Égalités

Gisèle Halimi, l’avocate qui a fait basculer la loi Veil sur l’avortement

Temps de lecture : 7 min

Anticolonialiste, pro-avortement, défenseuse des victimes de viol, engagée pour la parité en politique... Pour Gisèle Halimi, aucun combat n'est trop lourd à porter.

Gisèle Halimi lors d'un colloque à Fès (Maroc), le 6 mars 2004 | Abdelhak Senna / AFP
Gisèle Halimi lors d'un colloque à Fès (Maroc), le 6 mars 2004 | Abdelhak Senna / AFP

Tout l’été, nous vous proposerons des portraits d’hommes et de femmes qui, par leurs travaux ou leur engagement, ont contribué à libérer la sexualité du tabou et du sentiment de culpabilité qui l’enfermaient dans les sociétés occidentales il y a encore soixante-dix ans.

ÉPISODE 8 • Gisèle Halimi, avocate féministe qui a défendu tout au long de sa carrière la cause des femmes et a su imposer les débats ayant donné naissance à la loi Veil pour la légalisation de l’avortement.

Gisèle Halimi avait un destin tout tracé: un mariage au bled une fois la puberté arrivée et une vie d’épouse aimante au foyer, qui élève ses enfants. Dans sa famille juive tunisienne, issue d’un milieu populaire et installée près de Carthage, la femme est le sexe faible –et cette vision des choses lui est inculquée. Quand elle naît en 1927, son père a si honte d’avoir une fille qu’il n’ose annoncer sa naissance qu’au bout de deux semaines.

Mais la jeune Halimi refuse sa condition. Elle veut étudier, elle veut travailler. Surtout, elle veut pulvériser les inégalités entre les sexes. Et pour cela, elle deviendra l’une des plus célèbres avocates spécialisées dans la défense de la cause des femmes, avec comme fer de lance le droit à disposer de son propre corps.

Gisèle Halimi estime qu’elle n’a pas à demander leur accord au prêtre, au juge ou à son mari –qui la soutiendra toute sa vie– pour faire ce qu’elle veut: avoir un bébé ou non, faire l’amour ou non. Armée de ses convictions et de son verbe magistral, elle sera de tous les combats, de l’avortement au viol, pour venir en aide à toutes celles à qui ce choix n’a pas été laissé.

Contre toutes les oppressions

Elle créé en 1971 Choisir la cause des femmes, une association qui présente trois fronts de lutte: «la contraception et l’éducation sexuelle», «la suppression de la loi de 1920» [qui définit l'avortement comme un crime et interdit la propagande anticonceptionnelle, ndlr], et «la défense gratuite des inculpés», décrit-elle dans l’un de ses ouvrages autobiographiques, La cause des femmes, publié en 1973.

En 1972, l’avocate s’illustre dans le procès de Bobigny, où elle défend une adolescente ayant clandestinement interrompu sa grossesse après un viol. La légalisation de l’avortement, votée en 1975, n’aurait sans doute pas été possible sans l’expression publique de l'indignation suscitée par cette affaire.

Depuis la loi de 1920, avorter est considéré comme un crime, sauf si, grâce à un décret de 1955, la vie de la femme est en danger. Pourtant, au cours des années 1960 et 1970, 250.000 femmes décident chaque année d’entrer dans l’illégalité. Pour certaines, c’est le seul moyen –au prix de terribles complications, voire au prix de leur vie– de ne pas avoir à assumer encore un enfant. Pour d’autres, c’est un choix de vie. Comme pour Gisèle Halimi.

Elle-même avorte à trois reprises. La première fois a lieu pendant ses études de droit en France –la Tunisie est sous protectorat français jusqu’en 1956. Elle n’a que 19 ans, et développe une violente fièvre, signe d’infection. Admise aux urgences à l’hôpital, le jeune médecin qui la prend en charge lui fait un curetage à vif. «Comme ça, tu ne recommenceras plus», lui glisse-t-il. Elle écrit dans La Cause des femmes: «Ces quelques heures restent l’un de mes plus abominables souvenirs. [...] On m’avait torturée pour sanctionner ma liberté de femme». Sa révolte grandit.

