Monde

La manœuvre d'Israël pour écarter la perspective d'un État palestinien

Temps de lecture : 6 min

Le Premier ministre israélien semble jouer une nouvelle stratégie, fondée sur la séparation définitive entre la Cisjordanie laïque et la bande de Gaza islamiste, avec des arrières-pensées politiques.

De la fumée s'élève au-dessus d'une manifestation de Palestiniens à Gaza près de la frontière avec Israël, le 13 juillet 2018. 
MAHMUD HAMS / AFP
De la fumée s'élève au-dessus d'une manifestation de Palestiniens à Gaza près de la frontière avec Israël, le 13 juillet 2018. MAHMUD HAMS / AFP

Depuis 2009, année où Benjamin Netanyahou avait du bout des lèvres accepté le principe de «deux États pour deux peuples», Israël ne reparle plus du tout de la création d’un État palestinien. Une autre philosophie a été mise en œuvre, progressivement et discrètement, pour contrecarrer cette solution inacceptable pour les nationalistes juifs et les orthodoxes religieux, membres de la coalition gouvernementale.

Cette nouvelle stratégie est fondée sur la séparation définitive entre la Cisjordanie laïque et la bande de Gaza islamiste, avec des arrières pensées politiques. Plusieurs signes avant-coureurs ont été mis en évidence depuis plusieurs années qui expliquent la tiédeur de Benjamin Netanyahou pour le processus de paix.

Neutraliser toute velléité de réunification

Si le gouvernement israélien a desserré le blocus de Gaza en permettant l’entrée de marchandises et de matériel civil, la bande reste toujours isolée de la Cisjordanie pour neutraliser toute velléité de réunification dans le cadre d’un nouvel État. Israël n’a jamais assimilé le leg qui lui a été fait, lors de l’armistice de 1949 et de la guerre de Six-Jours de 1967, concernant une bande de terre surpeuplée et misérable. Israël a toujours vu ce territoire avec suspicion car la Première Intifada de 1987 a éclaté dans le camp de réfugiés de Jabālīyah. Le territoire a donc été progressivement bouclé à partir de 1987 par des mesures administratives strictes qui ont accentué son isolement.

Ainsi en 1991, les Palestiniens de Gaza ne pouvaient plus se rendre librement en Cisjordanie sans «permis général de sortie» donné avec parcimonie. En 1995, une clôture électrifiée a été érigée pour sécuriser le sud d’Israël et empêcher les infiltrations de terroristes. Après le désengagement israélien de 2005 et l’évacuation totale des implantations, les ouvriers palestiniens n’étaient plus autorisés à se rendre ni en Israël et ni en Cisjordanie. Sauf exceptions rares, aucun Palestinien ne peut plus circuler librement malgré les Accords d’Oslo qui autorisaient un passage protégé. En fait, la Seconde Intifada de 2000 a mis fin à cette libéralité, qui n’a jamais été rétablie.

Les Israéliens ne s’estimaient pas responsables de cette séparation qui était, selon eux, le fait de l’intifada. D’ailleurs, le petit aéroport brièvement en fonction a été détruit pendant la Seconde Intifada, pour réduire l’ouverture vers l’étranger. Après la prise de contrôle de Gaza par le Hamas en 2007, Israël a verrouillé tous les points de passage. Pourtant, l’évacuation unilatérale de Gaza par Tsahal aurait pu être l’occasion d’un nouvel avenir pour les Palestiniens de la bande. Mais ils ne saisirent pas l’occasion qui leur était donnée de s’émanciper de la tutelle israélienne, et ils reprirent les hostilités alors qu’aucun soldat israélien n’occupait leur territoire Cela a fini par renforcer les partisans du statu quo qui figeait la situation politique. Cependant, Gaza devenait du même coup le seul territoire palestinien autonome, sans présence israélienne.

Plan de séparation

La séparation totale entre la bande de Gaza et la Cisjordanie, devenait l’un des objectifs de la politique israélienne pour éviter la solution de paix préconisée par les Occidentaux. Alors, Israël a exploité la rivalité entre le Hamas et le Fatah qui n’ont jamais réussi, malgré les nombreux accords signés, à se réunir dans un gouvernement palestinien commun. Israël en a profité pour multiplier les blocages administratifs à la fois pour les Palestiniens et pour les résidents arabes de Jérusalem, pour bien marquer leur non-appartenance à l’entité palestinienne. Il a refusé le droit aux Gazaouis de vivre, d'étudier et de travailler en Cisjordanie sans son autorisation. Les familles n’étaient pas autorisées à se retrouver. La politique terroriste du Hamas a fait le reste tandis que l’Autorité palestinienne prenait des mesures draconiennes en bloquant les salaires des dizaines de milliers d'employés de Gaza.

Puisque le Fatah et le Hamas ne s’entendaient pas, il devenait normal qu’ils se séparent. Israël a alors exploité le vide politique chez les Palestiniens face au refus de Mahmoud Abbas de songer à sa succession. Benjamin Netanyahou a pu ainsi mettre en application son plan de séparation. On comprend mieux son silence durant les événements de Gaza, alors que les tirs de roquettes dans le sud du pays se multipliaient. Il était en pleine négociation secrète avec le Hamas pour un cessez-le-feu à long terme.

