Politique

La dure rentrée politique d'Emmanuel Macron

Temps de lecture : 2 min

Semaine compliquée pour le président de la République.

Démissions de ministres –et non des moindres–, chute dans les sondages, tergiversations sur l'impôt à la source. Après de tels rebondissements, Emmanuel Macron est-il devenu réfractaire au nouveau monde qu’il avait tant vanté?

Frédéric Says, éditorialiste à France Culture et contributeur de Slate, Roland Cayrol, politologue et chercheur à Sciences Po, et Virginie Le Guay, cheffe-adjointe du service politique de Paris Match, en débattent dans «Politique», l'émission de Roselyne Febvre et de Jean-Marie Colombani sur France 24 en partenariat avec Slate.

«La vie des gens n'a pas changé sous Macron. La réforme de la SNCF ne modifie pas votre quotidien, pour l'instant; les accords Pénicaud n'ont pas modifié outre mesure le quotidien de soixante-six millions de Français. Donc il y a une sorte de statu quo. Et en même temps, il y a une petite musique, d'autant plus perceptible, qui est un sentiment que le pouvoir se sert. Il y a une avalanche de petits faits pas si importants pris individuellement, qui s'additionnent (vaisselle de l'Élysée, affaire Benalla, piscine du fort de Brégançon) et qui, mis bout à bout, font se dire à un certain nombre de personnes –qui avant soutenaient Macron et aujourd'hui doutent– que le président au pouvoir se sert un peu, se protège, et n'a pas changé ma vie», expose Frédéric Says.

Retrouvez «Politique» tous les jeudis à 16h10 sur France 24 et les vendredis après-midi sur Slate.fr.

Slate.fr

Newsletters

La malédiction des Premiers ministres plus populaires que leur président

La malédiction des Premiers ministres plus populaires que leur président

Avant Édouard Philippe, six autres chefs de gouvernement ont été durablement mieux notés que le locataire de l’Élysée du moment. Aucun d’entre eux n’est devenu président de la République.

Contre quoi protestent vraiment les «gilets jaunes»?

Contre quoi protestent vraiment les «gilets jaunes»?

Les rassemblements du 17 novembre peuvent-il devenir le premier accroc social du mandat d'Emmanuel Macron?

L'hommage de Macron à Pétain, une faute politique?

L'hommage de Macron à Pétain, une faute politique?

Le président de la République a suscité la polémique en soulignant que «Pétain a été un grand soldat pendant la Première Guerre mondiale».

Newsletters