Parents & enfants / Monde

Une maternelle chinoise célèbre la rentrée avec un show de pole dance

Temps de lecture : 2 min

Après plusieurs plaintes de parents, les autorités ont lancé une enquête et ordonné le licenciement de la directrice.

Une maternelle en Chine dans la province de Zhejiang, le 29 septembre 2017. | STR / AFP
Une maternelle en Chine dans la province de Zhejiang, le 29 septembre 2017. | STR / AFP

Pour la rentrée des classes, une maternelle de la ville de Shenzhen en Chine a eu l'étrange idée d'accueillir les élèves et les parents avec un numéro de pole dance. Plusieurs danseuses en lingerie avaient été embauchées pour l'occasion et l'une d'entre elles a dansé autour du mât du drapeau chinois de l'établissement.

Michael Standaert, un journaliste expatrié dont les enfants fréquentent cette maternelle, a posté une vidéo du spectacle sur Twitter:

«Qui pourrait penser que c'est une bonne idée? Nous essayons de changer d'école et d'être remboursés.»

D'autres parents interviewés dans la presse locale ont aussi exprimé leur choc.

Le bureau d'éducation du district a publié un communiqué expliquant qu'«un spectacle de pole dancing n'était pas adapté à un public d'élèves de maternelle». Les autorités ont aussi ordonné le licenciement de la directrice ainsi qu'une inspection de l'école.

Cette maternelle avait déjà organisé des activités controversées. Avant les vacances d'été, les élèves avaient participé à dix jours d'activités militaires et des mitraillettes étaient exposées à l'entrée de l'école.

Si la présence de stripteaseuses est rare dans les écoles, ce genre de spectacle est traditionnellement assez courant aux enterrements, même si les autorités tentent actuellement de les interdire. Après des vidéos devenues virales, plusieurs stripteaseuses funéraires avaient écopé d'amendes.

Slate.fr

Newsletters

Moqué pour son logo fait main, un enfant devient le héros de l'université du Tennessee

Moqué pour son logo fait main, un enfant devient le héros de l'université du Tennessee

La réponse de l'université dépasse tout ce qu'il était permis d'attendre.

Il ne faut pas sous-estimer l'impact sur les jeunes des images de violences sexuelles

Il ne faut pas sous-estimer l'impact sur les jeunes des images de violences sexuelles

Les avertissements en début de programme n'y changent rien.

Dans les salles de classe, les profs non titulaires se multiplient

Dans les salles de classe, les profs non titulaires se multiplient

Face à la pénurie d'enseignant·es, l'Éducation nationale a de plus en plus recours aux contractuel·les. Le phénomène n'est pas nouveau, mais il prend cette fois une nouvelle tournure.

Newsletters