Égalités / Société

Rien n'affaiblira #MeToo si on reste honnête intellectuellement

Temps de lecture : 3 min

Les accusations à l'encontre d'Asia Argento, figure du mouvement #MeToo, n'abîmeront pas un mouvement d’une telle ampleur si l’on est cohérent avec la ligne défendue: lutter contre toutes les agressions sexuelles.

L'actrice Asia Argento le 19 mai 2018 à Cannes. | Photo Loïc Venance / AFP
L'actrice Asia Argento le 19 mai 2018 à Cannes. | Photo Loïc Venance / AFP

«L’arroseuse arrosée», «Tel est pris qui croyait prendre»… Aucun poncif ne nous aura été épargné immédiatement après les révélations du New York Times à propos d’Asia Argento.

Cette dernière, qui figure parmi les accusatrices d’Harvey Weinstein, est à son tour accusée d’agression sexuelle. Le quotidien américain fait état d’un arrangement financier qui aurait été conclu entre un jeune acteur et Asia Argento, à hauteur de 380.000 dollars (333.000 euros) pour éviter des poursuites judiciaires. Ce que l'intéressée dément dans un communiqué: «J'ai été profondément choquée et touchée en lisant ces nouvelles qui sont totalement fausses. Je n'ai jamais eu aucune relation sexuelle avec Bennett. Je n'ai d'autre choix que de m'opposer à tous ces mensonges et à me protéger par tous les moyens».

L’article, et c’est normal, a suscité de multiples réactions. Allant de l’étonnement le plus simple à, et c’est là que ça devient moins normal, des séries de tweets réjouis. Oui, des gens (Franz-Olivier Giesbert et bien d’autres) semblent parfaitement enchantés, franchement ravis qu’une personne ait été agressée sexuellement.

Pas un mot pour la victime présumée, le jeune Jimmy Bennet dont le New York Times rapporte pourtant l’état de détresse. Mais des petits sourires satisfaits à l’idée qu’une féministe ait pu exercer sur un jeune garçon la domination qu’elle prétend combattre. Et on fait semblant de découvrir que l’on peut être victime ET bourreau, et qu’il est possible de lutter publiquement contre quelque chose dont on est soi-même coupable (souvenez-vous de Denis Baupin, les lèvres peinturlurées en rouge pour soutenir les droits des femmes).

Mais oui, en effet, on peut être profondément surpris et écœuré par ce qu'on a présenté comme un véritable coup de théâtre (allez hop un autre poncif tant qu’à faire) sans être ni misogyne, ni faussement naïf, ni vouloir danser sur la tombe de #MeToo.

Même stratégie que Weinstein, DSK et leurs défenseurs

Quel que soit le fond de l'affaire, elle devrait surtout nous peiner pour la victime présumée d’abord, mais aussi pour Nimrod Reitman, l’étudiant ayant accusé la philosophe féministe Avital Ronnel d’agression sexuelle. Dans les deux cas, la victime est encore une fois escamotée au profit d’idéologies, mais est aussi niée par des féministes elles-mêmes.

Que penser, en effet, de la tribune de soutien à Ronnel rédigée par des chercheurs et chercheuses, dont Judith Butler, qui invoque «une campagne malveillante», mettant en avant la «stature» et «la réputation» de la philosophe comme si la célébrité ou un CV bien garni avaient déjà empêché quelqu’un d’être un violeur? C’est exactement la stratégie adoptée par Weinstein, DSK et leurs défenseurs: crier à la cabale, faire de l’accusé un parangon de vertu, se préoccuper des conséquences sur sa carrière, en avoir rien à foutre de la parole des victimes.

Il faut avoir l’honnêteté de dire que si le mouvement #MeToo peut être décrédibilisé, cela peut aussi se faire de l’intérieur.

On ne sort pas grandies quand on arbore des airs vaguement complotistes en affirmant que les révélations du New York Times «[tombaient] bien pour décrédibiliser ces femmes qui dérangent». Cela revient là aussi à adopter exactement les mêmes mécanismes que ceux que #MeToo est censé combattre: minimiser les agressions, mettre en doute la parole des victimes, héroïser l’agresseur présumé.

Le besoin d'avoir des muses

Reste que c’est une véritable gageure formulée par un autre article du quotidien new-yorkais: «Qu'arrive-t-il au mouvement #MeToo quand une féministe est accusée?». Rien, je crois, si l’on ne serre pas bêtement et aveuglement les rangs sans accorder aux victimes, aux faits, au travail des journalistes qui révèlent les enquêtes, le respect qu’ils méritent. On n’affaiblit pas un mouvement d’une telle ampleur si l’on reste honnête intellectuellement et cohérent avec la ligne défendue: lutter contre les agressions sexuelles.

Ce que cette histoire interroge également, c’est notre besoin de personnaliser les mouvements, d’avoir des muses. Même si elles font bien le job. Oui, le discours prononcé par Asia Argento au festival de Cannes avait de la gueule et a eu une répercussion mondiale. Oui, il faut bien que les victimes, comme Rose Mac Gowan, s’expriment publiquement et on ne peut que louer leur courage quand elles s’engagent au-dela de propre cas.

Mais #MeToo a pris une telle ampleur que l’on peut parfaitement continuer à mener le combat sans égérie. Les combats féministes sont trop vastes et importants pour prendre le risque de les lier à quelques têtes de gondoles.

L'article a été mis à jour pour ajouter le communiqué d'Asia Argento.

Nadia Daam Journaliste

Newsletters

Une Salvadorienne risque vingt ans de prison pour avoir tenté d’avorter après un viol

Une Salvadorienne risque vingt ans de prison pour avoir tenté d’avorter après un viol

Un cas qui illustre la cruauté des lois anti-IVG du Salvador.

Travail du sexe: et si pour une fois on écoutait les personnes concernées?

Travail du sexe: et si pour une fois on écoutait les personnes concernées?

C'est notamment dans ce but que le Snap, un festival dédié aux travailleurs et travailleuses du sexe, a eu lieu à Paris du 2 au 4 novembre.

Aux États-Unis, la liberté religieuse pourrait faire du mal aux LGBT+

Aux États-Unis, la liberté religieuse pourrait faire du mal aux LGBT+

Après le passage d'une loi permettant aux commerçants d'évoquer des «raisons religieuses» pour ne pas les servir, les minorités sexuelles d'Indiana se disent en moins bonne santé physique et mentale qu'avant.

Newsletters