Égalités / Monde

Des manifestantes arrêtées lors de l'audition d'un juge nommé par Trump

Temps de lecture : 2 min

De nombreuses et nombreux activistes ont interrompu l'audition de Brett Kavanaugh, le juge choisi par Trump pour siéger à la Cour Suprême.

Une manifestante lors de l'audition du juge Brett Kavanaugh, le 4 septembre 2018 à Washington. Chip Somodevilla / AFP
Une manifestante lors de l'audition du juge Brett Kavanaugh, le 4 septembre 2018 à Washington. Chip Somodevilla / AFP

La première journée d'audition du juge Brett Kavanaugh, nommé par Donald Trump pour siéger à la Cour Suprême, a été particulièrement agitée. Dès le début, une sénatrice démocrate a interrompu le discours de présentation du Républicain Chuck Grassley, continuant à parler en même temps que lui pour dénoncer le fait que les Démocrates venaient de recevoir, la veille, 42.000 pages de documents sur le candidat et qu'ils n'avaient pas eu le temps de les étudier.

Kavanaugh est opposé au droit à l'avortement et en tant que cinquième juge anti-IVG à la Cour Suprême, il pourrait faire basculer le pays vers une interdiction de l'avortement, particulièrement dans les États tenus par les Républicains. De nombreux Démocrates sont déterminés à bloquer la nomination de Kavanaugh, notamment parce que Merrick Garland, le juge nommé par Barack Obama en 2016, n'avait jamais été confirmé par les Républicains.

Étant donné l'impact de la nomination de ce nouveau juge sur le droit à l'avortement, de nombreuses manifestantes pour les droits des femmes avaient fait le déplacement. En tout, soixante-dix personnes, dont une majorité de femmes, ont été arrêtées par la police pour trouble à l'ordre public. Plusieurs leaders de la Women's March ont été arrêtées après avoir interrompu l'audition.

Elles avaient campé devant la salle depuis la veille à 22 heures afin de s'assurer d'avoir des places à l'intérieur (l'audition est ouverte au public). Celles qui ont été arrêtées puis relâchées ont promis qu'elles reviendraient le deuxième jour d'audition.

Certaines sont venues déguisées en personnages de La servante écarlate, une série dont les costumes sont devenus des symboles de protestation féministe.

Comme le juge Brett Kavanaugh est aussi susceptible d'attaquer les garanties d'assurance maladie mises en place par Obama, plusieurs anciens malades du cancer avaient fait le déplacement pour protester.

Kavanaugh est aussi radicalement opposé à toute loi visant à contrôler le port des armes. C'est pourquoi Fred Guttenberg, le père d'une lycéenne tuée lors de la fusillade de Parkland en Floride, était venu au Sénat. À la fin de la séance, il a essayé de serrer la main de Kavanaugh et de lui parler, mais le juge lui a tourné le dos et est parti.

Newsletters

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio