Tech & internet / Économie

Uber s'apprête à bannir des clientes et clients malpolis

Temps de lecture : 2 min

Uber va bloquer les passagers et passagères avec un faible score en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Plus de respect pour les chauffeurs et chauffeuses   | Free-Photos via Pixabay CC License by
Plus de respect pour les chauffeurs et chauffeuses | Free-Photos via Pixabay CC License by

Si vous attendez en moyenne plus longtemps que les autres pour l'arrivée d'une voiture Uber, c'est peut-être à cause de votre incivilité –dûment notée. Se présenter au mauvais endroit, être en retard, aviné, claquer la porte trop fort, vomir... Autant de bonnes raisons pour un conducteur ou une conductrice de vous noter sous la barre des quatre étoiles.

En Australie et en Nouvelle-Zélande, les passagères et passagers notés au-dessous de quatre étoiles (sur cinq) seront bannis pour six mois à partir du 19 septembre. L'entreprise cherche ainsi à améliorer le comportement de sa clientèle. Ce sont les chauffeuses et chauffeurs eux-mêmes qui ont sélectionné les deux pays pour tester cette nouvelle fonctionnalité.

Exclusion

Les personnes concernées par la sanction «recevront un e-mail les informant de leur besoin d'améliorer leur score», mais aussi quelques conseils, détaille la manageuse régionale Susan Anderson à Yahoo 7 News.

Si les mauvais comportements persistent et qu'ils sont signalés, alors les utilisateurs et utilisatrices seront immédiatement exclues de l'application pour six mois. Suite à leur disqualification, ils et elles devront se plier à un «petit exercice éducatif» pour pouvoir réactiver leur compte.

Les clientes et clients d'Uber démarrent sur un pied d'égalité, avec une note de cinq étoiles, et doivent utiliser au moins dix fois l'application avant de risquer d'être bannis. En moyenne, en Australie, la clientèle est notée au-dessus de 4,5 étoiles. En revanche, on ne sait pas combien de membres récoltent une note inférieure à quatre, certainement quelques milliers.

Précision et politesse

«Les chauffeurs veulent être traités avec respect. Ce qui ne veut pas dire qu'il est nécessaire de faire la conversation pendant tout le trajet, la courtoisie de base est suffisante, explique Susan Anderson. Si de nombreuses personnes nous indiquent qu'un passager n'a pas traité les chauffeurs avec respect, nous prendrons des mesures.»

Seulement 20% de la clientèle Uber réussit à conserver ses cinq étoiles. Pour encourager les bonnes manières, l'entreprise a publié un petit guide des erreurs à éviter. La pertinence de la localisation arrive en tête: il faut faire attention à l'adresse épinglée, éviter les zones difficiles comme les couloirs de bus et prévenir d'un éventuel retard. La politesse basique –bonjour, merci, au-revoir– est de mise. Mieux vaut éviter de faire des commentaires sur la conduite, à moins que vous ne soyez vraiment en danger. Récupérez vos déchets à la fin du trajet. Fermez gentiment la porte. Uber ne le précise pas mais il est fortement déconseillé de vomir dans la voiture –sauf en cas de routes sinueuses.

Slate.fr

Newsletters

Souriez, Facebook regarde votre famille

Souriez, Facebook regarde votre famille

Le réseau social veux scanner vos profils pour mieux connaître votre foyer.

Va-t-il falloir économiser les données comme l’énergie?

Va-t-il falloir économiser les données comme l’énergie?

La quantité de données produite à l’ère du numérique croit de façon exponentielle. L’humanité produit ainsi en deux jours autant de données qu’au cours des deux derniers millions d’années. Les études révèlent des chiffres astronomiques: en 2020, l...

Les vidéos virales de recettes accentuent le phénomène de simplification de la cuisine

Les vidéos virales de recettes accentuent le phénomène de simplification de la cuisine

Les produits utilisés dans ces séquences, inoffensives en apparence, sont très souvent trop gras, sucrés et salés.

Newsletters