Boire & manger / Santé

L'industrie des oméga-3 a réussi à vous faire gober n'importe quoi

Temps de lecture : 7 min

Les oméga-3 ne servent probablement à rien, tout en ayant de terribles conséquences pour l'environnement.

Saletés de capsules | Frolicsomepl via Pixabay CC0 License by
Saletés de capsules | Frolicsomepl via Pixabay CC0 License by

Voici quelques années, pour des raisons que je ne peux pas trop expliquer, j'ai pris l'habitude de gober une capsule d’oméga-3 tous les matins. Je n'avais lu aucun article scientifique sur les bénéfices médicaux du supplément alimentaire –je n'avais même pas cherché à en consulter. J'avais juste la vague idée que ces globules d'huile ambrée extraite des glandes d'un saumon sympa étaient bonnes pour moi. Honnêtement, je n'aurais même pas été capable de vous dire quels bienfaits ils étaient censés m'apporter.

Ce qui semble aujourd'hui être un consensus de plus en plus établi parmi les spécialistes. Une récente méta-analyse de soixante-dix-neuf essais randomisés contrôlés impliquant plus de 100.000 participantes et participants vient de s'ajouter à un corpus déjà épais de résultats évanescents. L'étude catalogue toute une liste de problèmes cardiaques pour lesquels les oméga-3 n'ont que «peu ou pas d'effet», ce qui contredit l'un des plus anciens et des plus importants bénéfices présumés du supplément alimentaire –qu'il améliorerait la santé cardio-vasculaire.

On peut imaginer que l'immense quantité de recherches investies dans les oméga-3 –dont bon nombre sont financées par les milliards de dollars de l'industrie des oméga-3 elle-même– trouvera un jour de bons arguments en faveur du supplément. Mais à l'heure actuelle, l'industrie est en bien mauvaise posture.

Non seulement les gélules pourraient ne pas servir à grand-chose, mais il est aussi tout à fait possible que les millions de tonnes de poissons extraites des océans pour les confectionner aient de graves conséquences écologiques.

Expédition en terre inuit

Dans son dernier livre, The Omega Principle, l'auteur et journaliste Paul Greenberg décrit une industrie devant son existence à une ribambelle d'hypothèses faiblardes sur la santé humaine –un secteur en pleine introspection, alors que sa crédibilité scientifique se réduit comme peau de chagrin. Et avec une boîte d'oméga-3 à moitié entamée dans mon frigo, me voilà moi aussi plongé dans des abîmes de perplexité.

L'essor des oméga-3 date du temps où une équipe danoise de scientifiques, intriguée par la faiblesse relative de la mortalité due à des maladies cardio-vasculaires chez les populations inuits, est partie mener une expédition au Groenland. Elle prélève des échantillons de sang sur les Inuits de la région et trouve des concentrations d’oméga-3 bien supérieures à celles de leur groupe de contrôle, composé de Danois et de Danoises. L'hypothèse coule de source: les oméga-3 sont bons pour votre cœur.

Cette humble hypothèse aurait dû faire l'objet d'études approfondies avant de devenir la base d'un nouveau produit de santé, histoire de savoir si elle relevait d'une simple corrélation ou s'il y avait réellement un rapport de causalité entre les deux phénomènes.

Il était toujours possible que d'autres éléments du régime alimentaire inuit, riche en poisson, soient responsables de la santé cardiaque de ces populations, et que les oméga-3 aient tout simplement été dans les parages. Ou peut-être que cela n'avait rien à voir avec l'alimentation, que les températures étaient en cause et que les oméga-3 dans le sang des Inuits n'étaient qu'une coïncidence sans le moindre lien avec le schmilblick.

Des questions encore plus sérieuses sont soulevées en 2014 par Elizabeth Preston: peut-être que les Inuits du Groenland n'avaient même pas de cœur en meilleure santé au départ, et peut-être que leur moindre mortalité cardiaque supposée était la conséquence d'un manque de précision de leurs certificats de décès.

Résultats scientifiques peu reluisants

Mais voilà, catapultés de ces prémisses rachitiques, les suppléments aux oméga-3 constituent désormais une industrie à quinze milliards de dollars au niveau mondial, avec une croissance annuelle de 7%.

