Médias

Pologne: une télé-réalité pour faire l'expérience du quotidien des réfugiés

Temps de lecture : 2 min

Après l'Australie, «Reviens d'où tu viens» s'exporte en Pologne.

Mossoul, Irak, 2016 | Mstyslav Chernov via Wikimédia CC License by
Mossoul, Irak, 2016 | Mstyslav Chernov via Wikimédia CC License by

Une émission de télé-réalité prévue pour l'automne entend suivre six Polonais et Polonaises remontant le périple des migrantes et migrants européens de Berlin jusqu'en Irak. «Go back to Where You Came From» («Reviens d'où tu viens») annonce les faire «vivre comme les réfugiés et avec des réfugiés pendant près d'un mois», selon le communiqué de la chaîne de télévision privée TVN.

Les participants et participantes ne voyageront qu'avec leur passeport, un peu d'argent et leur téléphone à travers l'Allemagne, la Hongrie et la Serbie avant d'atteindre la Grèce et de prendre un bateau pour traverser la Méditerranée. Une fois le Kurdistan atteint, ils et elles passeront du temps dans un camp de réfugiés. Le tout sous l'oeil des caméras.

«Ce sera l'une des expéditions les plus difficiles de leur vie», écrit la chaîne dans son communiqué. «Comment cette errance affectera-t-elle le point de vue des participants sur la migration? Cela changera-t-il la manière dont ils perçoivent leur propre vie?» La production de l'émission a précisé que les six protagonistes sélectionnés avaient des opinions divergentes sur la crise migratoire.

L'émission est basée sur la version australienne éponyme, diffusée entre 2011 et 2015. De nombreuses personnes accusent déjà la production de profiter de la souffrance des migrants et migrantes pour faire de l'argent.

Société polonaise fermée

Pour Bogdan Czaja, programmateur chez TVN, il s'agit plutôt de contribuer au débat sur les migrations: «Nous sommes bien au fait que c'est un sujet politique sensible et controversé», s'est-il justifié auprès du média en ligne polonais Press.

Piotr Kraśko, le journaliste qui anime l'émission, est d'ailleurs persuadé que «les gens ne se seraient pas engagés dans la production s'ils pensaient que c'était non éthique». Malgré le scénario artificiel, la production insiste pour dire que ce n'est pas vraiment une télé-réalité mais un documentaire.

L'attitude des Polonais et Polonaises envers la population migrante s'est détériorée depuis le début de la crise migratoire en 2015. La Pologne a un des taux les moins élevés de population née hors de l'Europe, moins de 2%, et la proportion de personnes nées en dehors de l'Union européenne est encore plus faible, 1,1%. Mais comme dans beaucoup d'autres pays, la population surrestime ces taux et évalue en moyenne le taux d'immigrées et immigrés à 10% de la population totale.

Un sondage conduit par le Centre de recherche sur l'opinion publique polonaise, en juin, a montré que seulement 5% des citoyens et citoyennes polonaises pensent que les réfugiés et réfugiées qui fuient une guerre devraient pouvoir s'installer dans le pays, contre 14% en 2015. 29% estiment que les réfugiés et réfugiées devraient être autorisées à rester avant de pouvoir rentrer dans leur pays. Enfin, 60% considèrent que les personnes qui fuient un conflit ne devraient pas être accueillies en Pologne, contre 21% en 2015.

Slate.fr

Newsletters

Les méthodes anti-fake news de Facebook semblent porter leurs fruits

Les méthodes anti-fake news de Facebook semblent porter leurs fruits

Selon une récente étude, les sites d’intox seraient à la peine sur le réseau social depuis l’élection présidentielle américaine de 2016 (et ils auraient plus de succès sur Twitter).

Les leçons chinoises de la guerre contre les fake news

Les leçons chinoises de la guerre contre les fake news

Où l’on comprend que les fausses nouvelles n’ont pas fini de plomber l’Occident.

Gueuler ou mourir, le dilemme de la presse française

Gueuler ou mourir, le dilemme de la presse française

La crise de la presse semble épargner les magazines à la ligne éditoriale bien tranchée. Mais à long terme, le pari de la provocation ne sera pas forcément gagnant.

Newsletters