Tech & internet

Une new-yorkaise utilise Tinder pour piéger des hommes dans un genre de Hunger Games

Temps de lecture : 2 min

Et certains ont joué le jeu.

Union Square à New York  | David Shankbone via Wikimédia CC License by
Union Square à New York | David Shankbone via Wikimédia CC License by

«Natasha. La vingtaine, actrice, modèle, chanteuse et voyageuse du monde.» C'est ce que disait le profil Tinder de la femme que plusieurs centaines d'hommes s'attendaient à rencontrer en arrivant à Union Square, à New York, dimanche dernier. Finalement, le rencard galant s'est transformé en compétition filmée.

Natasha est sur une scène et communique avec ses prétendants, sidérés. Amir Pleasant est l'un d'eux: «Le moment était dingue, il y avait plein d'hommes et on était tous debouts, un peu coincés», raconte-t-il à The Independant.

La jeune femme prend le micro et annonce que s'ils sont tous réunis, c'est pour une compétition. Le grand gagnant remportera un rencard avec la jeune femme. Elle leur demande ensuite de se ranger en ligne, devant la scène, puis elle commence à balayer un écran imaginaire, à swiper à gauche ou à droite indiquant d'un léger mouvement du poignet qui peut continuer la compétition. Puis elle ajoute des critères: «Personne en dessous d'1m78», et la ligne se réduit. Et ainsi de suite.

Au final, il n'en restera plus que huit. Natasha leur ordonne de faire trente pompes, de faire la course, puis d'expliquer en une minute sur pourquoi il devrait gagner.

Les passants s'amusent, prennent des vidéos, rient de la malchance des candidats. La police passe par là, elle s'en amuse aussi. Mais comme l'a raconté Amir Pleasant à The Independant, les réactions sont légèrement différentes du côté des hommes concernés:certains s'énervent, d'autres essaient d'atteindre la scène pour confronter la jeune femme, protégée par des gardes du corps.

Je suis sur le point de vous raconter l'histoire d'un épique subterfuge, les rencontres du XXIe siècle et la chute de la civilisation humaine. Ça m'est arrivé et ça pourrait vous arriver. Prenez des popcorn *Thread*

Cet internaute, piégé également, donne plus de détails.

La scène où l'on aperçoit Natasha.

Vidéo virale en création

L'oparation n'est pas tout droit sortie de l'imagination de Natasha mais plutôt de celle d'une entreprise spécialisée en «marketing viral», en somme une entreprise qui réalise des vidéos censées casser internet, appelée Rob Bliss Creative. En faisant un petit tour sur YouTube, on retrouve notamment la vidéo à 47 millions de vues d'une femme marchant dans les rue de New York et se faisant constamment harceler ou d'un piano magique à Chicago. Rob Bliss a affirmé que le but de la manœuvre serait révélé mercredi.

Des moyens techniques impressionnants et une longue préparation ont été nécessaires pour produire cette vidéo, on soupçonne déjà son thème: «Tinder est beaucoup plus choquant dans la réalité», «Jusqu'où pourriez-vous aller pour un rencard Tinder?»

Slate.fr

Newsletters

Aux États-Unis, Amazon et la police piègent les voleurs avec des GPS dans les colis

Aux États-Unis, Amazon et la police piègent les voleurs avec des GPS dans les colis

La police américaine a décidé d'être plus ingénieuse que les voleurs.

Non, des graphistes n'auraient pas pu créer un emoji Corsica pour quelques centaines d'euros

Non, des graphistes n'auraient pas pu créer un emoji Corsica pour quelques centaines d'euros

En validant un budget de 52.800 euros pour l'opération «emoji Corsica», l'Assemblée de Corse a défrayé la chronique. Mais selon le porteur du projet, il s'agit là du juste prix.

William Shockley, père de la Silicon Valley, ingénieur de talent et «être humain affreux»

William Shockley, père de la Silicon Valley, ingénieur de talent et «être humain affreux»

Il a inventé la Silicon Valley et révolutionné la technologie. Aujourd'hui, plus personne ne se souvient pourtant de William Shockley, père du transistor et chef d’entreprise tyrannique.

Newsletters