Santé / Sciences

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

Temps de lecture : 5 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

Guillermina Valdes et Benjamín Vicuña dans «El Hilo Rojo» de Daniela Goggi (2016)
Guillermina Valdes et Benjamín Vicuña dans «El Hilo Rojo» de Daniela Goggi (2016)

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

Il y a quelques semaines, lors de l'anniversaire d'une amie, je rencontre X., 36 ans (j'en ai 27). Nous échangeons toute la soirée, débats enflammés sur notes d'humour, il ne me lâche pas des yeux et mon amie me pousse vers lui. C'est finalement quand il décide de partir qu'il me saute littéralement dessus, m'embrasse fougueusement et me demande de rentrer avec lui. Je refuse et lui propose plutôt de nous voir quelques jours plus tard.

Nous décidons donc de boire un verre dehors, l'alchimie est toujours aussi palpable, et nous nous revoyons le lendemain, chez lui. C'est à ce moment là que X. m'explique qu'il sort de quatre ans de vide affectif (tant cérébral que physique), qu'il peut m'apporter de la tendresse mais pas de romantisme, et qu'il souhaite l'exclusivité de la relation. Traduction: un sexfriend. A prendre ou à laisser.

Douche froide. Je décide de prendre, car selon moi toute expérience est bonne à vivre, tout en donnant mes propres règles: pas d'exclusivité au vu de ce qu'il a à m'apporter, toujours des préservatifs (barrière symbolique pour me permettre de ne pas "flancher"), jamais chez moi. C'est ainsi que nous commençons à nous voir plusieurs fois par semaine, nous discutons, et nous faisons surtout l'amour. C'est très tendre, passionnel, respectueux, un véritable délice. Je garde néanmoins en tête ses freins. Nous sommes deux êtres polis qui partagent des instants de tendresse.

Seulement voilà, progressivement, nous transgressons les règles: l'exclusivité est bel et bien là, nous ne mettons plus de préservatifs, il vient chez moi, dort chez moi, nous allons au cinéma, au restaurant... La tendresse s’amplifie, il me serre très fort contre lui, m'embrasse partout, me désire très fort ... En clair, lorsque nous sommes ensemble, nous nous comportons comme un couple, mais lorsque nous nous quittons, nous sommes deux étrangers: pas de message (sauf pour fixer un rendez-vous), pas de petites attentions, nous n'existons plus l'un pour l'autre. Et pourtant moi, je tombe amoureuse...

Alors même si cette relation me convient très bien pour le moment, je sors aussi d'une relation compliquée avec un homme qui m'a détruite, je n'arrive pas à savoir si nous restons des sexfriends, ou si véritablement, notre relation est en train d'évoluer. Posez-lui la question, me direz-vous! Certes, mais j'ai peur de l'effrayer et de briser cette histoire que je ne veux pas perdre. Pourtant, j'ai besoin de savoir si, dans un futur plus ou moins proche, nous avons un avenir commun.

Les hommes sont-ils devenus des flippés de l'engagement? Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends? Ou est-ce que quelque chose est en train de naître? Commence-t-il à éprouver quelque chose pour moi? Peut-on faire l'amour à une personne et ne rien ressentir du tout? Telles sont les questions que je me pose, et auxquelles j'espère que vous pourrez apporter une réponse...

Y.

Chère Y.,

Je crois que ce que cet homme vous impose surtout, c’est de ne pas prévoir votre futur ensemble. Cela ne veut pas dire que vous n’en avez aucun —une quantité d’histoires ont commencé de manière beaucoup plus étrange— mais cela signifie que vous ne pouvez pas imaginer passer vos vacances ensemble, emménager ensemble, vous marier et avoir des enfants dans 2 à 5 ans.

En fait, si vous me demandez, je vous dirais que ce genre de relation est desservie par une nomenclature qui la réduit à un cliché. Vous avez une relation avec cet homme, elle est basée sur le sexe et la tendresse… sur le respect de vos temps personnels respectifs. Vous ne vous encombrez pas d’obligations sociétales, de pierres blanches, de caps à passer. Finalement cette histoire, elle ne ressemble qu’à vous deux.

Je ne sais pas si les hommes sont plus réfractaires à l’engagement que par le passé. Les femmes le sont traditionnellement moins parce qu’elles portent sur leurs épaules le poids du foyer, de la famille, de la sécurité. Dans un sens, la relation que vous partagez vous permet une grande liberté. Ensuite, il ne me semble pas qu’il existe des codes particuliers chez les gens qui décident de partager une relation comme sexfriends. Ce sont parce que ces relations sont nouvelles qu’elles permettent à tous de proposer ses propres règles.

Si la vôtre ressemble à ce qu’elle est aujourd’hui, c’est parce que vous avez, lui et vous, apporté chacun votre expérience, vos envies, vos doutes aussi. Elle est donc unique, et c’est une très belle chose. Enfin, si je suis convaincue qu’on peut partager une relation sexuelle avec quelqu’un sans sentiment amoureux, et même parfois du dégoût, il me semble plus difficile de partager la tendresse sans que le coeur ne s’en mêle. On ne peut pas simuler la tendresse, pas au quotidien. C’est souvent elle qui s’en va en premier d’ailleurs, quand le couple ne partage plus que des habitudes.

Le problème principal qui semble se poser est celui de votre incertitude. Vous ne savez pas ce que vous êtes pour lui et donc comment tout à fait vous positionner. Vous marchez sur des oeufs pour essayer de respecter des règles que vous pensez établies. La vérité c’est que rien n’est gravé dans le marbre et encore plus quand cela concerne les sentiments. Vous avez peur qu’il refuse de continuer à vous voir si vous lui demandez de parler de vos sentiments, mais peut-être que de son côté il attend un geste de votre part pour modifier le contrat d’origine.

Je ne peux pas le savoir, vous ne pouvez pas le savoir. Vous avez beau avoir accepté de respecter les règles de cet homme, vous n’avez pas à en être une victime tout le reste de votre vie. Si cette relation ne vous convient plus telle qu’elle est, vous pouvez et même vous devez en parler avec lui. Mais pour moi, même si vous vous définissez comme sexfriends, vous n’avez pas moins que d’autres. Il y a cet homme que vous voyez, pour qui vous avez des sentiments, avec qui vous partagez du sexe et de la tendresse. C’est une histoire tout aussi valable, tout aussi belle qu’une autre. À vous de décider si une étiquette vaut la peine de bousculer les habitudes que vous avez déjà prises. À vous de trouver le courage d’exprimer vos sentiments. Ils ne sont pas honteux en tout cas. Et j’espère que malgré ses blessures du passé, cet homme saura entendre vos mots et vos espoirs.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

«Je vais souvent voir son profil pour revoir son visage»

«Je vais souvent voir son profil pour revoir son visage»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Nora, une jeune femme heureuse en ménage dont l'ex vient de se manifester via les réseaux sociaux.

PMA pour toutes, sauf pour les veuves

PMA pour toutes, sauf pour les veuves

Agnès Buzyn entend maintenir coûte que coûte l'interdiction faite aux femmes d'avoir accès aux spermatozoïdes de leur compagnon décédé conservés par congélation ou à leurs embryons.

Pourquoi les allergies alimentaires sont de plus en plus nombreuses

Pourquoi les allergies alimentaires sont de plus en plus nombreuses

L'Occident est davantage touché, et les zones urbaines en particulier.

Newsletters