Société

Un couple récolte 400.000 dollars pour un SDF, il assure ne pas les avoir reçus

Temps de lecture : 2 min

Sur le papier, c'était une belle histoire. Mais la réalité est bien moins rose.

Kate et les billets de Johnny  | Sharon McCutcheon via Unsplash CC License by
Kate et les billets de Johnny | Sharon McCutcheon via Unsplash CC License by

L'histoire commence sur le bord d'une route de Philadelphie, il y a presque un an. Le vétéran Johnny Bobbitt, SDF et toxicomane, y a établi domicile. Un soir d'hiver, Kate McClure y gare sa voiture, paniquée et en panne d'essence. Johnny s'approche, lui conseiller de verrouiller la porte et de l'attendre. Il revient avec un bidon d'essence acheté avec ses vingt derniers dollars.

Pendant plusieurs semaines, la femme remercie le bon samaritain à chaque fois qu'elle croise sa route. Elle lui rembourse le bidon d'essence et lui offre de quoi avoir chaud. Mais elle décide d'aller plus loin en faisant appel à la générosité des internautes: elle crée une campagne sur GoFundMe pour sortir définitivement le héros d'un jour de la misère. L'objectif de 10.000 dollars est très rapidement dépassé. Aujourd'hui, la cagnotte affiche 402.706 dollars (344.915 euros), collectés grâce à 14.000 bonnes âmes.

La page GoFundMe mise en place par Kate McClure.

L'histoire de Johnny Bobbitt et Kate McClure avait ému les médias américains et internationaux. À l'approche de l'hiver, l'acte de générosité et de gentillesse avait réchauffé les cœurs et emballé les internautes.

Voiture, vacances et jeux d'argent

Problème, aujourd'hui, Johnny prétend n'avoir eu accès qu'à une petite partie de cet argent et que la majorité aurait été dépensée par Kate McClure et son ami, Mark D'Amico.

Le plan du couple, détaillé sur le site de levée de fonds, était d'utiliser l'argent pour acheter une maison et une voiture au SDF et de mettre en place deux livrets à son nom, un pour le quotidien, un pour sa retraite.

Finalement, ce n'est pas une maison que reçoit Johnny mais un camping-car au nom du couple, garé sur leur terrain. Si Johnny confirme que le couple lui a offert une télévision, un ordinateur, un téléphone, des vêtements, de la nourriture et une voiture d'occasion, cette dernière rend très rapidement l'âme.

Le Washington Post nous apprend également qu'aucun compte n'aurait été établi au nom de Johnny. Mark D'Amico se défend, il a bien gardé 200.000 dollars –ce qu'il restait après avoir acheter le camping-car, la voiture et d'autres dépenses– dans un livret qu'il promet de donner à Johnny s'il se soigne de son addiction aux opioïdes et trouve un travail.

De son côté Johnny pense que l'argent a déjà été dépensé. D'après les informations du Philadelphia Inquirer, Kate est réceptionniste, Marc charpentier, et pourtant, le couple se serait offert une nouvelle BMW ainsi que des vacances en Floride, en Californie et à Las Vegas accompagnées de quelques jeux au casino.

Johnny ne serait pas sevré de son addiction, se défend D'Amico, qui l'a accompagné à plusieurs sessions de désintoxication. Pour lui, donner autant d'argent à un toxicomane reviendrait à «lui tendre un pistolet chargé. Il faut qu'il fasse ce qu'il faut pour reprendre sa vie» a-t-il expliqué au Philadelphia Inquirer.

Le couple n'a pas souhaité répondre aux demandes d'interview du Washington Post et n'a fourni aucune garantie concernant l'ouverture de livrets. Le site GoFundMe a lancé une enquête pour s'assurer que les intentions des donateurs puissent être respectées. GoFraudMe, le site qui répertorie ce type de fraudes y voit dejà le plus gros cas enregistré, si l'enquête confirme les dires de Johnny.

Newsletters

«La mère, elle encourageait beaucoup Anaïs»

«La mère, elle encourageait beaucoup Anaïs»

[Épisode 3] Avant que les juges ne rendent leur verdict, la cour se penche sur la responsabilité de Marie-Karine, la mère d'Anaïs, dans les violences subies par Judith.

Arrêtons avec les enterrements de vie de garçon

Arrêtons avec les enterrements de vie de garçon

Depuis plusieurs siècles, les hommes disent adieu à leur célibat en s'adonnant à diverses festivités que l'on peut résumer en un sigle: EVG, pour enterrement de vie de garçon. C'est souvent le lieu de tous les excès, là où finit par s'exprimer ce...

Violences conjugales: faut-il reconnaître la légitime défense des victimes tuant leur conjoint?

Violences conjugales: faut-il reconnaître la légitime défense des victimes tuant leur conjoint?

Près de la moitié des femmes autrices d'homicide sur leur partenaire avait subi des violences antérieures de sa part. Le droit français peine encore à prendre en compte cette réalité.

Newsletters