Société

«Je suis prête à accepter leur relation si ça peut me rendre mon meilleur ami»

Temps de lecture : 3 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Jane, une jeune femme dont la relation avec son meilleur ami a évolué de façon irréversible.

«Je veux juste qu'il sache que je l'aime et que je veux être son amie» | Eye for Ebony via Unsplash License by
«Je veux juste qu'il sache que je l'aime et que je veux être son amie» | Eye for Ebony via Unsplash License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: cestcomplique.sl[email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

Il y a quelques mois, je suis tombée amoureuse de mon meilleur ami.

Il est beau, il est riche, il est jeune... et il le sait. De son côté aussi, je voyais bien que je lui plaisais. Mais aucun de nous n'osait faire un pas vers l'autre.

Une nuit, il s'est produit ce qui devait se produire. Et je suis tombée plus profondément, encore plus, amoureuse de lui. Mais j'avais peur de le perdre, alors on a décidé d'un commun accord, qu'on allait rester amis, de bons amis, comme on l'a toujours été. J'étais d'accord.

Mais je l'ai vu sortir avec cette fille, et ça m'a presque tuée. Je ne pouvais le supporter, je ne pouvais le sentir. Alors, on a commencé à se disputer. Tous les jours, ces disputes devenaient de plus en plus violentes. Est arrivé alors le point de non-retour. Une dernière dispute qui nous a éloignés, définitivement.

Depuis, j'ai essayé de lui parler, de lui demander pardon. Mais il m'a fait clairement comprendre qu'il ne voulait plus me voir, et qu'il me détestait. Aujourd'hui, je regrette amèrement ces nuits que nous avons passées ensemble. Parce qu'avoir fait l'amour nous a éloignés, au lieu de nous rapprocher.

Je veux juste qu'il sache que je l'aime, et que je veux être son amie. Je veux retrouver cette complicité que nous avions, nos fous rires, nos secrets.

Mais je ne supporte pas de le voir avec elle. Celle pour qui il m'a laissée. Malgré ça, je ne veux qu'une chose, qu'on me rende mon Simon.

Je suis prête à accepter leur relation, si l'accepter peut me rendre mon meilleur ami.

Jane

Chère Jane,

Malheureusement la machine à remonter le temps n’existe pas. Les relations humaines s’écrivent vers l’avant et il est impossible de rattraper ce qui a été détruit, juste, à la rigueur, de reconstruire quelque chose d’autre sur les ruines. Pour ça, il faut être deux. Et pour l’instant, vous semblez seule à vouloir reprendre votre amitié. J’ai bien peur que vos désirs soient loin de ce que vous pouvez vous permettre. Il y a eu une série de décisions malheureuses. Faire l’amour alors que vous étiez amis pourrait être considéré comme une erreur, mais en réalité c’est peut-être la preuve que votre relation était un peu plus que de l’amitié. Vous avez décidé de préserver celle-ci mais à ce moment-là, le mal était déjà fait.

L’entrée d’une troisième personne dans votre relation déjà compliquée a été décisive. Mais n’avez-vous pas envisagé que cette histoire d’amour soit pour Simon comme une libération? Il a décidé de suivre une voie simple, de laquelle vous étiez absente. Puis après qu’il a fait ce choix, il s’y est tenu.

J’ai bien peur qu’il faille tourner le page. Vous ne pouvez pas l’obliger à vous laisser une place dans ce nouveau chapitre de vos vies. Il ne veut pas. Il n’est pas question maintenant de réécrire l’histoire et de partager les torts, mais bien d’accepter que cette amitié est arrivée à son terme.

Je sais que c’est difficile. D’expérience, les ruptures amoureuses sont les plus dures que j’ai pu expérimenter. Elles prennent plus de temps et font souffrir même des années après. Elles laissent des petites cicatrices au cœur et le sentiment, toujours, d’avoir raté quelque chose. Et pourtant quand le lien est brisé, il n’y a plus rien pour le reconstruire. Ce n’est juste plus tout à fait comme avant. Il reste les souvenirs. Ça, vous pouvez le chérir. Ils sont la preuve que vous pouvez vous engager dans une relation avec l’autre. Ils sont la preuve que c’est encore possible.

Ça va nécessiter du temps. Pour accepter, pour cicatriser. Mais vous allez, comme lui, finir par tourner la page et regarder vers l’avenir avec le désir de vous engager à nouveau. Dans l’amour ou l’amitié, la réalité c’est qu’on ne peut pas enchaîner les gens contre leur gré. Vous avez beau avoir les meilleures intentions du monde et le sentiment que ce que vous aviez n’était pas remplaçable, cela ne suffit pas. Il faut être deux. Et là vous êtes toute seule, avec vos souvenirs et des regrets. Faites comme lui. Continuez votre vie. Aucune histoire d’amour, aucune amitié ne vaut qu’on se sacrifie pour elle comme vous semblez prête à le faire. Cet homme, c’est avec une autre qu’il partage désormais ses fous rires. Et je vous souhaite bientôt de pouvoir en faire de même.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

Les campus et les bibliothèques, outils de lutte contre le populisme

Les campus et les bibliothèques, outils de lutte contre le populisme

Selon le sociologue américain Eric Klinenberg, les infrastructures publiques permettent de créer davantage de lien social.

Pourquoi on s'étonne de voir des personnes âgées s'embrasser

Pourquoi on s'étonne de voir des personnes âgées s'embrasser

Si l’embrassade du vétéran américain et de son amour de jeunesse a tant ému le public du «20-Heures», c’est parce que l'on perçoit les personnes âgées comme ayant déjà un pied dans la tombe.

Bonheur, protection, écologie: à quoi rêvent les jeunes?

Bonheur, protection, écologie: à quoi rêvent les jeunes?

Leurs objectifs ne sont pas si différents des autres générations.

Newsletters