veille de l’attentat). Une avance qui n’est cependant pas un raz-de-marée d’autant que, toujours selon ce très intéressant sondage, il est donné perdant, en cas de second tour, face à tous ses concurrents (sauf Fernando Haddad, colistier de Lula et son éventuel remplaçant, avec lequel il sort ex-aequo).

Sauf qu'un autre sondage publié ce lundi 10 septembre, le premier post-attentat, porte à 30% les intentions de vote pour Bolsonaro. Un bond peut-être éphémère, mais peut-être pas...

«Il me semble que le seul vrai danger, c’est qu'il soit élu au premier tour sous le coup de l’émotion suscitée par cet attentat», estime le géographe Hervé Théry, professeur à l’université de São Paulo. Le cas d’Eduardo Campos –candidat du parti socialiste en 2014, mort en pleine campagne électorale dans un accident d’avion et dont la quasi-totalité des intentions de vote (10%) se sont reportées sur la candidate écologiste Marina Silva, lorsque le PS a adoubé cette dernière pour remplacer Campos– montre d’ailleurs l’importance de l’aspect émotionnel dans une élection.

Mais Hervé Théry souligne aussi l’important taux de rejet (passé en quelques mois de 20 à plus de 40%) dont Bolsonaro est l’objet. «S’il y a un deuxième tour, on peut supposer qu’une union sacrée se formera pour faire barrage à son élection», ajoute-t-il.

Il faut dire que le candidat, ancien militaire, fervent nostalgique de la dictature (1964-1985), pro-armes à feu, spécialiste des propos publics misogynes, homophobes ou racistes envers les minorités autochtones, apparaît comme le tenant d’une extrême droite caricaturale. Son succès est porté par la colère et l’exaspération d’une partie de l’opinion (des classes aisées et moyennes, mais aussi d’ex «lulistes») face à la corruption systémique des politiques, mais aussi au climat de violence et d’insécurité (60.000 homicides par an) qui n’a cessé de grandir ces dernières années dans le pays.

Il a su s'attirer les faveurs des lobbies évangélique, des armes et de l'agro-industrie.

Son incompétence assumée en matière économique n’a pour le moment pas découragé ses aficionados. Bolsonaro, qui brandit sa nouvelle foi évangélique, est aussi le reflet de l’essor spectaculaire de ces églises réformées (rassemblant environ 30% de la population) et de la vague conservatrice qui traverse actuellement le Brésil.

Ce vieux briscard de la politique qui, ces dernières décennies, a enchaîné les mandats de député, n’est pas le candidat antisystème qu’il prétend être. Il a su s’attirer les faveurs du lobby évangélique (très influent au Congrès), de celui des armes mais aussi de celui de l’agro-industrie, notamment en annonçant sa volonté de fusionner les ministères de l’agriculture et de l’environnement. Bref, le trio gagnant «Bíblia, boi e bala» (Bible, bœuf et balle).

Polarisation

Le pays s’est fortement polarisé depuis la fin des prospères années Lula (soit, en gros, la première décennie 2000). Les anti et les pro-Lula se déchirent depuis des mois, les premiers brocardant le système de pots de vin mis en place par le PT, parti de l’ancien président; les seconds criant au coup d’État caractérisé selon eux par la destitution de Dilma Rousseff en 2016 et par l’acharnement judiciaire contre Lula, accusé d’avoir bénéficié d’avantages indus, et notamment d’un luxueux appartement (qu’il n’aurait en fait jamais habité). D’ailleurs, un autre épisode judiciaire se préparerait à son encontre, à propos de l’attribution d’un autre bien immobilier.

Beaucoup s’étonnent aussi –et pas seulement ses partisans– de son maintien en détention alors que d’autres membres du PT et d’autres partis, souvent condamnés pour des faits de corruption plus lourds, purgent leur peine en résidence surveillée. Il est quasi sûr cependant que Lula restera derrière les barreaux jusqu’à la fin du processus électoral, tant la justice redoute sa capacité de mobilisation.

