Parents & enfants / Société

«J’ai vécu comme un choc le fait de me dire que plus jamais je ne serai mère»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Marianne, une quadragénaire dont le mari ne veut plus d'enfant et qui a du mal à se faire à l'idée qu'elle ne sera plus jamais mère.

«Ni vieille ni jeune, ni jeune maman ni grand-mère... je suis entre deux et je n’arrive pas à trouver ma place.» | Anthony Tran via Unsplash License by
«Ni vieille ni jeune, ni jeune maman ni grand-mère... je suis entre deux et je n’arrive pas à trouver ma place.» | Anthony Tran via Unsplash License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

J’ai besoin de conseils, si j’en crois la crise de milieu de vie qui touche mon mari et moi. Il y a quelques mois, il m’a annoncé qu’il ne souhaitait plus avoir d’enfant. Alors même que je n’étais pas sûre d’en avoir encore envie, j’ai vécu comme un choc le fait de me dire que plus jamais je ne serai mère. Je me suis sentie vieille, moche, inutile. J’ai perdu tout désir et je me suis sentie mise au placard. Au final, mon mari ne se sent plus aimé, puisque je n’ai pas cette envie de profiter de lui en tant que couple.

De mon côté, je ne me sens plus aimée non plus, et j’ai l’impression qu’à bientôt 40 ans on me demande de redevenir comme à 20.

On en a discuté, il a rouvert la porte, mais le problème est peut-être plus profond. Ça me tétanise et je me sens vieille... à l’âge où mes amies ont leurs enfants qui entrent en maternelle, mon aîné entre au lycée.

Ni vieille ni jeune, ni jeune maman ni grand-mère... je suis entre deux et je n’arrive pas à trouver ma place.

Mon mari ne comprend pas, car pour lui rien n’a changé.

Bref, c’est compliqué.

Marianne

Chère Marianne,

C’est tout un travail que de faire le deuil d’un nouvel enfant. Le cadet grandit et au fur et à mesure qu’on remise les petits vêtements, les jouets, la chaise haute, le cœur se serre au point qu’on ne sache plus si c’est la tête ou le corps qui n’est pas prêt à tourner la page. Vous avez le droit de vouloir encore un enfant. Peut-être que cette annonce de votre mari a juste réveillé chez vous cette envie. Ou que vous refusez que ce soit lui qui décide quand c’est bel et bien fini.

Comme je suis convaincue qu’il faut vouloir un enfant pour lui offrir les meilleurs débuts dans la vie, je crois qu’il faut aussi savoir au fond de soi quand c’est fini. Moi-même, après trois enfants, je ne suis pas sûre de ne plus en vouloir un de plus. Ma plus petite va avoir trois ans, et on m’avait dit que l’envie s’estomperait avec les années, mais ce n’est pas le cas. Et plus le temps passe, même, plus je crois que j’en ai envie. C’est quelque chose dont je ne parle pas, mais que je sens au fond de moi.

Ceci dit, je ne pense pas que cet entre-deux de ni jeune maman ni grand-mère soit aussi vide que vous le pensiez. Je réfute même la possibilité que vous ne soyez vivante et entière que quand vous pouvez vous consacrer à un bébé. Maintenant que vos enfants sont grands, votre place n’est effectivement plus celle de «maman de», mais la vôtre. Et c’est peut-être cette image qui vous fait peur. Vous ne savez peut-être pas être autre chose qu’une maman. Mais si votre mari est prêt à passer plus de temps avec vous, c’est que vous avez probablement beaucoup de choses à partager. Vous n’avez pas besoin d’avoir quelqu’un sous votre responsabilité pour vous sentir exister.

Dans un sens, c’est une nouvelle vie qui commence, Marianne. Et c’est normal qu’elle vous fasse peur. Mais vous allez pouvoir profiter de nouveau de vos soirées, de vos week-ends. Vous allez pouvoir vous habiller comme vous en avez envie et non plus parce que c’est le plus pratique. Vous allez pouvoir lire ou aller au cinéma. On ne vous demande pas de faire semblant d’être jeune (40 ans en plus, ce n’est pas si vieux) mais bien de réapprendre à vivre comme une femme et non plus comme la mère à plein temps que vous avez été pendant des années.

Vous avez donc un deuil à faire. Celui de votre vie d’avant, conditionnée par vos enfants et peut-être le deuil de cet enfant que vous ne pensiez pas vouloir (à moins que le moment ne soit parfait pour se jeter à l’eau une dernière fois?). Et vous avez un plongeon à faire. Un plongeon dans ce nouveau chapitre de votre vie. Je parle de plongeon parce que vous avez peur et que tout ça semble bien mystérieux et bien agressif. Mais fermez les yeux et sautez. Ouvrez la porte de chez vous et profitez d’un rayon de soleil sur votre visage. Ne pensez pas au chapeau ni à la crème solaire. Attrapez votre sac et lancez-vous.

Personne ne vous demande de devenir une autre personne. Mais bien de retrouver qui vous êtes au fond. Et après des années consacrées à vos enfants, c’est normal que ce soit difficile. Mais ce sera salutaire. Vous n’êtes ni vieille ni jeune, vous êtes une femme qui a eu des enfants et qui a encore beaucoup d’autres choses à vivre.

Newsletters

Faut-il encore emmener son bébé atteint de bronchiolite faire une séance de kiné?

Faut-il encore emmener son bébé atteint de bronchiolite faire une séance de kiné?

Alors que l'épidémie annuelle de bronchiolite s'installe en France, le recours à la kinésithérapie pour traiter cette infection propre aux nourrissons continue de diviser.

Noël peut être un enfer pour les jeunes mères, voici comment l'éviter

Noël peut être un enfer pour les jeunes mères, voici comment l'éviter

Si cette année, vous comptez parmi vos proches une femme qui vient d'accoucher, vous entrez dans une zone sensible.

Il n'y aurait pas de lien entre naissance par césarienne et obésité

Il n'y aurait pas de lien entre naissance par césarienne et obésité

Des scientifiques suédois contredisent des études qui établissaient une causalité entre l'une et l'autre.

Newsletters