La recherche scientifique rattrape lentement son retard et commence à tempérer cet enthousiasme. Les bénéfices originaux, concernant la santé cardiaque, ont été les premiers à prendre du plomb dans l'aile.

«Dans l'ensemble, la supplémentation en […] oméga-3 n'est pas associée à un risque diminué de mortalité toutes causes confondues.»

Conclusion d'une méta-analyse de 2012

De grosses études randomisées contrôlées tombent sur des résultats peu reluisants. Et la conclusion d'une méta-analyse de 2012 n'y va pas par quatre chemins: «Dans l'ensemble, la supplémentation en […] oméga-3 n'est pas associée à un risque diminué de mortalité toutes causes confondues, de décès d'origine cardiaque, de mort subite, de décès après infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral sur des mesures d'association relatives ou absolues.»

On avait aussi espoir que la supplémentation en oméga-3 soit bénéfique au cerveau humain, vu que ce corps gras constitue entre 5% et 10% de la masse de l'organe. Mais les recherches sur les effets d'une supplémentation en oméga-3 sur les maladies cérébrales sont tout aussi penaudes.

Déjà, des études montrent que les gélules d'oméga-3 n'atténuent pas la dépression, n'aident pas les enfants à risque de troubles psychotiques et n'améliorent pas non plus la mémoire des personnes âgées. Et quid du cancer, le Saint Graal des laboratoires pharmaceutiques? Pareil, que tchi.

Si manger du poisson a sans aucun doute beaucoup d'effets positifs sur la santé, il semble de plus en plus évident que ces avantages disparaissent lorsque les poissons sont transformés en capsules.

Marketing industriel

Malgré le rétrécissement de leurs fondements scientifiques, rien n'oblige légalement les fabricants d'oméga-3 à modifier leur mode de commercialisation. Une législation adoptée en 1994, à l'heure où l'industrie de l'huile de poisson gagnait du terrain, garantit que ces suppléments –et d'autres– ne soient pas soumis aux contrôles de la Food and Drug Administration.

«Aujourd'hui, les fabricants peuvent mettre ce qu'ils veulent dans une capsule et la vendre comme supplément alimentaire, écrit Greenberg. Aucune recherche scientifique ni preuve d'aucune sorte n'est nécessaire.» Ce qui fait que la plupart des produits disponibles dans le commerce ont le toupet de se targuer de bénéfices cardiaques «cliniquement prouvés» sur leur emballage.

Une autre tactique utilisée par l'industrie pour sauver la face a consisté à financer indépendamment ses propres recherches. En 2017, l'Organisation mondiale pour l'EPA et le DHA [deux acides gras de la famille des oméga-3, ndlr], une association professionnelle, publiait le communiqué de presse de sa propre étude confirmant l'effet bénéfique de la consommation d'oméga-3 sur la diminution du risque de maladie coronarienne. Une affirmation –contraire aux résultats d'études bien plus conséquentes publiées avant et après– en réalité tirée par les cheveux.

Malgré l'optimisme du communiqué de presse, l'étude était en elle-même des plus mesurées: «Parmi les essais randomisés contrôlés, il y avait une réduction statistiquement non-significative du risque de maladie coronarienne avec une supplémentation en EPA+DHA», peut-on ainsi y lire.

Si un financement industriel ne garantit pas à coup sûr des biais dans les recherches, le terrain est quand même glissant. Comme le fait remarquer Greenberg, «dès que les essais médicaux vont chercher le gros de leurs données chez l'industrie (un phénomène qui s'est considérablement développé ces cinquante dernières années), la recherche devient du marketing».

L'idée qu'une supplémentation en oméga-3 puisse faire quelque chose à la santé humaine n'est pas complètement folle: le composé joue un rôle dans la biochimie humaine de base sans pouvoir être directement synthétisé par le corps. Un jour, la recherche pourrait attester d'applications médicales réelles des oméga-3.

