Monde / Économie

La crise financière de 2008 a bouleversé l'orientation des jeunes aux États-Unis

Temps de lecture : 2 min

À l’échelle nationale, on note un déversement vers les métiers plus professionnels.

Aux États-Unis, la part des étudiantes et étudiants américains obtenant un diplôme d’histoire a diminué de 50% entre 1998 et 2017 | Dia Dipasupil / Getty Images North America / AFP
Aux États-Unis, la part des étudiantes et étudiants américains obtenant un diplôme d’histoire a diminué de 50% entre 1998 et 2017 | Dia Dipasupil / Getty Images North America / AFP

Souvenez-vous: il y a dix ans, la crise économique la plus sévère depuis celle de 1929 démarrait avec la faillite de Lehman Brothers, avec évidemment des conséquences sur l'économie, les finances et les avancées sociales de nombreux pays. Mais pas seulement: un autre secteur a été touché, celui de l'éducation.

Aux États-Unis, le retournement du cycle économique a eu un impact très fort sur les études supérieures. Face à un marché du travail toujours plus concurrentiel, les étudiantes et étudiants ont tourné le dos aux matières comme la littérature ou l'histoire pour se concentrer sur des diplômes plus professionnels.

Benjamin Schmidt, historien à l’université de Northeastern, explique qu'avant 2008, les effectifs dans les matières littéraires, en sciences humaines ou sociales étaient en hausse –ou au pire stagnaient. Depuis, le nombre d’étudiantes et étudiants dans ces champs disciplinaires a chuté.

L'évolution de la popularité de l’histoire dans les universités en est un exemple criant. De 1998 à 2007, la filière représentait environ 2% des diplômes universitaires accordés chaque année, selon les statistiques du Département de l'Éducation américain. En 2017, ce chiffre avait été divisé par deux.

Pragmatisme dans le choix des études

Entre-temps, d'autres filières ont pris le dessus, comme les études médicales et l’informatique. Le revirement des étudiantes et étudiants est compréhensible: un diplôme en soins infirmiers est davantage susceptible d’assurer un revenu stable une fois entré dans la vie active –ce qui rend la dette étudiante plus facile à gérer.

Comme pour la crise de 2008 et le virage vers des enseignements professionnalisants, il est possible, selon Quartz, que l'élection de Trump change à nouveau la donne et remette au centre du jeu les matières plus littéraires.

L'embellie économique américaine, qui apporte plus de stabilité, et le comportement de Trump pousseraient nombre de jeunes à choisir des enseignements leur permettant de mieux comprendre le monde qui les entoure.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste sur le London Bridge, démission du Premier ministre maltais soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, manifestations en France contre la réforme des retraites....

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

Newsletters