Économie

La croissance américaine repart brutalement

Temps de lecture : 2 min

La reprise de l'économie américaine s'est fortement accélérée à la fin de l'année dernière. La première économie du monde a enregistré au quatrième trimestre de 2009 une croissance en rythme annuel de 5,7%. Les experts prévoyaient une progression de 4,7%. Il faut remonter au troisième trimestre de 2003 pour retrouver un pareil rythme de croissance. Pour autant, cette reprise brutale tient en grande partie à la reconstitution de leurs stocks par les entreprises (elle représenterait 3,4% de croissance). Tétanisées par la récession, les entreprises américaines avaient fortement réduit leur production fin 2008 et début 2009.

Ce chiffre rendu public vendredi 29 janvier est la meilleure preuve de la sortie des Etats-Unis de la pire récession qu'ils ont connu depuis les années 1930. Il s'agit du deuxième trimestre consécutif de croissance. Entre juillet et septembre 2009, le PIB américain avait progressé de 2,2%.

Ces deux trimestres consécutifs de progression de l'activité économique font suite à quatre trimestres de recul. Au total, l'année 2009 se termine par une baisse de 2,4% du PIB américain, la plus forte récession depuis 1946.

Autre illustration de la reprise de la consommation, Microsoft a annoncé une envolée de 60% de ses profits lors des trois derniers mois de 2009 et Amazon dans le même temps de 71%. Des groupes de produits de grande consommation comme Procter & Gamble et Colgate-Palmolive ont aussi annoncé des résultats supérieurs aux prévisions confirmant la reprise de la consommation. Elle a progressé de 2% d'octobre à décembre 2009.

L'origine de la reprise et du regain de confiance progressif des Américains tient au fait que le marché du logement s'est stabilisé, la production industrielle augmente et les suppressions d'emploi ont fortement ralenti.

Les experts restent pourtant prudents. Ils sont nombreux à craindre une rechute de l'activité dans les prochains mois. Le taux de chômage aux Etats-Unis est toujours à 10% de la population active et représente le principal obstacle à une reprise durable, notamment de la croissance qui, aux Etats-Unis, représente plus des deux-tiers du PIB. C'est pour cela que Barack Obama, lors de son discours sur l'état de l'Union mercredi 27 janvier, a promis de faire de la création d'emplois sa principale priorité.

LIRE EGALEMENT SUR LE MEME SUJET: Les experts se trompent, La reprise américaine sera forte et Attali-Minc: «La facture de la crise n'est pas payée».

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Décollage de la navette spatiale Atlantis Scott Audette / Reuters

Newsletters

Le jour où l’argent est enfin devenu une question de femmes

Le jour où l’argent est enfin devenu une question de femmes

Saviez-vous qu'il a fallu attendre 1965 pour qu'en France (oui, en France), les femmes mariées aient le droit d'ouvrir un compte en banque? Que la première femme à entrer dans la Bourse l'a fait en 1967? Que pendant longtemps, le mariage a surtout...

La deuxième vague de Covid-19 risque de faire très mal à l'économie

La deuxième vague de Covid-19 risque de faire très mal à l'économie

On commence à mesurer ce que le confinement total du printemps dernier nous a coûté. Et les premiers constats sont très clairs.

Si la vie à Bali coûte cinq fois moins cher, pourquoi si peu de personnes vont-elles y vivre?

Si la vie à Bali coûte cinq fois moins cher, pourquoi si peu de personnes vont-elles y vivre?

La réalité est loin d'être aussi idyllique que ce que vous imaginez.

Newsletters