Santé

Les applications de contraception pourraient, elles aussi, se mettre à collecter vos données

Temps de lecture : 2 min

Et ce n'est pas que pour faire avancer la science...

Les femmes délaissent de plus en plus la pilule  | GabiSanda via Pixabay CC License by
Les femmes délaissent de plus en plus la pilule | GabiSanda via Pixabay CC License by

Un coup d'oeil sur votre cycle menstruel via l'écran de votre smartphone, c'est ce que propose l'application Natural Cycles, qui se présente comme un moyen de contraception naturel basé sur les rythmes biologiques. Pour une soixantaine d'euros par an, l'application enregistre les dates des règles, mesure la température du corps grâce à un thermomètre, enregistre les données menstruelles et les entre dans un algorithme qui permet à ses utilisatrices de déterminer les bons et mauvais moments pour tomber ou non enceinte.

Comme la plupart des moyens de contraception, l'application n'est pas infaillible. Plusieurs grossesses non désirées ont été rapportées suite à l'utilisation de l'application suédoise qui est sous le coup de deux enquêtes européennes. De septembre à décembre 2017, sur les 668 femmes ayant avorté à Stockolm, trente-sept utilisaient l'application.

Pourtant, la semaine dernière, la FDA américaine, l'agence de régulation des produits alimentaires et médicamenteux, a approuvé l'application dont la popularité ne cesse de croître: 900.000 utilisatrices sont recensées dans le monde.

Nouvelles recherches

Du coup, l'entreprise s'étend: des bureaux vont ouvrir à New York et, surtout, une nouvelle équipe de chercheurs et chercheuses a été établie à Genève. Elle sera dédiée à la collecte des informations des utilisatrices et à leur analyse, au-delà de la simple planification de grossesse ou de contraception. Une activité qui pourrait s'avérer extrêmement lucrative, relève le magazine The Wired.

Toutes les données anonymisées des utilisatrices sur leurs périodes de règles, leur activité sexuelle et leur température seront disponibles dans une base de données qui pourrait intéresser entreprises pharmaceutiques, assurances et agences de publicité.

La politique de confidentialité de Natural Cycles précise que chaque cliente accorde à l'entreprise et à ses partenaires le droit d'«utiliser, reproduire, distribuer, modifier, adapter, préparer des produits dérivés, des présentations publiques, des performances publiques, une communication au public et d'autres utilisations et exploitations des informations de l'utilisateur anonymisé.»

La cofondatrice de Natural Cycles, Elina Berglund, a expliqué à The Wired que les données avaient déjà été transmises à la FDA et à des partenaires de recherche en Suède, au Royaume-Uni et aux États-Unis, précisant que chaque recherche nécessite l'approbation d'un comité éthique qui s'assure de l'accord des démarches avec les conditions d'utilisation signées par les utilisatrices.

Chaque utilisatrice peut également demander la suppression de ces données, mais rien n'oblige l'entreprise à s'exécuter. Les informations peuvent exister pour toujours et être combinées à d'autres données pour des questions de marketing. Si Berglund précise qu'ils n'ont «jamais partagé aucune donnée dans un but financier», elle ajoute tout de même qu'elle ne peut pas «dire qu'[ils] ne le feront jamais».

De fait, Natural Cycles réfléchit à une collaboration avec l'entreprise pharmaceutique Merck en Suède. Ils travaillent à un projet d'analyse des données pour déterminer des signes avant-coureurs d'infertilité. Les scientifiques de Natural Cycles ont remarqué qu'un lapse de temps plus court entre les règles et l'ovulation pourrait coïncider avec un faible niveau de fertilité. De même, les femmes qui viennent d'arrêter un traitement hormonal contraceptif ne sont pas moins fertiles, mais peuvent mettre un peu plus de temps à tomber enceintes. Berglund précise qu'il n'y a pas encore d'accord commercial de signé et qu'aucune donnée n'a été échangée. L'idée du projet serait d'aider les femmes à se diriger vers des cliniques de fertilité. Cliniques où les femmes pourraient avoir recours à des traitements produits par... les laboratoires Merck.

Slate.fr

Newsletters

«Lorsque je lui demande du plus sérieux, c'est silence radio»

«Lorsque je lui demande du plus sérieux, c'est silence radio»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Alicia, qui aimerait que ce qui fut une relation extra-conjugale se transforme en quelque chose de plus solide.

Il existe enfin des vêtements adaptés à la ménopause

Il existe enfin des vêtements adaptés à la ménopause

Et aussi des produits cosmétiques spécifiques.

Les marcheurs lents sont plus susceptibles de tomber malades lorsqu'ils sont vieux

Les marcheurs lents sont plus susceptibles de tomber malades lorsqu'ils sont vieux

Les scientifiques ont découvert que les personnes d'âge moyen qui marchent plus lentement ont des poumons, des dents et un système immunitaire plus faibles.

Newsletters