Gisèle Halimi fait la promesse de défendre toutes les personnes opprimées. Elle se fait d’abord connaître, à partir de 1949, pour son engagement anticolonialiste et s’illustre dans l’affaire Djamila Boupacha, une militante du Front de libération national accusée d’avoir déposé une bombe à Alger en 1959 et que des soldats français ont torturée et violée pendant sa détention. Halimi fait de ce procès celui des pratiques criminelles des colonisateurs.

Gisèle Halimi et Djamila Boupacha à sa sortie de la maison centrale de Rennes, le 22 avril 1962 | AFP

Prise de parole pour l'avortement

L’avocate prend pour la première fois publiquement position sur l’avortement en 1971. Elle signe le manifeste des 343, publié dans Le Nouvel Observateur le 5 avril. Les 343, ce sont des femmes, personnalités, actrices, écrivaines, intellectuelles en tout genre ou anonymes, qui assument publiquement avoir eu recours à l'avortement.

Alors que les débats sur l’IVG balbutiaient seulement, «avec ce manifeste, les féministes font publiquement connaître une nouvelle position qui est celle du droit des femmes à disposer de leur propre corps [...], et pour la première fois, ce sont les avortées qui prennent la parole», détaille l'historienne Bibia Pavard.

Une pluie d’associations se créent, du mouvement féministe, comme le Mouvement de libération des femmes (MLF), à celui pro-vie, comme Laissez-les vivre. Gisèle Halimi décide de fonder son propre organisme cette même année.

Dans le cadre des activités de son association, Choisir, elle rencontre Marie-Claire Chevalier, la jeune adolescente qui sera à l’origine du procès dit de Bobigny. Son histoire est celle d’une fille de 16 ans qui, en vacances à Neuilly-Plaisance en région parisienne à l’été 1971, va suivre un copain chez lui. Il a 18 ans, et lui dit qu'il veut écouter quelques disques avec elle. Mais il n’y a pas de musique. Il la viole.

Marie-Claire tombe enceinte. Elle supplie sa mère de ne pas garder l’enfant à venir. Michelle Chevalier est seule à éduquer ses trois filles, et cette employée de la ligne 9 du métro parisien a très peu de moyens. Un vrai gynécologue est hors budget: 4.500 francs, l’équivalent de 4.500 euros actuels.

Une amie d’amie est d’accord pour le faire à moindre coût. Mais après l’avortement, Marie-Claire est victime d’une terrible hémorragie et manque de mourir. Elle balance tout à son agresseur lorsqu'elle le recroise dans la rue. Il la dénonce. Marie-Claire, sa mère et ses complices sont poursuivies: avorter est illégal.

Gisèle Halimi défend d’abord la jeune fille. Elle est mineure, son procès se tient à huis clos. Marie-Claire est relaxée. L’avocate décide ensuite de médiatiser celui de la mère, Michelle Chevalier, des deux collègues à qui elle en a parlé et de l’avorteuse.

Du procès de Bobigny à la loi Veil

L’audience a lieu le 8 novembre 1972. «Dès le départ, Gisèle Halimi le conçoit comme un procès politique», explique Bibia Pavard. Et grâce à elle, tout bascule.

L'avocate développe trois arguments principaux. Primo, elle aussi a avorté, et elle est fière de défendre ces femmes qui ont eu le courage d’aider une jeune fille en détresse, comme elle l’a été. Sur les classes sociales, ensuite: Halimi montre que les femmes des classes populaires sont les plus vulnérables face à la loi. Pour elle, elles se heurtent «à des médecins qui les arnaquent, à des avortements clandestins extrêmement dangereux pour leur santé», détaille Bibia Pavard. À l'image de Marie-Claire. Les femmes des classes supérieures ont quant à elles le luxe de payer de bons médecins ou d’aller à l’étranger, où l'avortement est légal.

L’avocate mise enfin sur des arguments médicaux et religieux. Le professeur Milliez, ancien résistant –«qui est donc accompagné d'une sorte de moralité», selon Bibia Pavard– et fervent catholique, est appelé à la barre par Halimi. Face aux juges, il lâche: «J’aurais accepté d’avorter Marie-Claire.»

Il explique que l’avortement peut être acceptable dans le cadre de sa religion, s'il remplit certaines conditions. Une grossesse après un viol en fait partie, comme celle d’une fille si jeune qu'elle ne saurait s’occuper convenablement de son enfant.