Et si les recherches cliniques prouvant les bénéfices des oméga-3 sont aujourd'hui quasiment inexistantes, les preuves de leur dangerosité sont tout aussi clairsemées. Si l'industrie des oméga-3 cherchait simplement à se faire du fric auprès de gogos avec des pilules de sucre, l'arnaque serait peut-être odieuse, mais elle n'aurait pas plus de conséquences que cela. Sauf que ces gélules ne sont pas composées de sucre, elles sont faites à partir d'animaux.

Pauvres petits poissons fourrage

Ces huiles ne sont pas un sous-produit de poissons d'ores et déjà intégrés à l'alimentation humaine, comme le saumon sympa de mon imagination. L'huile contenue dans ma capsule quotidienne est siphonnée dans des bancs de poissons fourrage extraits tout spécialement de l'océan.

Banc de Pterocaesio chrysozona, qui font partie des poissons fourrage | TheBrockenInaGlory via Wikimedia Commons

«C'est difficile, je sais, de susciter de la sympathie pour tous ces petits poissons graisseux», admet Greenberg. Mais sans même se pâmer d'amour pour eux, l'auteur arrive à nous faire comprendre l'importance de ces modestes organismes.

Les poissons fourrage sont les héros méconnus de la vie aquatique. Évoluant dans un «espace critique» des fonds marins, c'est grâce à eux que l'énergie solaire stockée dans le phytoplancton est transmise aux prédateurs. «Sans les poissons fourrage […], le système devient bien plus simple, plus primitif», commente Greenberg.

Bien sûr, l'océan est vaste et ces petits poissons se reproduisent vite. Mais si l'industrie de la pêche prétend que la pratique est durable, Greenberg a quelques doutes. Il pense que l'extraction des poissons fourrage pourrait avoir des répercussions sur les chaînes alimentaires.

Au total, Greenberg estime que le poids de l'ensemble de la population des États-Unis est retiré chaque année de l'océan sous la forme de menhadens, anchois et krill –des animaux pour la plupart destinés à la production d'oméga-3.

Même dans l'hypothèse peu probable que cette activité n'ait aucun impact sur les écosystèmes océaniques, les contrecoups de cette extraction massive peuvent encore nous atteindre sur la terre ferme: une fois l'huile de poisson encapsulée, les carcasses sont broyées pour devenir de l'engrais et de l'aliment pour bestiaux, entre autres emplois agricoles industriels. La farine de poisson est pulvérisée sur des sols dépourvus de leurs minéraux naturels et permet de faire pousser des cultures commerciales destructrices, comme le maïs. Ce maïs devient du sirop de fructose sucrant les sodas d'un monde de plus en plus diabétique. Ou alors il se retrouve dans l'estomac de bovins qui accélèrent le réchauffement climatique avec leurs pets, et dont la viande nous fait mourir à petit feu de plein de manières différentes.

À moins de révélations sur les miracles médicaux des oméga-3, je n'achèterai probablement plus jamais d'autre boîte. Je suis suffisamment convaincu que leurs coûts écologiques surpassent de loin les maigres bénéfices sanitaires que je peux en tirer. Alors que faire de ma boîte entamée? Je n'ai pas envie de gober les capsules restantes et me garantir des mois d'haleine aux relents de moule sans raison valable.

Peut-être que je vais la laisser là, au milieu de mon frigo, pour qu'elle me rappelle combien les choix a priori anodins et globalement peu réfléchis que je peux faire peuvent avoir des conséquences considérables.

Irineo Cabreros

Newsletters

«Les vraies pâtes carbo, c’est un plat de bouchers alcooliques des banlieues romaines des années 1950»

«Les vraies pâtes carbo, c’est un plat de bouchers alcooliques des banlieues romaines des années 1950»

Le #CarboGate n'était que l'une des premières batailles d'«une guerre sans quartier ni tranchée».

Monaco, petit miracle gastronomique de la Côte d’Azur (et du monde)

Monaco, petit miracle gastronomique de la Côte d’Azur (et du monde)

Deux stars des casseroles en rivalité dans la restauration étoilée.

Tupperware est bien plus qu'une boîte

Tupperware est bien plus qu'une boîte

Les ventes annuelles de la marque s'élèvent à deux milliards de dollars par an.

Newsletters