Les anti et pro-Bolsonaro s’opposent au sein même des familles et des groupes de collègues ou d’amis, tandis que les fidèles de Lula se recrutent surtout dans les quartiers les plus pauvres des villes et dans l’État deshérité du Nordeste, là où les gens lui sont encore massivement reconnaissants d’avoir créé la Bolsa Família, cette aide sociale qui a permis à de nombreuses familles de joindre les deux bouts.

Faut-il déduire de cette confusion que le pays est au bord du chaos?

Depuis sa prison, l’ancien président déchu n’a pas encore officiellement renoncé et fait toujours durer le suspense sur le nom de son remplaçant (la justice lui aurait fixé la date de mardi 11 septembre comme dernier délai). Comme s'il faisait passer passer son aura personnelle avant l'intérêt de son parti, déplore un observateur proche de la gauche. Le probable candidat de substitution du PT, Fernando Haddad, n’est en effet guère connu en dehors de São Paulo (dont il a été maire) et reste scotché autour de 8% d’intentions de vote, alors qu’il n’y a plus de temps à perdre.

Faut-il déduire de cette confusion que le pays est au bord du chaos, chaos que symboliserait le tragique incendie du musée national de Rio? La démocratie brésilienne semble en tout cas traverser une mauvaise passe «même si, rappelle Hervé Théry, les cadres légaux sont respectés». La douzaine de candidats à la présidentielle ont d’ailleurs manifestement cherché à calmer le jeu en dénonçant tous l’attentat.

Face à la montée du péril Bolsonaro, la gauche paraît à l'heure actuelle trop divisée pour l’emporter, entre un Fernando Haddad à la remorque, un Ciro Gomes imprévisible et une Marina Silva dont, selon certains, l'heure serait passée. Cette dernière, anciennement proche de Rousseff et Lula, a pourtant des chances de l'emporter avec une cible potentielle allant des intellectuels aux Verts en passant par les évangélistes. Quant à la droite, divisée elle aussi, elle tente aujourd’hui fébrilement de se rassembler. Autour, probablement, de Geraldo Alckmin, candidat du PSDB, certes crédité de seulement 8% d’intentions de vote et dans le viseur de la justice (cependant pas à court terme) mais assez consensuel, sous ses airs de gestionnaire sérieux et bon enfant, pour en faire un candidat de rassemblement. Pour preuve: son surnom «Picolé de chuchu», qu’on pourrait traduire par «sorbet au navet» (le chuchu est un légume local particulièrement fade). Un profil propre à apaiser les esprits, peut-être, mais pas à mener les réformes difficiles qui s’imposent.

En attendant, le vote étant obligatoire, la majeure partie de l’électorat se demande encore pour qui voter: certains vont chercher conseil dans leur église pentecôtiste, d’autres se rassemblent pour appeler à voter nul, d’autres encore ont décidé de voter pour leur candidat de cœur. Au risque, évidemment, de laisser le champ libre au Trump tropical.

Anne Denis Journaliste, éditrice du site Latina-eco.com

Newsletters

Pourquoi la France n'a pas le droit de laisser les Français de Daech être condamnés à mort

Pourquoi la France n'a pas le droit de laisser les Français de Daech être condamnés à mort

[Tribune] Les combattants qui ont rejoint l'Irak devraient être jugés en tant que tels à l'aune du droit international et non en qualité de terroristes ou de criminels de guerre.

À 10 ans, un enfant de djihadiste peut être «dangereux», estime Thierry Mariani

À 10 ans, un enfant de djihadiste peut être «dangereux», estime Thierry Mariani

Invité dans l'émission «L'Instant politique» sur France Info, l'eurodéputé RN s'inquiète du retour en France des enfants de djihadistes.

Hong Kong parviendra-t-elle à résister au pouvoir de la Chine?

Hong Kong parviendra-t-elle à résister au pouvoir de la Chine?

La cité-État est un refuge pour les détracteurs de la politique chinoise, un rôle qui pourrait être mis à mal par la loi d'extradition.

Newsletters