Les partis politiques se positionnent tour à tour. Des centaines d’articles couvrent le procès et les condamnations: 500 francs d’amende avec sursis –environ 500 euros actuels– pour Michelle Chevalier, deux relaxes et un an de sursis assorti d’une amende pour les autres complices.

De gauche à droite: Monique Antoine et Gisèle Halimi, avocates de Michelle et Marie-Claire Chevalier, et Michel Rocard à l'issue du verdict dans le procès de Bobigny, le 22 novembre 1972 | Archives / AFP

C’est une première victoire pour Gisèle Halimi, qui a ouvert les discussions à une loi sur la légalisation de l’avortement. Elle est d’ailleurs «l’une des rares féministes consultées officiellement par Simone Veil», précise Bibia Pavard.

Depuis plusieurs années, la ministre de la Santé sous le gouvernement Jacques Chirac prépare discrètement sa loi. Halimi l’aidera, tout en soumettant sa propre proposition de loi pour le Parti socialiste, alors dans une longue cure d’opposition –une proposition bien plus libérale que celle qui sera effectivement débattue. Halimi propose notamment le remboursement des interruptions de grossesse, contrairement à la loi Veil.

Aux côtés des victimes de viol

Après s’être battue pour la liberté d’avorter sans condition, Gisèle Halimi s’érige en défenseuse d’une vie sexuelle sans menace de violences: ne jamais avoir peur et ne jamais se résigner.

En 1978 a lieu le procès d’Aix. Elle défend un couple de jeunes femmes violées quatre ans plus tôt par trois hommes, alors qu’elles campaient dans une calanque près de Marseille. On accuse au départ les deux victimes, Anne Tonglet et Araceli Castellano –qui a dû avorter après avoir découvert être tombée enceinte lors de ce viol, d’avoir été consentantes, sinon provocantes.

Gisèle Halimi entourée d'Anne Tonglet et Araceli Castellano, le 2 mai 1978 au palais de Justice d'Aix-en-Provence | Gérard Fouet / AFP

Après une longue et rude bataille, leurs bourreaux sont condamnés à des peines allant de quatre à six ans de prison. Gisèle Halimi et sa collaboratrice d’alors, Agnès Fichot, multiplient les procès où elles défendent des femmes victimes de viol, à travers la France entière.

Elles attirent l’attention de la sénatrice Brigitte Gros, qui s’appuie sur leur travaux pour déposer en 1978 une proposition de loi sur le viol. Adoptée en 1980, cette loi ne qualifie plus le viol de simple délit: il devient un crime, puni de quinze ans de réclusion criminelle.

Gisèle Halimi portera ensuite son attention sur de nouveaux combats: elle prend position contre la guerre en Serbie, co-fonde l'association altermondialiste Attac et est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine, un tribunal d'opinion pro-palestinien. Mais jamais elle ne lâchera la cause des femmes.

Elle mènera une carrière politique, notamment en tant que députée de l’Isère de 1981 à 1984, pour agir en faveur de la parité en politique. Son amendement instaurant un quota pour les femmes aux élections est retoqué par le Conseil constitutionnel en 1982 –peut-être la seule bataille qu’elle n’a pas gagnée elle-même.

Clémentine Billé

Sexe en liberté
Sylvia «Emmanuelle» Kristel, égérie cabossée de l’érotisme de masse

Épisode 7

Sylvia «Emmanuelle» Kristel, égérie cabossée de l’érotisme de masse

Marc Dorcel, le fond et la forme

Épisode 9

Marc Dorcel, le fond et la forme

Newsletters

L'étiquette aux allures sado-masochistes d'une bière russe fait scandale

L'étiquette aux allures sado-masochistes d'une bière russe fait scandale

Sur cette étiquette, l'image d'une femme bâillonnée a fait réagir des féministes, et le Service anti-monopole de l'État.

Joyeux et politique, le projet hors normes du Gros Festival

Joyeux et politique, le projet hors normes du Gros Festival

Samedi 23 et dimanche 24 mars, le collectif Gras politique organise son premier festival, avec pour principal objectif de fédérer contre la grossophobie.

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

La basketteuse Bilqis Abdul-Qaadir avait tout pour devenir un symbole de réussite de la jeunesse musulmane américaine. Mais la Fiba lui a barré l’accès aux terrains, en raison de son voile.

Newsletters