Politique

«Le problème de Facebook, c’est son caractère intrusif»

Temps de lecture : 2 min

Invité de l'Instant politique de France Info en partenariat avec Slate.fr, l'Insoumis Alexis Corbière appelle à une large réflexion autour de la puissance des Gafa.

Capture d'écran via France Info
Capture d'écran via France Info

Invité de l’Instant politique sur France Info, Alexis Corbière, député de La France insoumise et porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, a réagi à la délicate rentrée de l’exécutif: «Ils tombent de leur piédestal. Les Français sont en train de s’apercevoir du dur. Sur des questions sociales, le chômage n’a pas reculé, les inégalités sociales sont encore là, sur l’écologie, le départ de Nicolas Hulot dit politiquement quelque chose. Et l’affaire Bennalla révèle qu’on est dans la Ve république à plein, dans la monarchie présidentielle la plus boursoufflée».

À la question de Slate (5’58), «Un quart des Américains ont supprimé l'application Facebook de leur téléphones, et vous?», Alexis Corbière a répondu par la négative: «Non, je ne l’ai pas fait» mais trouve ce «phénomène intéressant»: «Le problème de Facebook c’est son caractère intrusif. Et ça il faut le combattre, il faut une législation là-dessus. Tous ces énormes Gafa échappent à tout. Il faut pouvoir leur appliquer une législation nationale. Est-ce que ça passe par le retrait de Facebook? Pourquoi pas, mais il doit y avoir une réflexion plus large».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France Info, tous les soirs à 19h20

Newsletters

Mon Europe à moi: «Je souhaite que l'UE ait plus de poids en matière de diplomatie»

Mon Europe à moi: «Je souhaite que l'UE ait plus de poids en matière de diplomatie»

L'Union européenne a beau avoir un haut représentant aux affaires étrangères, elle reste peu audible sur la scène internationale.

Mon Europe à moi: «Pour que l'UE soit plus démocratique, il faudrait mieux informer les citoyens»

Mon Europe à moi: «Pour que l'UE soit plus démocratique, il faudrait mieux informer les citoyens»

On parle souvent d'un déficit démocratique de l'Union européenne. Comment réformer les institutions pour donner plus de place aux citoyens?

Après le «en même temps», le «cas par cas»: un naufrage français

Après le «en même temps», le «cas par cas»: un naufrage français

[Chronique #54] Le président de la République et son entourage politique incarnent plus que jamais «une bourgeoisie aux abois, sans foi ni loi», pour reprendre des mots datant de 1938.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio