Sciences

Comment les mamans plantes parlent à leurs embryons

Temps de lecture : 2 min

Le mystère vient tout juste d'être percé, mais pose de nouvelles questions sur la reproduction végétale.

Jeune pousse | idintify media via Flickr CC License by
Jeune pousse | idintify media via Flickr CC License by

Si la grossesse humaine et la reproduction végétale semblent a priori très différentes, il existe cependant certains parallèles, notamment dans la manière dont l'embryon se développe en lien étroit avec la mère. Chez les animaux, on sait que des signaux maternels jouent sur ce développement, une régulation là aussi présente chez les végétaux, sans que la nature précise de ce signal ait été connue. Une étude vient enfin de combler cette lacune.

Menée par des scientifiques affiliés notamment à l'Institut autrichien des sciences et des technologies, elle montre comment une hormone végétale, l'auxine, est l'un des signaux permettant à la maman plante de communiquer avec son embryon et d'en réguler le développement.

«Les botanistes ont essayé de décrypter la nature du signal entre une mère et son embryon depuis des décennies», explique Jiri Friml, l'un des auteurs de l'étude. «Nous montrons que la mère est la source de l'auxine qui régule les premiers stades de développement embryonnaire». En analysant entre autres la biosynthèse de l'hormone, les scientifiques ont été capables de démontrer que le tissu maternel englobant l'embryon dans une graine commence à produire davantage d'auxine après la fertilisation, comme si la mère «disait» à son embryon de se mettre à se développer.

En outre, cette production d'auxine régulée par les tissus maternels est cruciale pour l'embryon: lorsque cette production est stoppée, l'embryon ne se développe plus correctement, même si l'embryon produit lui-même l'hormone.

Un phénomène laissant cependant entendre que l'auxine n'est pas la seule responsable du développement embryonnaire. «Lorsque nous avons stoppé la production maternelle d'auxine, précise Friml, l'embryon s'est développé anormalement, mais a quand même réussi à se développer.» Un autre mystère à éclaircir...

Newsletters

Être enceinte et positive au Covid-19 est d'autant plus dangereux si on attend un garçon

Être enceinte et positive au Covid-19 est d'autant plus dangereux si on attend un garçon

Le sexe du fœtus influence à la fois la capacité de la mère à générer des anticorps contre le virus et à les transférer à son bébé.

Certaines personnes pourraient être génétiquement immunisées contre le Covid

Certaines personnes pourraient être génétiquement immunisées contre le Covid

Elles détiendraient alors la clé du traitement le plus efficace contre le virus. Si vos proches sont tombés malades et pas vous, vous en faites peut-être partie.

Notre univers a peut-être été créé en laboratoire par une civilisation avancée

Notre univers a peut-être été créé en laboratoire par une civilisation avancée

C'est ce qu'affirme un scientifique de Harvard, Avi Loeb.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio