Politique

Procès des ex-proches de Trump: pendant ce temps-là, sur Fox News...

Temps de lecture : 2 min

Pour les médias conservateurs américains, les procès visant les anciens proches de Trump ne sont pas si importants.

Tout va bien, 21 août 2018, Charleston, États-Unis  | Mandel Ngan / AFP
Tout va bien, 21 août 2018, Charleston, États-Unis | Mandel Ngan / AFP

Coupable. Le mot a envahi la presse américaine mardi alors que Paul Manafort, l'ancien conseiller de campagne de Donald Trump, a été reconnu coupable de huit crimes financiers (fraude fiscale, bancaire et compte caché) et pourrait écoper de quatre-vingt années d'emprisonnement. Au même moment, l'ancien avocat de Donal Trump, Michael Cohen, plaidait coupable pour violation des règles de financement de campagne, fraude fiscale et bancaire, accusant le président de l'avoir forcé à enfreindre la loi et acheter le silence de deux femmes, dont l'actrice pornographique Stormy Daniels. Cohen pourrait aussi aider le procureur spécial Mueller dans son enquête sur le Russiagate.

Une journée noire pour le président, sauf quand, comme le raconte le Washington Post, on ne choisit de suivre que les médias conservateurs et le fil Twitter de Trump.

Alors que les mauvaises nouvelles s'enchaînent, un lien vers l'émission de Fox News animé par Sean Hannity apparaît sur le compte de Trump, annonçant l'intention de Michael Cohen de plaider coupable, certes, mais sans mentionner l'implication du président. Une minute plus tard, un autre lien, toujours de la Fox, à propos d'un ex-informaticien du Congrès accusé par les conspirationnistes d'être un agent secret pakistanais.

Trump n'a rien à voir avec cette histoire

Télévision, radio et autres sites conservateurs épargnent largement le président. Le Daily Caller, site d'informations conservateur, relaye un article sur une déclaration du président sur la liberté d'expression: «Je préfère avoir des fake news comme CNN plutôt que de voir des opinions impopulaires censurées». On y apprend par ailleurs qu'il serait peut-être même le «président le plus féministe de l'histoire». De son côté The Blaze préfère mettre en avant les attaques de Trump contre les joueurs de football américain qui posent un genoux à terre pendant l'hymne national contre les violences policières.

Et le fil twitter de Trump se rempli de soutiens que le président s'empresse de re-tweeter.

Rappelez vous que malgré la joie émanant de #CNN et #MSNBC rien dans le procès de Paul Manafort ou le verdict coupable n'a à voir avec Donald Trump à part le fait qu'il est visé parce qu'il a travaillé avec Trump

Du côté de la Maison Blanche, on préfère se concentrer sur les bonnes nouvelles en matière d'économie. La Fox, quant à elle, réserver des «breaking news» un migrant sans papier accusé d'avoir tué une jeune étudiante.

Capture d'écran Fox News

La plupart des informations que Trump partage sur l'affaire ce jour-là, ce sont des retweets du compte d'Ann Coulter, polémiste républicaine conservatrice, qui blâme Hillary Clinton pour les implications russes dans la campagne présidentielle.

Une journée presque comme les autres, donc, pour les médias pro-Trump, comme le remarque aussi Slate.com. Mais nos homologues américains ont repéré quelques voix conservatrices discordantes, dont celle de l'éditorialiste conservateur du New York Times Bret Stephens. Il a, lui, changé d'avis sur le président et demande sa démission ou son impeachment. Le Weekly Standard, magazine lui aussi conservateur, avoue que cela atteste d'un «mauvais choix de personnel du président». Même Breitbart a dû se rendre à l'évidence, admettant qu'«au moins l'une des charges [contre Manafort] pourrait être lié à son travail pour la campagne de Trump en 2016».

Newsletters

À Marseille, la droite passe l'arme à gauche

À Marseille, la droite passe l'arme à gauche

[Épisode 8] Il aura fallu plus de neuf heures de conseil municipal pour qu'une femme, Michèle Rubirola, soit pour la première fois élue maire de la cité phocéenne.

Hélas, le vrai remaniement n'est pas pour demain

Hélas, le vrai remaniement n'est pas pour demain

Le remaniement est la pérennisation du statu quo politique sous l'apparence du changement. Tout changer, c'est autre chose.

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Aperçu hebdomadaire de la vie tweeto-mentale du président américain.

Newsletters