Le Cabinet de sécurité s’était réuni plusieurs fois en laissant filtrer l’idée de l’imminence d’une guerre totale à Gaza, alors qu’en fait les deux parties négociaient sous l’égide de l’Égypte. Le Premier ministre devait faire face aux exigences de sa frange nationaliste et religieuse, qui voulaient en découdre avec le Hamas. Pour arriver à ses fins et isoler un Mahmoud Abbas intransigeant, qui n’a fait aucune proposition pour débloquer le processus de paix, Netanyahou a joué à fond la carte du Hamas.

Deux voies politiques différentes

Les islamistes ne pouvaient accepter un accord de paix de cinq années que si les conditions humanitaires étaient améliorées à Gaza. Le premier geste d’Avigdor Lieberman fut de rouvrir le passage israélien de Kerem Shalom pour les marchandises. Le ministre de la Défense avait en tête d’autoriser ensuite l’importation et l’exportation de marchandises de Gaza, d’augmenter la fourniture d’électricité et de permettre aux ouvriers de Gaza de travailler en Israël. Pour assurer une indépendance de la bande, un port maritime serait construit dans la ville égyptienne d'Ismaïlia ainsi qu’un aéroport et une centrale électrique au Sinaï. Un autre projet est aussi envisagé avec la création d’une île artificielle au large de Gaza.

Le but des deux projets est de rendre Gaza totalement indépendante du Fatah de Cisjordanie. De toute façon, le Fatah laïc pouvait difficilement s’entendre avec le Hamas islamique. Cette séparation leur permettra de continuer leur chemin sur deux voies politiques différentes. Le Hamas est aussi convaincu qu’un accord pourrait permettre aux donateurs internationaux de financer une série de programmes, y compris la mise à niveau des réseaux d'électricité et d'eau à Gaza.

Les Palestiniens doivent cette avancée politique à leur leader incontesté qu’ils ont trouvé en la personne de Yahia Sinwar, dont la percée fulgurante au Hamas était imprévisible. C’est un dirigeant discret qui s’expose peu. Les mauvaises langues djihadistes pensent qu’il a été trop longtemps, de 1988 à 2011, au contact des Israéliens dans sa prison et qu’il souffre du syndrome de Stockholm.

Discussions secrètes

Ces discussions secrètes entre le Hamas et Israël datent du 22 mai 2018, à l’occasion d’une visite exceptionnelle et «secrète» de Netanyahou en Égypte, où il a discuté avec le président Sissi d’une trêve dans la bande alors qu’au même moment la situation à Gaza était au bord de l’explosion. Israël a donc mandaté le général Giora Éland, ancien chef israélien du Conseil de sécurité nationa;l pour expliquer le projet du gouvernement qui œuvre pour que la Cisjordanie et la bande de Gaza soient deux entités séparées.

Puisque Mahmoud n’a pas voulu exploiter à fond les Accords d’Oslo, Israël a décidé de l’isoler et de frapper le Fatah: «Le fait que Gaza et la Cisjordanie soient une seule entité constitue un intérêt arabe. De notre côté, il vaut mieux qu’elles soient deux entités séparées. D’ailleurs nous œuvrons vers ce sens». L’Égypte trouve cette solution à son goût, car en cas de compromis définitif «Israël obtient le calme en échange de quoi le Hamas gagne une légitimité internationale et obtient une aide économique, tandis que l’Égypte obtient de la part du Hamas un engagement qu’il arrêtera d’aider Daech dans le nord du Sinaï».

Ce qui est certain, c’est qu’avec un accord de ce genre, il en sera fini du dogme d’un État palestinien indépendant. A la rigueur, une entité autonome pourrait surgir au sein des 40% de la Cisjordanie qui serait cédée aux Palestiniens, mais cet embryon d’État ne serait pas viable et ne devrait sa survie qu’en étant adossé à la Jordanie, sous une forme à définir, sachant que le royaume est déjà peuplée par 75% de Palestiniens. Gaza pourra alors revenir, comme par le passé, sous juridiction égyptienne.

Jacques Benillouche Journaliste

Newsletters

La découverte du Titanic était une couverture pour l'armée américaine

La découverte du Titanic était une couverture pour l'armée américaine

L'expédition visait à retrouver deux sous-marins nucléaires.

Disney accusé d'appropriation culturelle pour l'expression «Hakuna Matata»

Disney accusé d'appropriation culturelle pour l'expression «Hakuna Matata»

C'est une phrase kiswahili avant d'être une marque déposée par le groupe.

 Des scientifiques ont caché le visage de Trump dans un dessin d'excréments de babouin

Des scientifiques ont caché le visage de Trump dans un dessin d'excréments de babouin

Une étude sur l'utilisation d'excréments d'animaux pour séquencer l'ADN avait une image de Trump cachée dans une illustration d'étron.

Newsletters