Égalités / Société

La révolution sexuelle a-t-elle tout changé?

Temps de lecture : 2 min

Pour comprendre notre rapport au sexe, c'est toute l'histoire qu'il faut interroger.

Des femmes, portant une banderole pour la contraception, l'avortement et le contrôle des naissances, participent à la manifestation unitaire organisée par la CGT, la CFDT et la FEN dans le cadre de la journée nationale d'action interprofessionnelle, le 24 mai 1977, à Paris. | AFP
Des femmes, portant une banderole pour la contraception, l'avortement et le contrôle des naissances, participent à la manifestation unitaire organisée par la CGT, la CFDT et la FEN dans le cadre de la journée nationale d'action interprofessionnelle, le 24 mai 1977, à Paris. | AFP

Propos polémiques du pape sur l’homosexualité, fake news en série autour de l’éducation sexuelle à l’école et de la loi sur l’âge du consentement sexuel, impact de la vague #MeToo… le sexe et les sexualités restent un sujet clivant, intime pour certains, politique pour d’autres.

La révolution sexuelle initiée, pour beaucoup, par Mai 68 a-t-elle vraiment tout changé? Les penseurs et penseuses, militantes et militants des années 1970 ont-ils réellement libéré une sexualité jusqu’alors contrainte? Où en sommes-nous dans nos rapports au sexe et, désormais, au genre? Qui définit les normes? Faut-il en définir?

Pour y voir plus clair, la Grande Table de France Culture a accueilli Sylvie Steinberg, directrice d'études à l'EHESS, spécialiste de l’histoire des femmes, directrice de l’ouvrage collectif Une histoire des sexualités aux PUF, publié le 29 août dernier.

Un livre pour «revenir en arrière, jusqu’à l’Antiquité gréco-romaine», «relativiser la nouveauté de ce que nous vivons et mettre en exergue ce qui fait notre modernité». Un travail fondamental et difficile, à cause du «déficit de mémoire» souligné par la chercheuse: «Si nous avons l’impression de vivre des temps inouïs et innovants, c’est parce que la sexualité a fait longtemps partie du domaine privé, du domaine du silence. Les sources sont très difficiles à travailler, à exhumer, contrairement aux événements politiques, militaires ou diplomatiques qui ont jalonné notre histoire».

Une émission de France Culture, présentée par Olivia Gesbert en partenariat avec Slate.fr, à écouter ou réécouter en podcast.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Retrouvez la Grande Table tous les jours à 12h sur France Culture.

Newsletters

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio