Monde

Le président des Philippines continue de faire des blagues sur le viol

Temps de lecture : 2 min

Rodrigo Duterte a expliqué l'augmentation des viols dans une ville par la beauté des femmes locales.

Le président Rodrigo Duterte lors d'un discours à Manille le 8 août 2018. TED ALJIBE / AFP
Le président Rodrigo Duterte lors d'un discours à Manille le 8 août 2018. TED ALJIBE / AFP

Depuis son élection en 2016, le président des Philippines Rodrigo Duterte s'est fait connaître pour sa sanglante croisade anti-drogue, ses insultes et ses blagues sur le viol. Sa dernière sortie sur le sujet a eu lieu le 31 août, alors qu'il défendait ses actions contre la criminalité dans la ville de Davao, dont il a été maire pendant plus de 15 ans.

Pour expliquer, la persistence des viols dans cette ville, Duterte a déclaré:

«Ils disent qu'il y a de nombreux viols à Davao. Tant qu'il y aura un grand nombre de belles femmes, il y aura plus de cas de viol».

Une coalition d'associations de défense des droits des femmes a immédiatement condamné ce commentaire en notant qu'évoquer la beauté des victimes était une façon de les rendre responsables de leur propre viol.

Le porte-parole du président a tenté de rattraper le coup en disant que les habitants du Sud des Philippines avaient un humour un peu différent:

«Ce n'est pas qu'ils acceptent les blagues sur le viol, mais disons que les gens du Sud sont moins à même d'être offensés».

Ce n'était pas la première fois que Duterte faisait des plaisanteries à ce sujet. Dans un discours à des militaires en 2017, il avait dit que les soldats pourraient violer sans être inquiétés.

«Si vous avez violé trois femmes, je le prendrai sur moi», avait-il dit.

Pendant sa campagne présidentielle, il avait aussi dit qu'en tant que maire de Davao, il aurait dû être le premier à pouvoir violer une missionnaire australienne qui avait été violée et tuée dans cette ville lors d'une émeute de prison en 1989.

Lorsque sa fille, Sara Duterte, avait été interviewée à propos de cette horrible blague, elle avait dit qu'elle n'était pas choquée, bien qu'elle ait elle-même été victime d'agression sexuelle. Ce à quoi Duterte avait rétorqué que ce n'était pas vrai et qu'elle «faisait son cinéma».

Newsletters

Les midterms de 1918 sont instructives sur le vote en pleine épidémie

Les midterms de 1918 sont instructives sur le vote en pleine épidémie

Malgré la propagation de la grippe espagnole, le président Woodrow Wilson avait insisté pour maintenir les élections.

Le monde d'avant

Le monde d'avant

Le racisme étouffe l'Amérique

Le racisme étouffe l'Amérique

Depuis le meurtre de George Floyd, les États-Unis ont pris feu. Récit, jour après jour, d'un incendie qui ne s'éteindra pas jusqu'à ce que le pays apprenne à se regarder en face.

Newsletters